Jeudi, 25 avril 2024
International > Monde >

Le Kremlin rejette les accusations "infondées" de la veuve de Navalny

AFP , Mardi, 20 février 2024

le Kremlin
Sans surprise, le Kremlin a rejeté mardi les accusations «grossières et infondées» de la veuve d’Alexeï Navalny. Photo : AFP

Le Kremlin a rejeté mardi les accusations "grossières et infondées" de la veuve d'Alexeï Navalny, qui a affirmé la veille que le président Vladimir Poutine avait fait tuer en prison son mari, opposant numéro un au régime russe.

"Bien évidemment, il s'agit d'accusations grossières et totalement infondées contre le chef de l'État russe, mais étant donné que Ioulia Navalnaïa est devenue veuve il y a quelques jours, je ne ferai pas de commentaire", a dit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Vladimir Poutine a tué mon mari, Alexeï Navalny. Poutine a tué le père de mes enfants (...) Avec lui, (Poutine) a voulu tuer notre espoir, notre liberté, notre avenir", avait asséné lundi Ioulia Navalnaïa, annonçant qu'elle allait poursuivre le combat de son défunt mari.

Le porte-parole du Kremlin a en outre jugé justifiées les arrestations de personnes rendant hommage à Navalny en déposant dans le calme des fleurs devant des monuments à la mémoire de victimes de répressions politiques soviétiques.

"Les forces de l'ordre agissent dans le cadre de la loi", a-t-il dit.

Enfin, il a qualifié de routinière la promotion par M. Poutine lundi de hauts responsables des services pénitentiaires russes, trois jours après la mort en prison de l'opposant.

"Ce sont des processus normaux d'avancement", a commenté M. Peskov.

Alexeï Navalny, qui purgeait une peine de prison de 19 ans pour "extrémisme" dans un camp de l'Arctique russe, est mort le 16 février en détention.

Arguant de procédures médico-légales en cours, les autorités russes ont refusé jusqu'ici de rendre le corps à sa famille, si bien que ses partisans considèrent que le régime russe cherche à couvrir un meurtre. Des accusations là aussi rejetées par le Kremlin.

Le monde occidental a vivement dénoncé la mort de l'opposant, emprisonné depuis plus de trois ans, et jugé le maître du Kremlin responsable. Vladimir Poutine a été "informé" du décès, selon son porte-parole, mais ne s'est pas exprimé.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique