Samedi, 13 avril 2024
International > Monde >

Plus de 76.000 déplacés au Liban selon l'ONU

AFP, Vendredi, 05 janvier 2024

Plus de 76.000 personnes ont été déplacées au Liban près de trois mois après le début des violences à la frontière avec Israël, selon de nouveaux chiffres publiés par une agence spécialisée des Nations unies.

s
Des bâtiments détruits suite à des frappes sur la ville de Naqura dans le sud du Liban près de la frontière avec le nord d’Israël. Photo : AFP

 Les échanges de tirs se poursuivaient vendredi 5 janvier, entre le Hezbollah libanais, un allié du Hamas, et l'armée israélienne dans la zone frontalière, comme chaque jour depuis le déclenchement de la guerre le 7 octobre à Gaza.

Dans un rapport publié jeudi, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) indique que l'escalade à la frontière israélo-libanaise a déplacé 76.018 personnes, principalement dans les zones frontalières d'Israël, dans le sud du Liban.

L'OIM indique que près de 81% des déplacés sont actuellement logés chez des proches. Seuls 2% sont hebergés dans 14 abris collectifs répartis dans le sud du pays, principalement dans la ville côtière de Tyr (sud) et dans la région de Hasbaya (sud-est), ajoute l'agence.

Le reste des déplacés ont loué des appartements ou se sont installés dans leur résidence secondaire, dans des régions plus éloignées de la frontière.

Les violences transfrontalières ont fait 175 morts au Liban, parmi lesquels 129 combattants du Hezbollah mais aussi plus de 20 civils incluant trois journalistes, selon un décompte de l'AFP.

Le Hezbollah, qui revendique quotidiennement des opérations contre des soldats israéliens le long de la frontière, dit intervenir en soutien au Hamas à Gaza.

Le parti islamiste chiite a prévenu que l'assassinat du numéro deux du Hamas, Saleh al-Arouri, tué mardi soir par une frappe attribuée à Israël dans son fief de la banlieue-sud de Beyrouth, "ne resterait pas impuni", faisant craindre le risque d'une nouvelle escalade.

La guerre qui dure à Gaza a coûté la vie à 22.438 personnes, majoritairement des femmes, des adolescents et des enfants, soit désormais près de 1% de la population du territoire, selon le dernier bilan du ministère de la Santé à Gaza jeudi.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique