Jeudi, 18 avril 2024
International > Monde >

L'ONU appelle à ne pas abandonner l'Ukraine, veut réunir 4,2 milliards USD en 2024

AFP , Lundi, 15 janvier 2024

L'ONU a demandé lundi 15 janvier, 4,2 milliards de dollars en 2024 pour l'aide humanitaire à la population ukrainienne et aux réfugiés qui ont fui l'invasion russe, appelant la communauté internationale à ne pas oublier ce conflit même si d'autres crises lui font "concurrence", comme à Gaza et au Soudan.

kyiv
L'ONU demande d’aide humanitaire à la population ukrainienne. Photo: AFP

"Vous vous souvenez de l'Ukraine ? (...) Il y a un an, nous n'aurions parlé que de l'Ukraine, et maintenant, depuis plusieurs semaines, nous n'en entendons que très peu parler", a lancé le coordinateur des affaires humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths, au lancement de l'appel humanitaire à Genève devant les médias.

Dans le détail, l'appel aux dons pour l'aide à la population ukrainienne vivant dans le pays s'élève à 3,1 milliards de dollars en 2024, contre 3,9 milliards de dollars l'année précédente - dont 67% ont été financés. C'est sans le doute l'appel le mieux financé au monde, a indiqué M. Griffiths, mais l'ONU l'a révisé à la baisse cette année, choisissant de se concentrer sur les besoins les plus urgents.

"Nous espérons que les gouvernements continueront à se montrer généreux" même si "la concurrence pour les financements est de plus en plus forte", a-t-il dit.

A ces 3,1 milliards de dollars s'ajoute 1,1 milliard d'aide à collecter en faveur des réfugiés ukrainiens et de leurs communautés d'accueil - afin de venir en aide à 2,3 millions de personnes. Quelque 6,3 millions de personnes ont fui l'Ukraine et sont réfugiées principalement à travers l'Europe.

Cette année dans le pays, 14,6 millions de personnes auront, selon l'ONU, besoin d'aide humanitaire, soit 40% de la population, dont 8,5 millions à atteindre en priorité.

"Ils ont besoin de votre aide. Ils ont besoin de vos fonds car l'aide humanitaire reste la bouée de sauvetage sans laquelle ils périront", a affirmé M. Griffiths, ajoutant que "le peuple ukrainien a besoin de nous aujourd'hui autant qu'il y a deux ans", lorsque la Russie a lancé son offensive militaire contre l'Ukraine.

- "Tissu de la société attaqué" -

Le responsable onusien a expliqué aux journalistes que 60% des partenaires humanitaires de l'ONU en Ukraine sont des organisations ukrainiennes, "ce qui témoigne de l'esprit communautaire et patriotique de nombreuses personnes dans ce pays".

Selon l'ONU, la récente vague d'attaques russes rappelle le coût dévastateur de cette guerre pour les civils, au moment où un hiver rigoureux accroit les besoins humanitaires.

"Des centaines de milliers d'enfants vivent dans des localités en première ligne, terrifiés, traumatisés et dépourvus des choses les plus élémentaires", a expliqué dans un communiqué M. Griffiths. "Ce simple fait devrait nous obliger à faire tout ce qui est possible pour apporter plus d'aide humanitaire en Ukraine".

"Les habitations, les écoles et les hôpitaux sont régulièrement pris pour cibles, ainsi que les réseaux d'eau, de gaz et d'électricité. C'est le tissu même de la société qui est attaqué, avec des conséquences dévastatrices", a-t-il souligné.

De son côté le chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a rappelé qu'à l'extérieur du pays, "des millions de réfugiés ukrainiens ont encore besoin d'une aide urgente".

Si l''accueil fait par l'Europe aux réfugiés ukrainiens est "exemplaire", a affirmé M. Grandi qui va bientôt se rendre en Moldavie, seuls la moitié des enfants ukrainiens réfugiés en âge d'aller à l'école sont scolarisés dans leurs pays d'accueil, selon l'ONU, et un quart des réfugiés ont des difficultés à accéder aux soins.

Seuls 40 à 60% des réfugiés ukrainiens ont trouvé un emploi, souvent en-deçà de leurs qualifications.

"Les pays d'accueil continuent de les protéger et de les intégrer dans la société, mais de nombreux réfugiés vulnérables ont encore besoin d'aide. Ils ne devraient pas se sentir obligés de rentrer chez eux parce qu'ils ne peuvent pas joindre les deux bouts en exil", a estimé M. Grandi.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique