Samedi, 13 avril 2024
International > Monde >

Pour l'Iran, une guerre contre le Liban "marquerait la fin de Netanyahu"

AFP, Samedi, 10 février 2024

Le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir-Abdollahian a affirmé samedi à Beyrouth qu'une offensive israélienne de grande envergure contre le Liban "marquerait la fin" du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

s
Hossein Amir Abdollahian, ministre irakien des Affaires étrangères. Photo : AFP

Ennemi juré d'Israël, l'Iran est un allié du Hamas palestinien qui est en guerre contre l'armée israélienne à Gaza depuis le 7 octobre et du Hezbollah libanais qui, en solidarité avec les Palestiniens, échange des tirs quotidiens avec les soldats israéliens à la frontière israélo-libanaise.

"Toute action du régime sioniste (Israël, ndlr) en vue d'une attaque à grande échelle contre le Liban marquerait la fin de Netanyahu", a dit aux journalistes M. Amir-Abdollahian, qui effectuait sa troisième visite au Liban depuis le 7 octobre.

En début de semaine, les autorités libanaises ont indiqué que le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné en visite alors à Beyrouth les avait averties qu'Israël pourrait déclencher une guerre contre le Liban "pour ramener chez eux" les dizaines de milliers d'habitants évacués de zones du nord d'Israël proches de la frontière avec le Liban.

Selon le ministre iranien, "le régime sioniste ne sera jamais capable de combattre sur deux fronts".

M. Abdollahian a rencontré à Beyrouth notamment le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, qui exerce une influence prépondérante au Liban, un haut responsable du Hamas basé au Liban, Oussama Hamdane, ainsi que le chef du Jihad islamique Ziad Nakhala, un mouvement armé palestinien à Gaza qui combat au côté du Hamas.

"Seuls la nation palestinienne et les groupes palestiniens ont le droit exclusif de déterminer leur propre destin", a-t-il encore dit.

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre contre Israël, qui a fait plus de 1.160 morts, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, Israël a juré de "détruire" le Hamas et a lancé une offensive qui a fait plus de 28.000 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique