Samedi, 13 juillet 2024
International > Monde >

Iran: L'ONU dénonce le durcissement du contrôle des femmes sans voile

AFP , Vendredi, 26 avril 2024

Mi-avril, la police iranienne a annoncé avoir renforcé ses contrôles sur le port obligatoire du voile par les femmes dans la rue, en regrettant qu'il soit de moins en moins respecté.

Téhéran
Les gens font leurs courses au vieux bazar principal de Téhéran. Photo : AP

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a dénoncé vendredi le durcissement du contrôle des femmes sans voile en Iran, visant aussi des jeunes filles de 15 à 17 ans.

"Nous avons reçu des rapports faisant état d'arrestations et de harcèlements généralisés de femmes et de jeunes filles, souvent âgées de 15 à 17 ans", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat, Jeremy Laurence, lors d'un point de presse.

Il a indiqué que le Haut-Commissariat avait reçu des informations selon lesquelles "la police iranienne - en uniforme et en civil - exerce une répression violente dans l'ensemble du pays contre les femmes et les jeunes filles, et contre les hommes qui les soutiennent, afin de faire respecter les lois strictes du pays sur le hijab".

Au cours des derniers mois, a-t-il insisté, la police fait "de plus en plus appliquer" ces lois.

M. Laurence a expliqué que des informations font état de centaines d'entreprises fermées de force car elles n'appliquaient pas les lois sur le voile ainsi que de l'utilisation de caméras de surveillances afin d'identifier les conductrices fautives.

Mi-avril, la police iranienne a annoncé avoir renforcé ses contrôles sur le port obligatoire du voile par les femmes dans la rue, en regrettant qu'il soit de moins en moins respecté.

Depuis la Révolution islamique de 1979, les femmes ont l'obligation de dissimuler leurs cheveux dans les lieux publics.

Mais de plus en plus de femmes apparaissent sans voile, notamment depuis le mouvement de contestation déclenché par la mort en détention en septembre 2022 de Mahsa Amini, une jeune femme arrêtée pour infraction au strict code vestimentaire en vigueur dans le pays.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a expliqué vendredi que le chef du Corps des Gardiens de la Révolution (CGRI) avait annoncé le 21 avril la création d'un nouvel organe chargé de faire appliquer les lois sur le port du voile.

En outre, a indiqué M. Laurence, le Haut-Commissariat est "très préoccupé par le fait qu'un projet de loi +Soutenir la famille en promouvant la culture de la chasteté et du hijab+ qui impose des sanctions encore plus sévères, est sur le point d'être approuvé par le Conseil des gardiens".

Le Haut-Commissariat demande par ailleurs aux autorités iraniennes d'annuler la condamnation à mort du rappeur Toomaj Salehi, emprisonné pour son soutien au mouvement de contestation de 2022 en Iran, et appelle à sa "libération immédiate et inconditionnelle".

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique