Dimanche, 23 juin 2024
International > Monde >

Sa victoire aux européennes renforce Meloni en Italie et à Bruxelles

AFP , Lundi, 10 juin 2024

Giorgia Meloni
Giorgia Meloni, Premier ministre italien. Photo : AP

Le parti d'extrême droite de la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni, Fratelli d'Italia, a remporté les européennes dans la péninsule, lui permettant de sortir renforcée de ce scrutin, à Rome comme à Bruxelles.

"Merci. Fratelli d'Italia confirme sa place de premier parti italien en dépassant le résultat des dernières élections", s'est félicitée sur X celle qui dirige l'Italie depuis octobre 2022.

Fratelli d'Italia arrive en tête avec 28,8% des voix, selon les résultats quasi définitifs du ministère de l'Intérieur.

"Meloni plus forte en Europe", titrait lundi le quotidien romain Il Messaggero. "Victoire de Meloni et Le Pen", constatait la Stampa.

Ce score de Mme Meloni, elle-même tête de liste et qui avait fait cette élection un référendum sur sa personne en demandant aux électeurs d'écrire simplement "Giorgia" sur leur bulletin, marque une progression par rapport à son score de 26% obtenu aux législatives de 2022 qui lui avait ouvert les portes du pouvoir.

Une performance à mettre en regard du taux de participation le plus bas jamais enregistré en Italie pour des européennes, à 49,69%.

Lors d'un brève intervention publique, la Première ministre s'est dite "orgueilleuse du résultat de Fratelli d'Italia" et "fière que ce pays se présente au G7 et en Europe avec le gouvernement le plus fort de tous", alors que les autres dirigeants des grands pays européens, notamment le Français Emmanuel Macron et l'Allemand Olaf Scholz, sortent très affaiblis de ce scrutin.

Les dirigeants du G7, présidé cette année par l'Italie, se réunissent de jeudi à samedi dans les Pouilles (sud).

Le Parti démocrate (PD, centre gauche), principal parti d'opposition, arrive en deuxième position avec 24%, suivi du Mouvement 5 Etoiles (populiste) dirigé par l'ancien Premier ministre Giuseppe Conte avec plus de 9,9%.

- "Dans la cour des grands" -

Les deux partenaires de coalition de Mme Meloni, Forza Italia, le parti conservateur fondé par Silvio Berlusconi et membre du Parti populaire européen (PPE), et la Ligue antimigrants de Matteo Salvini recueillent 9,7% et 9,1% respectivement.

Une déroute pour la Ligue, alliée du Rassemblement national français à Strasbourg, qui s'était taillée la part du lion avec 34,26% des voix en 2019. Matteo Salvini, utilisateur frénétique des réseaux sociaux, n'avait toujours pas réagi lundi matin sur X à la proclamation des résultats.

Arrivée au pouvoir en octobre 2022 nantie de près de 200 milliards d'euros d'aide et de prêts européens au titre du plan de relance post-pandémie, Giorgia Meloni a réussi à maintenir un consensus sur sa personne, grâce entre autres aux divisions de ses opposants et en prenant garde de ne pas s'attaquer de front à des droits fondamentaux comme l'avortement.

Sa progression par rapport aux européennes de 2019 est impressionnante: Fratelli d'Italia n'avait alors rassemblé que 6,44% des voix.

Ce résultat devrait permettre à Mme Meloni de renforcer son poids à Bruxelles, où elle est déjà parvenue à imposer certains de ses thèmes de prédilection, comme la lutte contre les arrivées de migrants en Europe.

Contrairement à son allié le Premier ministre hongrois Viktor Orban, elle a aussi réussi à s'imposer comme une interlocutrice de la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, notamment grâce à son positionnement pro-ukrainien.

Au Parlement européen, Fratelli d'Italia fait partie du groupe des Conservateurs et Réformistes européens aux côtés notamment du parti espagnol d'extrême droite Vox et du petit parti français Reconquête.

L'autre groupe d'extrême droite, Identité et Démocratie, comprend la Ligue et le Rassemblement national de Marine Le Pen, qui a remporté une victoire historique en France.

Le rapprochement de ces deux groupes reste très incertain en raison de leurs importantes divergences, en particulier sur la Russie.

"Je ne pense pas que Meloni veuille revenir travailler avec des personnes comme Le Pen", analyse pour l'AFP Daniele Albertazzi, du groupe de réflexion "Centre for Britain and Europe".

"Je pense qu'elle essayera de jouer dans la cour des grands et se concentrera sur le PPE", ajoute l'analyste, pour qui "Meloni veut être vue votant pour le prochain président de la Commission".

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique