Samedi, 25 mai 2024
International > Monde >

Un responsable de l’Administration américaine démissionne en raison de l'« échec » des Etats-Unis à stopper les atrocités israéliennes à Gaza

Rim Darwich , Jeudi, 04 janvier 2024

60% de l'infrastructure du secteur de Gaza est endommagée ou détruite, et près de 2 millions d'habitants déplacés au milieu de pénuries aiguës de nourriture, d'eau potable et de médicaments.

s
Tarek Habash

« Je ne peux pas rester silencieux alors que cette Administration ferme les yeux sur les atrocités commises contre les vies innocentes des Palestiniens, dans ce que les principaux experts en droits de l'Homme ont qualifié de campagne génocidaire menée par le gouvernement israélien », a lancé Tarik Habash, un responsable politique au département de l'Éducation nommé par Biden, dans sa lettre de démission mercredi 3 janvier.

Habash a travaillé trois ans en tant qu'assistant spécial au Bureau de la planification, de l'évaluation et du développement des politiques du département et était le seul appointé américano-palestinien de l'agence.

« Je ne peux pas être complice en silence alors que cette Administration ne parvient pas à utiliser son influence en tant qu'allié le plus fort d'Israël pour mettre fin aux tactiques abusives et continues de punition collective qui ont privé les Palestiniens de Gaza de nourriture, d'eau, d'électricité, de carburant et de fournitures médicales, entraînant une maladie généralisée et la famine », a-t-il ajouté.

Habash a accusé l'Administration américaine de soutenir la violence indiscriminée contre les Palestiniens à Gaza, remettant en question l'intégrité des bilans de décès palestiniens dans les attaques israéliennes et votant contre des résolutions appelant à un cessez-le-feu à l'ONU. « Et les dirigeants de l'administration ont même repris des allégations non vérifiées qui déshumanisent systématiquement les Palestiniens », a-t-il écrit.

Habash, dont la famille a vécu la Nakba en 1948, lorsque les Palestiniens ont été chassés de leurs terres pour faire place à un État israélien, a déclaré que des centaines de milliers de Palestiniens ont été violemment expulsés de chez eux et que ses proches n'ont jamais été autorisés à retourner dans leurs maisons familiales depuis 75 ans.

« Des millions de Palestiniens ont fait face à des décennies d'occupation, de nettoyage ethnique et d'apartheid, et l'acceptation passive par l'administration Biden de ce statu quo est totalement contraire aux valeurs démocratiques. Notre gouvernement continue de fournir un financement militaire inconditionnel à un gouvernement qui ne cherche pas à protéger les vies innocentes », a ajouté Habash.

Josh Paul, directeur du Bureau des affaires politico-militaires du Département d'État américain, avait aussi démissionné le 19 octobre en raison de l'envoi d'armes par les Etats-Unis à Israël pendant la guerre en cours à Gaza, affirmant que « la guerre à Gaza soutenue par les Etats-Unis entraînerait davantage de souffrances tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens ».

Paul a écrit dans une note publiée en ligne que « l’Administration du président Joe Biden répétait les mêmes erreurs que Washington commet depuis des décennies ».

22 438 Palestiniens ont été tués et 57 614 blessés depuis le début de la guerre contre Gaza, selon le ministère palestinien de la Santé. ​​​​​​​

60% de l'infrastructure du secteur de Gaza est endommagée ou détruite, et près de 2 millions d'habitants déplacés au milieu de pénuries aiguës de nourriture, d'eau potable et de médicaments.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique