Lundi, 17 juin 2024
International > Monde >

Un général israélien à Gaza émet de rares critiques contre le gouvernement

AFP , Jeudi, 14 mars 2024

​Un général israélien à la tête d'une brigade combattant à Gaza a appelé le gouvernement à se montrer "à la hauteur" des soldats combattant à Gaza, de rares critiques qui lui ont valu jeudi des reproches en Israël.

s
Des chars israéliens stationnés dans une zone de transit près de la frontière de la bande de Gaza dans le sud d’Israël. Photo : AP

"Vous devez être à notre hauteur", a lancé mercredi le général de brigade Dan Goldfus, commandant la 98e division déployée à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, à l'adresse des dirigeants politiques.

"Nous ne fuirons pas nos responsabilité. Nous regrettons notre échec flagrant le 7 octobre, mais nous allons de l'avant", a-t-il dit, devant des journalistes, en appelant les dirigeants israéliens "à dépasser l'extrémisme et à se rassembler".

L'attaque du 7 octobre a mis au jour des défaillances des services de renseignements israéliens, qui n'avaient pas anticipé une opération de cette ampleur.

Ces commentaires, brisant la traditionnelle neutralité observée par les officiers israéliens vis à vis du pouvoir politique, ont valu au général Goldfus d'être convoqué par le commandement militaire.

Ce général a également appelé les dirigeants politiques à faire en sorte que "chacun prenne part" à l'effort militaire, dans une référence voilée aux juifs ultra-orthodoxes (haredim), qui peuvent être exemptés de service militaire.

Le ministre de la défense Yoav Gallant a présenté fin février une réforme du service militaire afin d'y intégrer les "haredim", perçue en Israël comme une bombe politique pouvant mener à la chute du fragile gouvernement de coalition de Benjamin Netanyahu dont sont membres des partis ultra-orthodoxes.

Les propos du général, qui n'ont pas entraîné jusque là de réaction de Netanyahu ou de Yoav Gallant, ont été abondamment commentés en Israël.

"Un officier ne doit parler que de ses décisions (militaires) sinon il doit quitter l'uniforme", a cinglé Yoav Segalovitz, un député centriste d'opposition, sur la radio publique Kan.

"Avec tout le respect dû à cet officier estimé, combattre à Gaza ne lui donne pas le droit ou la légitimité pour exprimer une position sur les affaires politiques", a écrit l'éditorialiste Nahum Barnea dans le quotidien conservateur, Yedioth Ahronoth.

L'opération militaire dans la bande de Gaza a fait 31.341 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Depuis le début de son offensive terrestre, le 27 octobre, 249 soldats israéliens ont été tués dans le territoire palestinien, selon les chiffres officiels.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique