Dimanche, 23 juin 2024
International > Monde >

Près de 400 millions de jeunes enfants victimes de méthodes de discipline violentes : Unicef

AFP , Mardi, 11 juin 2024

Unicef
Photo : Unicef

Près de 400 millions d'enfants de moins de 5 ans, soit 6 sur 10 dans le monde, sont régulièrement victimes de sanctions disciplinaires violentes à la maison (Cris, insultes, fessées, claques... ), selon l'Unicef. 

Ces estimations publiées lundi soir par le Fonds des Nations unies pour l'enfance portent sur une centaine de pays disposant de ce type de données entre 2010 et 2023, qui incluent "agressions psychologiques" et "châtiments corporels".

L'Unicef entend par "agressions psychologiques" les cris contre un enfant et le fait de le traiter de "stupide" ou "fainéant". Les châtiments physiques incluent le fait de secouer l'enfant, les claques, les fessées et de manière générale tous les coups visant à faire mal sans causer de blessure.

Sur ces près de 400 millions d'enfants victimes de ces méthodes de discipline violentes, environ 330 millions subissent des punitions physiques.

Et même si de plus en plus de pays interdisent les châtiments corporels, près d'un demi-milliard d'enfants de moins de 5 ans ne sont pas protégés légalement contre ces pratiques.

Et plus d'une personne principalement en charge de l'enfant sur quatre estiment que les punitions physiques sont nécessaires pour bien éduquer leur enfant, selon les estimations de l'Unicef.

"Lorsque les enfants sont victimes de violences physiques ou verbales à la maison, ou lorsqu'ils sont privés de l'attention sociale et émotionnelle de leurs proches, cela peut nuire à leur estime de soi et à leur développement", a commenté la patronne de l'Unicef Catherine Russel dans un communiqué.

"Une approche parentale attentive et ludique est source de joie et aide les enfants à se sentir en sécurité, à apprendre, à acquérir de nouvelles compétences et à s'orienter dans le monde qui les entoure", a-t-elle ajouté.

L'Unicef publie d'ailleurs pour la première fois des estimations sur l'accès des enfants à la possibilité de jouer, à l'occasion mardi de la première Journée internationale du Jeu.

Selon des données couvrant 85 pays, un enfant de 2 à 4 ans sur cinq ne joue pas avec la personne qui s'occupe de lui à la maison, et environ un enfant de moins de 5 ans sur huit n'a pas de jouets.

Quelque 40% des enfants de 2 à 4 ans ne sont pas assez stimulés ou manquent d'interactions et un sur dix n'a pas accès à la maison à des activités "critiques pour le développement cognitif, social et émotionnel, comme lire, raconter des histoires, chanter, dessiner".

"En cette première Journée internationale du jeu, nous devons nous unir et réaffirmer notre engagement à mettre fin à la violence à l'encontre des enfants et à promouvoir des relations positives, bienveillantes et ludiques avec les enfants", a insisté Catherine Russell.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique