Jeudi, 25 avril 2024
International > Monde >

Pakistan: la Cour suprême permet à Nawaz Sharif de se présenter aux élections

AFP, Lundi, 08 janvier 2024

La Cour suprême du Pakistan a décrété lundi que l'inéligibilité à vie d'un élu était inconstitutionnelle, ôtant le dernier obstacle qui empêchait encore l'ancien Premier ministre Nawaz Sharif de se présenter aux élections législatives du 8 février.

Nawaz Sharif
Nawaz Sharif à Islamabad. Photo: Reuters

Sharif, qui a été trois fois chef de gouvernement du Pakistan, avait été destitué de son poste de Premier ministre en 2017 par la Cour suprême pour une affaire de corruption.

Cette même Cour, en vertu d'une interprétation contestée d'un article de la Constitution, l'avait banni à vie un an plus tard de tout mandat politique pour cette affaire, qui lui avait aussi valu une condamnation à 10 ans de prison.

Nawaz Sharif avait été emprisonné pendant dix mois avant d'être libéré pour raison médicale et d'aller se soigner à Londres en novembre 2019, où il était resté exilé jusqu'à son retour au Pakistan en octobre dernier.

Son retour a été facilité par l'adoption, en juin sous le gouvernement de son frère, Shehbaz Sharif, d'une loi limitant la durée d'inéligibilité d'un parlementaire à une période maximale de cinq ans.

La Cour suprême, qui devait arbitrer entre son jugement de 2018 et cette nouvelle loi, a finalement estimé qu'une inéligibilité à vie restreignait "le droit fondamental des citoyens à se présenter à des élections et à voter pour le candidat de leur choix".

Nawaz Sharif, 73 ans, qui n'a jamais achevé aucun de ses mandats, a toujours nié toute malversation, dénonçant un complot de l'armée visant à favoriser la victoire électorale d'Imran Khan, qui était devenu Premier ministre en 2018.

Certains analystes politiques estiment que Sharif a passé pour revenir un accord avec les chefs de l'armée, et qu'il pourrait bien ramener son parti, la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N), au pouvoir.

Depuis son retour, il a bénéficié de l'annulation par la justice de deux condamnations précédentes pour corruption.

"La décision (de la Cour suprême) est favorable à Nawaz Sharif, qui sera maintenant en mesure de se présenter aux élections, qui devraient ouvrir la voie à son retour au pouvoir", a déclaré à l'AFP l'analyste Zahid Hussain.

Ces législatives devraient se tenir sans Imran Khan. Homme politique le plus populaire du pays, celui-ci est incarcéré depuis août, doit faire face à une multitude d'accusations et a été déclaré inéligible pour cinq ans.

Khan, 71 ans, chassé du pouvoir par une motion de censure en avril 2022, estime que les poursuites à son encontre sont motivées par des considérations politiques visant à l'empêcher de se représenter et accuse à son tour l'armée d'être à l'origine de ses ennuis judiciaires.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique