Jeudi, 13 juin 2024
International > Monde >

La mort du président Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère suscite de multiples réactions de part le monde

Ahraminfo avec AFP, Lundi, 20 mai 2024

Réactions sobres ou ouvertement affligées: le monde réagit lundi à la mort dans un accident d'hélicoptère du président iranien Ebrahim Raïssi et de son ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian avec d'autres responsables de la République islamique, poids lourd du Proche-Orient.

Raisi
Archive : Ebrahim Raisi, président élu de l’Iran. Photo : AP

La Turquie "profondément attristée"

La Turquie "partage la douleur du peuple iranien ami et frère", a affirmé lundi le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan, après l'annonce de la mort du président Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère.

"Malheureusement, la nouvelle venant d'Iran nous a profondément attristés", a déclaré M. Fidan lors d'une conférence de presse.

"Je prie pour la miséricorde de Dieu pour mon cher collègue et frère" Ebrahim Raïssi, a réagi dans la foulée le président turc Recep Tayyip Erdogan sur le réseau social X.

Le chef de l'Etat a exprimé ses "plus sincères condoléances au peuple et au gouvernement iraniens amis et frères, en particulier au chef religieux de la République islamique d'Iran, (l'ayatollah) Ali Khamenei", disant se tenir "aux côtés de notre voisin iranien".

L'agence de presse étatique turque Anadolu a affirmé lundi que le drone Akinci turc déployé dimanche soir par Ankara a permis de localiser l'épave de l'hélicoptère à bord duquel voyageait M. Raïssi, découverte à l'aube dans le nord-ouest de l'Iran.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, qui se trouvait à bord du même hélicoptère, est également décédé, selon le gouvernement iranien.

Poutine rend hommage à un dirigeant "remarquable"

Vladimir Poutine a rendu hommage lundi au président iranien Ebrahim Raïssi, tué dans un accident d'hélicoptère, le qualifiant de "politicien remarquable" et de "véritable ami" de la Russie.

"Ebrahim Raïssi était un politicien remarquable (...) En tant que véritable ami de la Russie, il a apporté une contribution personnelle inestimable au développement des relations de bon voisinage entre nos pays et a déployé de grands efforts pour les amener au niveau du partenariat stratégique", a indiqué le président russe, dans un télégramme de condoléances diffusé par le Kremlin.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a lui salué lundi la mémoire du président iranien, Ebrahim Raïssi, et de son ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, également tué dans l'accident, soulignant qu'ils avaient été des "amis" de la Russie.

"Le président Raïssi et le ministre des affaires étrangères Amir-Abdollahian étaient des amis véritables et fiables", a-t-il indiqué dans un communiqué, saluant de "vrais patriotes" qui "ont fermement défendu les intérêts de leur pays".

Xi Jinping : une "grande perte pour le peuple iranien"

Le président chinois Xi Jinping a qualifié lundi la mort du président Ebrahim Raïssi de "tragique" et de "grande perte pour le peuple iranien", selon le ministère chinois des Affaires étrangères.

"Le président Xi Jinping a souligné que (...) sa mort tragique est une grande perte pour le peuple iranien, et que le peuple chinois avait perdu un bon ami", a déclaré le porte-parole du ministère Wang Wenbin lors d'une conférence de presse.

L’UE exprime ses "sincères condoléances"

Le président du Conseil européen Charles Michel a présenté lundi les "sincères condoléances" de l'UE après la mort du président iranien Ebrahim Raïssi et de son ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian dans un accident d'hélicoptère.

"L'UE exprime ses sincères condoléances pour la mort du président Raïssi et du ministre des Affaires étrangères Abdollahian, ainsi que d'autres membres de leur délégation et de l'équipage dans un accident d'hélicoptère. Nos pensées vont à leurs familles", a indiqué Charles Michel sur le réseau social X.

La veille, l'UE avait activé son système de cartographie pour aider l'Iran à retrouver l'hélicoptère, en réponse à une demande de ce pays. Mais cette annonce par le commissaire européen en charge de l'aide humanitaire, Janez Lenarcic, qui a utilisé le mot-clé "Solidarité de l'UE" a déclenché des réactions indignées.

"Quel hashtag misérable, quelle moquerie à l'égard des courageux défenseurs des droits de l'homme en Iran", a notamment réagi Marie-Agnes Strack-Zimmermann, députée allemande du parti libéral FDP, et candidate aux élections européennes.

La Commission européenne a expliqué que "ni le mécanisme de protection civile de l'UE ni le système satellitaire Copernicus ne sont motivés par des considérations politiques". "Tout pays peut demander une assistance humanitaire ou civile par l'intermédiaire de ces canaux, et la Commission fait de son mieux pour apporter son aide", a indiqué un porte-parole, Balazs Ujvari.

L'Iran est visé par des sanctions de l'UE en raison de ses activités nucléaires, de son soutien militaire à la guerre déclenchée par la Russie contre l'Ukraine, et des violations des droits de l'homme dans ce pays, notamment la répression des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini.

Un diplomate suédois travaillant pour l'Union européenne (UE), Johan Floderus, est actuellement détenu en Iran où il risque la peine de mort sous l'accusation d'espionnage.

Le Hamas salue un "soutien à la résistance palestinienne"

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a présenté lundi ses "condoléances" au peuple iranien après l'annonce par Téhéran de la mort du président Ebrahim Raïssi, saluant en la personne du défunt un "soutien à la résistance palestinienne".

"Nous partageons le tristesse et la douleur du peuple frère iranien" après cet accident ayant coûté la vie à l'ayatollah Raïssi, à son ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, et à d'autres responsables de la République islamique, dont le Hamas a pu apprécier "le soutien à la résistance palestinienne et les efforts incessants de solidarité" avec les Palestiniens depuis le début, le 7 octobre, de la guerre en cours à Gaza avec Israël, écrit le mouvement dans un communiqué.

Le soutien à la cause palestinienne est une constante de la diplomatie de la République islamique et a été réaffirmé avec force depuis l'accession à la présidence, en 2021, de M. Raïssi, issu du camp ultraconservateur.

L'annonce de la mort du président iranien survient un peu plus d'un mois après une attaque sans précédent de l'Iran contre Israël dans la nuit du 13 au 14 avril en riposte à une frappe aérienne imputée à Israël début avril sur l'annexe consulaire de l'ambassade iranienne à Damas, dans laquelle avaient péri sept membres parmi lesquels deux hauts responsables des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

Cette nuit-là, l'Iran a tiré vers Israël quelque 350 drones explosifs et missiles, dont la plupart ont été interceptés par Israël, avec l'aide de pays étrangers. La seule victime recensée de cette attaque a été une fillette bédouine grièvement blessée à la tête.

L'Iran avait qualifié de "fière opération" accompagnée de "victoires spectaculaires" l'attaque du Hamas contre l’enveloppe de Gaza le 7 octobre, à l'origine de la guerre en cours à Gaza. 35.450 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués dans la bande de Gaza, dévastée par les bombardements et l'offensive au sol de l'armée israélienne, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement palestinien.

Le président syrien proclame "sa solidarité" avec l'Iran

Le président syrien, Bachar Al-Assad, a présenté lundi ses condoléances à l'Iran après l'annonce de la mort du président Ebrahim Raïssi, proclamant sa "solidarité" avec Téhéran qui le soutient depuis le début de la guerre civile dans son pays.

"La Syrie est solidaire de la République islamique d'Iran (..)" a affirmé le président Assad dans son message aux dirigeants iraniens. "Nous avons oeuvré avec le président défunt pour que les relations stratégiques qui lient la Syrie et l'Iran demeurent toujours prospères", a-t-il ajouté.

Le Hezbollah rend hommage au "protecteur des mouvements de résistance"

Le puissant Hezbollah au Liban a présenté lundi ses condoléances aux dirigeants iraniens après l'annonce de la mort du président Ebrahim Raïssi, le qualifiant de "protecteur des mouvements de résistance" contre Israël dans la région.

"Le président martyr était pour nous un grand frère, un appui solide (..) et un protecteur des mouvements de résistance", a affirmé la formation qui combat Israël depuis le sud du Liban. Elle a également rendu hommage au chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian, tué dans le même accident d'hélicoptère.

Le Pakistan décrète une journée de deuil

Le Pakistan a décrété lundi une journée de deuil suite aux informations des médias iraniens rapportant la mort du président de la République islamique, Ebrahim Raïssi, dans un accident d'hélicoptère.

"Le Pakistan va observer une journée de deuil et le drapeau sera en berne" en "solidarité avec l'Iran", pays "frère", a écrit le Premier ministre, Shehbaz Sharif, sur le réseau social X. "L'immense nation iranienne surmontera cette tragédie avec son courage habituel", a-t-il ajouté, alors qu'Islamabad avait accueilli en grandes pompes le dirigeant iranien fin avril. 

Italie

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni a exprimé sur la télévision Canale 5 sa "solidarité et la solidarité de l'Italie au gouvernement iranien et au peuple iranien", espérant "que la future direction iranienne voudra s'engager en faveur de la stabilisation et de la pacification de la région".

Espagne

"C'était une figure très importante en Iran et nous allons donc suivre très attentivement les mesures que l'Iran va prendre", déclare José Manuel Albares, ministre des Affaires étrangères, sur la radio Cadena Ser.

Pologne

Le président polonais Andrzej Duda se dit sur X "profondément bouleversé", ajoutant que "peu de pays ont des pages aussi tragiques dans leur histoire" et rappelant que les Polonais ont connu le crash de l'avion de leur gouvernement en 2010 à Smolensk en Russie et se joignent "avec une compréhension particulière" aux proches des victimes et au peuple iranien "dans la prière et le chagrin".

Grèce

Le ministre grec des Affaires étrangères, Giorgos Gerapetridis, présente ses "condoléances aux Iraniens et au gouvernement iranien" et affirme, à la radio grecque Talk Radio 98.9, avoir "le sentiment qu'en dépit des légères fluctuations transitoires, il n'y aura pas de changement ni dans la politique étrangère (de l'Iran, ndlr) ni dans la réaction régionale ou internationale à l'égard de l'Iran".

Les Houthis du Yémen affirment que la mort de Raïssi est une "perte pour le monde musulman"

Les Houthis du Yémen, groupe rebelle soutenu par l'Iran, ont déclaré lundi que la mort du président iranien, Ebrahim Raïssi, dimanche dans un accident d'hélicoptère, était "une perte" pour "l'ensemble du monde musulman".

C'est "une perte non seulement pour l'Iran, mais aussi pour l'ensemble du monde islamique, la Palestine et Gaza", a déclaré le porte-parole des Houthis, Mohammed Abdelsalam, sur le réseau social X, ajoutant que les Palestiniens avaient "grand besoin de la présence d'un tel président qui continuait à défendre" leur droit à la liberté.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique