Lundi, 24 juin 2024
International > Monde >

Israël dit avoir déjoué un attentat contre un ministre d'extrême droite

AFP , Jeudi, 04 avril 2024

s
Archives - Itamar Ben Gvir, ministre israélien de la Sécurité nationale et chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit (Pouvoir juif). Photo : AFP

Le Shin Beth, service de sécurité intérieure israélien, a annoncé jeudi avoir déjoué un attentat contre un ministre d'extrême droite et démantelé une "cellule terroriste".

"Le Shin Beth a démantelé une cellule terroriste qui préparait des attentats en Israël, notamment contre le ministre Itamar Ben Gvir", affirme le Shin Beth dans un communiqué.

Une enquête conjointe de ses services, de la police et de l'armée, a abouti à l'arrestation de onze suspects parmi lesquels sept citoyens arabes israéliens, qui ont été interrogés, selon ce communiqué.

"Les membres de cette cellule terroriste avaient prévu des attaques contre des bases militaires, contre l'aéroport Ben Gourion et les bureaux du gouvernement à Jérusalem. Ils avaient aussi prévu de tuer le ministre de la sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, en se procurant un lance-roquettes pour commette cet attentat", précise le communiqué.

Dix des suspects ont été inculpés jeudi par le tribunal de Beersheva (sud).

Itamar Ben Gvir, qui dirige le parti d'extrême droite Force juive, membre de la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est connu pour ses diatribes anti-palestiniennes.

Il prône l'annexion par Israël de la Cisjordanie occupée et le transfert vers les pays voisins d'une partie des Arabes israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leurs terres après la création d'Israël en 1948.

La police israélienne avait arrêté en février 2023 un Palestinien soupçonné d'avoir projeté d'assassiner M. Ben Gvir.

Par ailleurs, jeudi, le Shin Beth et la police ont annoncé dans un communiqué commun avoir déjoué des attentats de "terroristes soutenant l'Etat islamique".

La police a interpellé trois suspects palestiniens qui seront déférés devant un tribunal jeudi, précise le communiqué.

En mars, "une enquête du Shin Beth et de la police a révélé qu'une cellule terroriste avait l'intention de commettre des attentats avec des explosifs et que ses membres étaient affiliés au groupe terroriste Etat islamique", selon le communiqué.

Depuis l'attaque sans précédent du Hamas en Israël le 7 octobre, qui a fait 1.170 morts, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes, la tension sécuritaire est élevée sur le territoire israélien et en Cisjordanie occupée.

En représailles, Israël a promis d'anéantir le Hamas et déclenché une guerre qui a fait plus de 33.000 morts, majoritairement des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique