Mercredi, 19 juin 2024
International > Monde >

France: les agriculteurs en colère veulent poursuivre leurs actions

AFP , Dimanche, 03 mars 2024

Les agriculteurs entendent poursuivre « des actions sur le terrain », a affirmé dimanche le patron du syndicat agricole FNSEA majoritaire en France, première puissance agricole européenne, au dernier jour d'un Salon de l'agriculture marqué par la colère du secteur en Europe et au-delà.

s
Des tracteurs sont garés lors d’une manifestation, près du château de Versailles, en dehors de Paris. Photo : AP

Après les promesses du gouvernement français, les exploitants attendent des « réalisations très concrètes » dans leur ferme, et même si la FNSEA n'appelle pas à une mobilisation nationale, « chaque département garde l'initiative de pouvoir faire un certain nombre d'actions », a expliqué Arnaud Rousseau.

« Les braises sont brûlantes », « rien n'est fini », a souligné le responsable syndical, après un salon marqué aussi par une visite mouvementée du président Emmanuel Macron qui a été hué.

Le Premier ministre Gabriel Attal par exemple promet « un contrôle unique administratif annuel », initiative "que les ministres confirment", mais "un certain nombre de corps de contrôle disent que ce n'est pas possible", a-t-il déclré.

Depuis le début de la crise, en janvier, le gouvernement français a promis plus de 400 millions d'euros d'aides d'urgence, le renforcement des lois pour protéger le revenu des agriculteurs ou encore de porter l'agriculture au rang d'un "intérêt général majeur".

L'exécutif a aussi promis d'alléger les contraintes, notamment environnementales, au prix de concessions décriées par les ONG et des scientifiques sur les pesticides.

A l'instar de leurs confrères européens qui ont manifesté en Espagne, en Allemagne, en Grèce ou encore en Pologne, les agriculteurs protestent contre une concurrence qu'ils jugent déloyale de la part de pays hors de l'UE, qui ne sont donc pas soumis aux mêmes règles, et contre une bureaucratie et des normes qu'ils estiment trop lourdes.

Ils dénoncent aussi des prix d'achat trop bas de leur production dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) et un manque d'aides au secteur.

La crise nourrit aussi une hostilité croissante envers les importations de céréales de l'Ukraine, malgré la solidarité envers ce pays depuis l'invasion russe. Au point que la Pologne n'a pas exclu de fermer "temporairement" sa frontière aux marchandises ukrainiennes.

L'exécutif européen a formulé récemment des propositions pour alléger "la pression" réglementaire sur les agriculteurs et répondre à leurs revendications comme l'assouplissement des exigences sur les prairies, des simplifications administratives et la réduction des visites de contrôle.

Au niveau international, la réunion ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce s'est achevée samedi sans que les pays ne parviennent à se mettre d'accord sur les deux thèmes majeures de la pêche et de l'agriculture.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique