Mercredi, 24 juillet 2024
International > Monde >

IA: au G7, le pape appelle à interdire les "armes autonomes létales"

AFP , Vendredi, 14 juin 2024

G7
Le pape François s'exprime lors de sa rencontre avec le président français au centre de villégiature Borgo Egnazia pendant le sommet du G7 organisé par l'Italie dans la région des Pouilles, à Savelletri. Photo : AFP

Le pape François a mis en garde vendredi contre l'usage militaire de l'intelligence artificielle (IA), appelant à interdire les "armes autonomes létales", lors d'un discours au G7 dans le sud de l'Italie.

"Dans un drame tel qu'un conflit armé, il est urgent de repenser le développement et l'utilisation de dispositifs tels que les +armes autonomes létales+ afin d'en interdire l'usage", a déclaré François devant les chefs d'Etat et de gouvernement des démocraties les plus riches du monde réunis dans les Pouilles.

"Aucune machine ne devrait jamais choisir d'ôter la vie à un être humain", a insisté le pape de 87 ans, farouche opposant au commerce des armes.

Robots, drones, torpilles... toutes sortes d'armes pourraient être transformées en systèmes autonomes, régis par des algorithmes d'IA qui s'annonce, de l'avis des experts, comme la troisième révolution majeure dans le domaine des équipements militaires, après l'invention de la poudre à canon et la bombe atomique.

Fin avril, un appel à réguler les armes létales autonomes, aussi surnommées "robots tueurs", avait été lancé à Vienne à l'issue d'une conférence internationale sur le sujet insistant sur "l'urgence" devant les efforts diplomatiques infructueux, alors que plusieurs Etats, de la Russie aux Etats-Unis, s'opposent à un texte contraignant.

Qualifiant l'IA d'"outil extrêmement puissant", "fascinant et redoutable", Jorge Bergoglio a rappelé dans son discours d'une vingtaine de minutes les risques associés à son utilisation, notamment celui d'"entraîner une plus grande injustice entre les pays riches et les pays en voie de développement, entre les classes sociales dominantes et les classes sociales opprimées".

"L'avènement de l'intelligence artificielle représente une véritable révolution cognitivo-industrielle qui contribuera à la création d'un nouveau système social caractérisé par de complexes transformations historiques", a-t-il souligné.

La participation de François au G7, une première pour un pape, révèle l'intérêt croissant du Vatican pour cet outil révolutionnaire, que l'Eglise a encouragé ces dernières années tout en alertant sur les dangers inhérents à son utilisation.

Fin 2023, François avait invité la communauté internationale à adopter un traité encadrant son utilisation face aux "risques graves" liés aux nouvelles technologies, tels que les "campagnes de désinformation" ou "l'ingérence dans les processus électoraux", à l'image du règlement adopté par l'Union européenne (UE), le premier au monde.

En 2020, le Saint-Siège avait été à l'initiative de l'Appel de Rome pour une éthique de l'IA, signé par Microsoft, IBM, l'ONU, l'Italie et une myriade d'universités, exhortant à la transparence et au respect de la vie privée.

L'Italie, pays hôte du G7, a voulu faire de l'IA un thème clé du sommet, notamment concernant ses impacts sur le marché de l'emploi. La Première ministre Giorgia Meloni s'était dite en avril "convaincue que la présence du Saint-Père apportera(it) une contribution décisive à la définition d'un cadre régulateur, éthique et culturel pour l'intelligence artificielle".

Selon une enquête publiée mercredi 3 avril par des médias israéliens, un logiciel d’intelligence artificielle (IA), Lavender, a été utilisé par l’armée israélienne pour désigner « jusqu’à 37 000 » personnes comme combattants ou militants du Hamas et du Jihad islamique. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "profondément troublé" de ses rapports.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique