Vendredi, 21 juin 2024
International > Monde >

La Russie menace de frapper des cibles britanniques en Ukraine "et au-delà"

AFP , Lundi, 06 mai 2024

Ukraine
Des militaires russes tirent un missile en Ukraine. Photo : AFP

La Russie a menacé lundi de frapper des installations et équipements militaires britanniques en Ukraine "et au-delà" si Kiev frappait en territoire russe avec des armes fournies par Londres, après avoir convoqué les ambassadeurs britannique et français.

La porte-parole de la diplomatie russe a publié sur Telegram des videos des arrivées successives des deux ambassadeurs au ministère des Affaires étrangères, indiquant qu'ils avaient été convoqués.

Dans un communiqué, la diplomatie russe a indiqué que l'ambassadeur britannique Nigel Casey l'avait été après des déclarations du ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron "sur le droit de l'Ukraine à frapper le territoire de la Russie à l'aide d'armes britanniques".

"N. Casey a été prévenu que n'importe quelle installation militaire ou équipement britannique en Ukraine et au-delà de ses frontières pourraient être pris pour cible en riposte à des frappes ukrainiennes avec des armements britanniques sur le territoire russe", a indiqué le minitère russe dans ce communiqué.

Selon la diplomatie russe, les propos de David Cameron "contredisent directement les assurances données par la partie britannique lors du transfert de missiles longue portée à l'Ukraine", selon lesquelles ils ne seraient pas utilisés contre le "territoire russe".

Nigel Casey a été "invité à réfléchir aux conséquences catastrophiques des mesures hostiles prises par Londres" et à désavouer les déclarations de David Cameron, a ajouté la diplomatie russe dans ce communiqué.

Aucun commentaire n'a été fait dans l'immédiat sur la convocation de l'ambassadeur français à Moscou, Pierre Lévy, ni sur les causes de cette convocation.

Le président russe Vladimir Poutine a par ailleurs ordonné la tenue prochaine d'exercices nucléaires en réponse aux propos de dirigeants occidentaux, dont son homologue français Emmanuel Macron, concernant le possible envoi de soldats de l'Otan en Ukraine, selon le Kremlin.

Le ministère russe de la Défense a assuré que cela répondait à des "menaces" proférées par des dirigeants occidentaux contre la Russie.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique