Dimanche, 19 mai 2024
International > Monde >

Macron reçoit Ouattara sur fond de réorganisation française en Afrique

AFP , Vendredi, 22 mars 2024

Le président français Emmanuel Macron reçoit vendredi 22 mars à l'Elysée son homologue ivoirien Alassane Ouattara, alors que Paris prévoit de réduire sa présence militaire en Afrique de l'Ouest.

s
Archives - Le président français Emmanuel Macron a reçu le président ivoirien Alassane Ouattara à l’Elysée le 21 novembre 2023. Photo : AFP

Les deux hommes s'entretiendront au cours d'un "dîner privé" et aucune communication n'est prévue à l'issue de celui-ci, a indiqué l'Elysée à l'AFP sans autre détails.

La Côte d'Ivoire est l'un des plus solides alliés de la France en Afrique de l'Ouest.

Le président français compte réduire la présence militaire française en Afrique, à l'exception de Djibouti. Il a nommé l'ex-ministre Jean-Marie Bockel pour en discuter avec les pays partenaires africains.

Les armées françaises sont aujourd'hui déployées sur quatre bases au Sénégal (350 militaires), en Côte d'Ivoire (600), au Gabon (350) et au Tchad (1.000). Quelque 1.500 soldats sont également basés à Djibouti.

Fin 2022, Paris a été forcé de mettre un terme à l'opération antijihadiste Barkhane, qui a mobilisé jusqu'à 5.500 militaires français au Sahel, suite à une série de coups d'Etats militaires au Mali, au Burkina Faso et au Niger.

Les militaires qui ont pris le pouvoir dans ces pays ont mis fin à la coopération avec la France, après une décennie d'intervention destinée à combattre les jihadistes liés à Al-Qaïda et au groupe Daech. Le Mali et le Burkina Faso ont depuis conclu des accords de coopération militaire avec les Russes.

La France a promis de consulter ses partenaires africains avant de prendre des décisions chiffrées sur la baisse de ses effectifs sur le continent.

Emmanuel Macron a chargé l'ancien ministre Jean-Marie Bockel d'aller à la rencontre des partenaires africains pour discuter avec eux des nouvelles formes de la présence militaire française sur leur sol. Ses conclusions sont attendues en juillet.

"L'esprit, c'est de venir avec des propositions, une écoute et ensuite un dialogue qui aboutisse à un accord gagnant pour les deux parties", a déclaré fin février à Abidjan Bockel, qui s'est depuis rendu également au Tchad et au Gabon.

"Mutualiser" les bases "avec les Américains ou d'autres" partenaires est "souhaitable si nous voulons réduire notre visibilité tout en conservant le minimum d'empreinte nécessaire pour maintenir ouverts nos accès", avait estimé le chef d'état-major français, le général Thierry Burckhard le 31 janvier lors d'une audition à huis-clos en commission à l'Assemblée nationale.

Les entretiens de vendredi entre Macron et Ouattara devraient aussi permettre d'aborder la situation au Sénégal, autre partenaire de Paris en Afrique de l'Ouest, en pleine élection présidentielle ce week-end.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique