Mercredi, 24 juillet 2024
International > Monde >

Le G7 appelle la Chine à cesser de fournir des composants d'armes à la Russie: Projet de déclaration

AFP , Vendredi, 14 juin 2024

G7
De gauche à droite, le président du Conseil européen Charles Michel, le chancelier allemand Olaf Scholz, le premier ministre canadien Justin Trudeau, le président français Emmanuel Macron, la première ministre italienne Giorgia Meloni, le président américain Joe Biden, le premier ministre japonais Fumio Kishida, Le Premier ministre britannique Rishi Sunak et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen prennent une photo de groupe au G7. Photo : AP

 Le G7 réuni en Italie appelle la Chine à cesser de fournir des composants d'armes à la Russie en guerre avec l'Ukraine, selon le projet de déclaration finale consulté par l'AFP, qui promet aussi d'aider Kiev "aussi longtemps que nécessaire".

"Nous appelons la Chine à cesser de transférer (...) des composants d'armes et des équipements qui alimentent le secteur de la défense russe", demandent les chefs d'Etat et de gouvernement.

"Nous sommes solidaires pour soutenir le combat de l'Ukraine pour sa liberté et sa reconstruction aussi longtemps que nécessaire", affirment les chefs d'Etat et de gouvernement, qui ont reçu jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky et lui ont promis 50 milliards de dollars tirés des revenus des avoirs russes gelés.

Ce prêt de 50 milliards de dollars pour Kiev sera garanti par les futurs intérêts produits par les actifs russes immobilisés, qui se montent à 300 milliards d'euros générant jusqu'à trois milliards d'euros de revenus par an.

"En présence du président Zelensky, nous avons décidé de mettre à disposition environ 50 milliards de dollars en tirant parti des revenus extraordinaires des actifs russes gelés, ce qui envoie un signal sans équivoque au président (russe Vladimir) Poutine", affirment les dirigeants dans leur projet de déclaration.

Après avoir prôné une confiscation pure et simple des avoirs russes, risquée juridiquement, les États-Unis s'étaient rangés à la position des Européens d'utiliser les seuls intérêts générés par les actifs gelés.

Ces actifs se trouvent surtout dans l'Union européenne: environ 185 milliards d'euros ont été gelés par Euroclear, un organisme international de dépôts de fonds établi en Belgique. Cela donne un poids prépondérant à l'Europe sur l'utilisation des avoirs russes.

Le reste se partage notamment entre les États-Unis, le Japon, le Royaume-Uni et la Suisse.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique