Samedi, 13 avril 2024
International > Monde >

L'Irak rappelle son ambassadeur à Téhéran "pour consultations"

AFP, Mardi, 16 janvier 2024

Le ministère irakien des Affaires étrangères a rappelé mardi 16 janvier "pour consultations" son ambassadeur à Téhéran, Nassir Abdel Mohsen, après les tirs de missiles meurtriers des Gardiens de la révolution iraniens contre la région autonome du Kurdistan irakien

Iran
Une habitation détruite par une frappe iranienne à Erbil, le 16 janvier 2024. Photo: AFP

Le ministère irakien des Affaires étrangères a rappelé mardi 16 janvier "pour consultations" son ambassadeur à Téhéran, Nassir Abdel Mohsen, après les tirs de missiles meurtriers des Gardiens de la révolution iraniens contre la région autonome du Kurdistan irakien.

L'ambassadeur a été "convoqué pour des consultations dans le contexte des dernières attaques iraniennes sur Erbil, qui ont fait des martyrs et des blessés", selon un communiqué de la diplomatie irakienne à Bagdad, grand allié politique et partenaire économique stratégique de Téhéran.

L'Iran a justifié les frappes de missiles lancées dans la nuit de lundi à mardi en Irak et Syrie comme "une opération ciblée" conforme "aux droits légitimes" du pays à "défendre sa sécurité", selon le ministère des Affaires étrangères.

"L'Iran, avec ses importants services de renseignements, a, au cours d'une opération précise et ciblée, identifié les quartiers généraux des criminels et les a visés en utilisant des armes de précision", a déclaré le porte-parole du ministère, Nasser Kanani.

"La République islamique a toujours soutenu la paix, la stabilité et la sécurité de la région, et adhère aux principes du respect de la souveraineté et de l'intégrité des pays, mais elle n'hésite pas à utiliser le droit légitime à (...) défendre la sécurité de ses citoyens et à punir les criminels", a-t-il ajouté.

L'Irak a condamné mardi une "agression" de sa souveraineté et convoqué le chargé d'affaires iranien à Bagdad à la suite de frappes de missiles iraniens dans la périphérie d'Erbil, capitale du Kurdistan irakien, qui ont tué au moins quatre civils selon les autorités locales.

Selon l'agence officielle iranienne, des missiles ont détruit "un quartier général" d'où opéreraient des espions israéliens. "Un rassemblement de groupes terroristes anti-iraniens" a également été ciblé.

Les Gardiens ont par ailleurs annoncé avoir visé en Syrie "les lieux de rassemblement des commandants et des principaux éléments liés aux récentes opérations terroristes, en particulier l'Etat islamique" (EI), qui a revendiqué un attentat suicide ayant fait environ 90 morts le 3 janvier à Kerman (sud de l'Iran).

A Téhéran, de nouvelles bannières ont été déployées en début de matinée pour saluer les frappes avec les slogans "Réponse ferme par la volonté de Dieu" et "Préparez vos cercueils", dont certains étaient inscrits aussi en arabe et en hébreu.

Ces frappes interviennent dans un contexte régional déjà tendu, sur fond de guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas palestinien depuis le 7 octobre, conflit qui fait craindre un embrasement régional entre les alliés des deux camps.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique