Dimanche, 14 juillet 2024
International > Monde Arabe >

L'ONU essaie de lancer les discussions pour une nouvelle trêve au Yémen

AFP, Mardi, 05 décembre 2023

L émissaire onusien pour le Yémen, Hans Grundberg visite la région pour renouveler la trêve signé entre les partis yéménits en conflit

Yémen
Les décombres d'un immeuble détruit qui était utilisé comme prison par les rebelles Houthis, au Yémen, qui a été frappé par un avion de la coalition dirigée par les Saoudiens à Dhamar, au sud de la capitale Sanaa, détenue par les Houthis. Photo: AFP

L'émissaire de l'ONU pour le Yémen, Hans Grundberg, s'est dit "encouragé" mardi 5 décembre par l'"intensification des discussions" pour parvenir à une nouvelle trêve. Il, s'inquiéte malgré toutes les tentatives d'un risque de relance du conflit.

Malgré l'expiration le 2 octobre d'une trêve entre le gouvernement et les rebelles Houthis en vigueur depuis le 2 avril, "dans l'ensemble, la situation militaire au Yémen est restée stable", "sans escalade majeure", a déclaré l’émissaire onusien lors d'une réunion du Conseil de sécurité.

Il a malgré tout souligné la poursuite d'"activités militaires limitées sur les lignes de front", ayant conduit à des victimes civiles.

"L'activité militaire, associée à une rhétorique négative et des mesures politiques et économiques qui s'aggravent, crée une situation où une simple erreur de jugement pourrait redéclencher un cycle de violence qu'il sera difficile d'inverser", a déclaré Grundberg, appelant les parties à "travailler pour étendre la plus longue période de calme relatif depuis 8 ans".

Dans ce contexte, il s'est dit "encouragé par l'intensification des discussions", saluant l'activité diplomatique régionale et internationale, notamment les efforts de l'Arabie saoudite et d'Oman.

"Nous voyons la possibilité d'un changement radical dans la trajectoire de ce conflit qui dure depuis huit ans", a noté l’émissaire. Une possibilité "qui ne doit pas être gâchée et qui requiert des actions responsables".

Le dialogue des derniers mois a permis de "clarifier les positions des parties et le développement d'options mutuellement acceptables sur des problèmes non résolus", a estimé Hans Grundberg, mais les différents éléments sur la table "ne peuvent pas être pris de façon isolée".

Il est "important que les discussions sur la façon de progresser à court terme interviennent dans le cadre d'une approche plus complète pour définir un chemin clair vers un règlement politique durable", a insisté Grundberg, appelant les parties à "profiter de l'espace de dialogue permis par l'absence de combats à large échelle".

Pays le plus pauvre de la péninsule arabique, le Yémen est dévasté depuis 2014 par un conflit qui oppose les Houthis, des rebelles soutenus par l'Iran et les forces progouvernementales appuyées par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite voisine.

* Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique