Samedi, 13 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Réfugiés : Un record inhumain

Maha Salem avec agences, Mardi, 23 juin 2015

Alors que les réfugiés palestiniens occupent la part du lion dans les rapports onusiens, avec la multiplication des conflits aux quatre coins du monde, le nombre de réfugiés et de déplacés atteint de graves proportions.

Malheureusement, le nombre de déplacés et de réfugiés a atteint le niveau record de 60 millions de personnes en 2014, selon le rapport annuel du HCR qui se déclare de plus en plus dépassé dans ce drame. Suite aux multiples conflits dans le monde, le Haut-Commissariat pour les Réfugiés des Nations-Unies (HCR) constate une « accélération saisissante » du nombre de personnes forcées à fuir, avec 59,5 millions de déracinés, dont plus de la moitié d’enfants, à la fin 2014, contre 51,2 millions l’année précédente.

Il y a une décennie, leur nombre était de 37,5 millions, rappelle le HCR. L’augmentation depuis 2013 est la plus importante jamais enregistrée en une seule année. En 2014, chaque jour, 42 500 personnes sont devenues des réfugiés, des déplacés internes ou des demandeurs d’asile. Un nombre dû aux conflits qui déchirent le Moyen-Orient, surtout le monde arabe.

« Il est important de dire que nous n’allons pas pouvoir être capables plus longtemps de réparer les dégâts », a déclaré le haut-commissaire aux réfugiés, Antonio Guterres. Cette hausse majeure survient depuis 2011 avec le conflit syrien qui génère désormais le plus important déplacement de population jamais enregistré dans le monde.

Le HCR dénombre ces cinq dernières années au moins 15 conflits qui ont éclaté ou repris : 8 en Afrique (Côte d’Ivoire, République centrafricaine, Libye, Mali, nord du Nigeria, République démocratique du Congo, Soudan du Sud, et cette année Burundi), 3 au Moyen-Orient (Syrie, Iraq, Yémen), un en Europe (Ukraine), 3 en Asie (Kirghizstan, plusieurs régions de Birmanie et du Pakistan). Les trois pays dont la population est la plus affectée sont la Syrie (7,6 millions de déplacés internes et 3,88 millions de réfugiés fin 2014), l’Afghanistan (au total 2,59 millions de personnes) et la Somalie (au total 1,1 million). En 2014 seulement, 126 800 réfugiés ont pu retourner dans leur région, c’est le nombre le plus faible en 31 ans.

Essayant de diminuer leur souffrance, Guterres a jugé qu’« il est important que l’Union Européenne (UE) et les pays du Golfe, avec d’autres, ouvrent aussi leurs frontières et proposent d’autres voies légales pour ceux qui ont besoin d’aide ». Près de neuf réfugiés sur dix se retrouvent dans des pays considérés comme économiquement moins développés, et M. Guterres regrette les restrictions à l’accueil des réfugiés, notamment en Europe. En 2014, plus de 219 000 réfugiés et migrants ont franchi dans des conditions périlleuses la Méditerranée. « C’est trois fois plus que le précédent pic de 70 000 en 2011 », note le rapport. Quelque 3 500 personnes, des hommes, des femmes et des enfants, ont perdu la vie ou sont portés disparus suite à leur tentative de partir.

Evoquant le débat actuellement en cours dans les pays de l’UE, M. Guterres a relativisé l’importance des flux migratoires à destination des pays riches. « 86 % des réfugiés dans le monde sont actuellement dans les pays en développement, ce qui signifie que les propos que l’on peut entendre sur l’arrivée massive de réfugiés vers les pays riches ne correspondent pas à la réalité », a-t-il rappelé.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique