Vendredi, 19 juillet 2024
International > Monde >

Gaza: un médecin fait état d'un hôpital assiégé par l'armée israélienne depuis 5 jours

AFP , Jeudi, 23 mai 2024

s
Archives - Une femme palestinienne assise sur le sol entre des patients à l’hôpital Shuhada al-Aqsa à Deir el-Balah dans le centre de la bande de Gaza. Phhoto : AFP

L'hôpital al-Awda, dans le nord de la bande de Gaza, était toujours assiégé par l'armée israélienne jeudi, pour la cinquième journée consécutive, selon les déclarations à l'AFP du directeur par intérim de cet établissement situé à Jabalia.

« Nous sommes actuellement encore assiégés », a affirmé le docteur Mohammad Saleh jeudi après-midi.

« Il y a des soldats dans la cour de l'hôpital et dans les maisons voisines », a-t-il précisé, décrivant des « tirs et des bombardements continus » en direction de l'établissement.

« L'hôpital a été pris d'assaut (mercredi soir) et le personnel a été contraint de partir », raconte encore le Dr Saleh, « actuellement, il ne reste avec moi que 13 membres du personnel, 11 patients et deux femmes accompagnant des enfants blessés ».

Au moment de l'opération militaire israélienne, 140 personnes se trouvaient dans l'enceinte de l'hôpital, dont des employés, des patients et des proches de ces derniers les accompagnant, a déclaré sur X Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans la nuit de mercredi à jeudi.

L'OMS s'était rendue dans cet hôpital fin avril pour livrer du matériel médical et du carburant - indispensable pour faire fonctionner les générateurs qui fournissent l'énergie à la bande de Gaza, assiégée et privée d'alimentation en électricité depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas il y a plus de sept mois.

« Il n'y a plus aucun hôpital (ouvert) dans le nord de la bande de Gaza, donc s'il faut que nos patients soient évacués, ils n'auront nulle part où aller », a déclaré jeudi le Dr Saleh dans un communiqué partagé avec des organisations partenaires de l'hôpital, dont l'ONG belge Viva Salud.

Il ajoute que l'hôpital n'a plus d'eau potable, et que son système de filtrage a été détruit « par l'armée israélienne il y a deux mois ».

« Il nous reste des médicaments et du matériel médical dans les réserves de l'hôpital, mais nous ne pouvons pas l'atteindre, c'est seulement à 40 mètres mais il y a un sniper israélien à côté ».

Mardi, les patients d'un autre établissement de santé du nord de la bande de Gaza, l'hôpital Kamal Adwan, avaient été évacués, de même que son directeur le docteur Hossam Abou Safia, selon ses dires à l'AFP.

« Ce sont les deux seuls hôpitaux encore opérationnels dans le nord de la bande de Gaza. Il est impératif d'assurer leur capacité à fournir des services de santé », a déclaré M. Ghebreyesus mardi à Genève.

Dans ses échanges avec Viva Salud, le docteur Saleh s'inquiète de la discontinuité des soins pour les patients « notamment ceux qui ont des blessures nécessitant de la chirurgie orthopédique ».

Il rappelle qu'après une précédente fermeture de l'hôpital, les médecins ont dû « faire beaucoup d'amputations car les patients n'avaient pas reçu les soins en temps voulu ».

 

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique