Samedi, 13 avril 2024
International > Monde Arabe >

Entretien entre les chefs de diplomatie de la Chine et des Etats-Unis sur Gaza et Taïwan

AFP, Mercredi, 06 décembre 2023

Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi s'est entretenu mercredi par téléphone du conflit entre Israël et le Hamas avec son homologue américain Antony Blinken, selon leurs ministères respectifs.

s
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken. Photo : AFP

"La priorité absolue est qu'un cessez-le-feu mette fin aux combats dès que possible", a indiqué durant cet appel Wang Yi, selon un compte-rendu du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Les principaux pays (...) doivent soutenir l'objectivité et l'impartialité, faire preuve de calme et de rationalité", a ajouté le diplomate chinois, appelant à "tous les efforts" pour "empêcher une catastrophe humanitaire de grande ampleur".

Le président chinois Xi Jinping avait lui-même plaidé le mois dernier pour un arrêt immédiat des hostilités, lors d'un sommet extraordinaire virtuel des pays émergents, Brics.

Pour sa part, le secrétaire d'Etat Antony Blinken "a réitéré l'impératif pour toutes les parties de travailler à empêcher le conflit de s'étendre", selon la diplomatie américaine.

Les récentes attaques menées en mer Rouge contre des navires commerciaux par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l'Iran, sont une "menace inacceptable" pour la sécurité maritime, ajoute le communiqué du département d'Etat.

Les Etats-Unis sont un allié indéfectible d'Israël, tandis que la Chine a renforcé ces dernières années ses liens avec l'Iran, un important soutien politique, militaire et financier à la cause palestinienne.

La Chine entretient de bonnes relations avec Israël. Mais elle soutient depuis plusieurs décennies la cause palestinienne et milite traditionnellement pour une solution à deux Etats.

Outre le Proche-Orient, Wang Yi a évoqué avec son homologue la situation à Taïwan, selon les autorités chinoises.

Le diplomate mis en garde les Etats-Unis de "ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine", à l'approche de l'élection présidentielle à Taïwan le mois prochain.

Washington ne doit pas "soutenir ou encourager les forces indépendantistes de Taïwan", a-t-il insisté.

La question taïwanaise est ultra sensible en Chine. Pékin revendique l'île de 23 millions d'habitants dirigée depuis 1949 ans par un régime rival, proche des Etats-Unis.

La Chine voit d'un mauvais oeil les ventes d'armes américaines à l'île et exerce une forte pression militaire et économique sur Taïwan depuis l'arrivée au pouvoir en 2016 de Tsai Ing-wen, issue d'un parti traditionnellement favorable à l'indépendance.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique