Lundi, 24 juin 2024
International > Monde >

Les dates-clés de l'Iran depuis la Révolution islamique

AFP , Lundi, 20 mai 2024

Rappel des grandes dates de l'Iran depuis la Révolution islamique de 1979, après l'annonce lundi du décès du président Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère.

Raisi
Le Président élu Ebrahim Raisi salue les participants à la fin de sa conférence de presse à Téhéran. Photo : AP

 

République Islamique 

Le 1er février 1979, l'ayatollah Rouhollah Khomeiny rentre d'exil deux semaines après la fuite du chah Mohammad Réza Pahlavi, suite à des mois de protestations contre son régime impérial.

La République islamique est proclamée le 1er avril.

 

Otages américains 

Le 4 novembre, des étudiants islamistes prennent d'assaut l'ambassade américaine à Téhéran, exigeant l'extradition de l'ex-chah, soigné aux Etats-Unis: 52 diplomates et employés seront retenus en otage pendant 444 jours.

Le 7 avril 1980, Washington rompt les relations diplomatiques et impose un embargo commercial, dix mois avant la libération des derniers otages.

 Guerre Irak-Iran 

Le 22 septembre 1980, l'Irak attaque l'Iran après avoir dénoncé les accords d'Alger de 1975 censés mettre fin au conflit frontalier sur le Chatt al-Arab, bras principal du delta du Tigre et de l'Euphrate.

Un cessez-le-feu entre en vigueur en août 1988. La guerre fait des centaines de milliers de morts.

 

De Khamenei à Khatemi 

 

 

Après le décès le 3 juin 1989 de Khomeiny, l'ayatollah Ali Khamenei, président depuis 1981, devient guide suprême.

En juillet, Akbar Hachémi Rafsandjani est élu président. Ce conservateur modéré, réélu en 1993, mène la reconstruction du pays et amorce une politique d'ouverture envers l'Occident.

En 1997, le réformateur Mohammad Khatami est élu triomphalement président. Mais des émeutes et des manifestations d'étudiants émailleront son mandat. Réélu en 2001, il aura passé huit années à se battre contre l'obstruction des conservateurs.

 

Ahmadinejad, le populiste

Début 2002, le président américain George W. Bush classe l'Iran comme pays de l'"axe du mal", l'accusant de vouloir "exporter le terrorisme" et se doter d'armes de destruction massive.

En 2005, le populiste Mahmoud Ahmadinejad remporte la présidentielle. L'Iran reprend son programme d'enrichissement d'uranium.

En 2009, sa réélection sur fond d'accusations de fraude provoque une contestation qui ébranle la République islamique avant d'être violemment maté.

 

Rohani, religieux modéré 

En 2013, Hassan Rohani est élu président. Washington se dit prêt à "collaborer directement" avec lui.

Le 14 juillet 2015, Téhéran parvient avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne à un accord sur le nucléaire après douze ans de tensions.

L'accord de Vienne prévoit une levée partielle et progressive des sanctions contre l'Iran en échange de garanties que Téhéran ne se dotera jamais de l'arme atomique.

 

Rupture avec Ryad 

 

Début 2016, Ryad et ses alliés rompent ou réduisent leurs relations diplomatiques avec Téhéran après une crise déclenchée par l'exécution d'un dignitaire chiite en Arabie saoudite.

Ils accusent l'Iran d'ingérence dans les affaires des pays arabes et d'attiser les conflits notamment en Syrie et au Yémen.

 

Accord moribond 

Le 8 mai 2018, le président américain Donald Trump annonce retirer les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire et rétablir des sanctions.

A partir de mai 2019, Téhéran revient sur la plupart de ses engagements.

Des discussions pour ranimer l'accord ont échoué à l'été 2022.

 

Contestation réprimée 

En novembre 2019, une centaine de villes sont touchées par une contestation, sévèrement réprimée contre une hausse du prix de l'essence. Le bilan officiel est de 230 morts, au moins 304 selon Amnesty International.

Frappes et attaques 

Le 3 janvier 2020, le général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, est tué dans une frappe de drone américain à Bagdad. Le 8, l'Iran tire en représailles des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak.

Le 27 novembre, un éminent physicien nucléaire et vice-ministre de la Défense, Mohsen Fakhrizadeh, est assassiné dans une attaque près de Téhéran, attribuée par l'Iran à Israël.

 

 Raïssi, un ultra-conservateur à la présidence 

Le 18 juin 2021, l'ultra-conservateur Ebrahim Raïssi est élu président, sur fond de mécontentement face à la crise économique et sociale.

 

Révolte réprimée des femmes 

Le décès le 16 septembre 2022 de Mahsa Amini, une jeune femme détenue par la police des moeurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict pour les femmes, déclenche une vague de manifestations durement réprimées. Plusieurs centaines de personnes sont tuées et des milliers arrêtées. En Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux en public.

 

Attaque directe contre Israël 

Le 13 avril 2024, en représailles à une frappe aérienne mortelle contre le consulat d'Iran à Damas attribuée à Israël, l'Iran lance une attaque inédite de drones et missiles contre Israël, la plupart interceptés avec l'aide de Washington et d'autres pays alliés.

Décès de Raïssi 

Le 20 mai, le gouvernement iranien annonce le décès d'Ebrahim Raïssi et de son ministre des Affaires étrangères dans un accident d'hélicoptère, disparu la veille dans le nord-ouest du pays.

Le vice-président Mohammad Mokhber est désigné président par intérim, avant une élection dans un délai maximum de 50 jours.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique