Mardi, 28 mai 2024
International > Monde >

Le chef du Hamas palestinien pointe "l'isolement sans précédent" d'Israël

AFP , Mardi, 26 mars 2024

​Le chef du mouvement palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré mardi à Téhéran que l'adoption d'une première résolution du Conseil de sécurité de l'ONU exigeant un cessez-le-feu dans la bande de Gaza démontrait "l'isolement politique sans précédent" d'Israël.

 Ismail Haniyeh
Le chef du Hamas Ismail Haniyeh, à droite, est accueilli par le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian pour leur rencontre à Téhéran, en Iran. Photo : AP

"Bien que cette résolution soit arrivée tardivement et qu'il puisse y avoir certaines lacunes devant être comblées, la résolution montre que l'occupation israélienne connaît un isolement politique sans précédent", a dit le dirigeant palestinien après une réunion avec le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian.

Son déplacement en Iran est intervenu au lendemain de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une première résolution exigeant un cessez-le-feu "immédiat" entre Israël et le Hamas à Gaza, avec 14 voix pour et l'abstention des Etats-Unis.

Ce vote démontre "que les Etats-Unis sont incapables d'imposer leur volonté à la communauté internationale", a souligné M. Haniyeh devant la presse.

Il a estimé que "l'entité sioniste" n'avait "réussi à atteindre aucun de ses objectifs militaires ou stratégiques" après près de six mois de guerre.

Quelques heures plus tôt, Téhéran avait salué la résolution comme "une étape positive mais insuffisante", en appelant à "des mesures efficaces" pour "permettre la cessation complète et permanente des attaques israéliennes".

L'Iran est l'ennemi juré de l'Etat d'Israël et soutient les mouvements luttant contre lui dans la région, dont le Hamas.

La dernière visite de Haniyeh à Téhéran remontait à novembre, lorsqu'il avait notamment rencontré le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

La guerre à Gaza a éclaté le 7 octobre après une attaque de commandos du mouvement islamiste infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël qui a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, essentiellement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

D'après Israël, environ 250 personnes ont été enlevées et 130 d'entre elles sont toujours otages à Gaza, dont 33 seraient mortes.

La guerre à Gaza a fait plus de 32.400 morts majoritairement des civils dans le territoire palestinien, selon le ministère de la santé du Hamas.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique