Dimanche, 19 mai 2024
International > Monde >

8 pays sur 20 participent en catimini à la coalition "Prosperity Guardian" contre les Houthis : Le Pentagone

Rim Darwich , Vendredi, 22 décembre 2023

Les Houthis visent des navires naviguant au large des côtes du Yémen en destination vers les ports israéliens en riposte à la guerre israélienne dans le secteur de Gaza.

s
Le Secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin Photo : AFP

20 pays ont accepté de participer à la coalition « Prosperity Guardian », destinée à protéger le trafic maritime en mer Rouge, a annoncé le Pentagone, jeudi 21 décembre.

« Les attaques des Houthis contre des navires transitant par la mer Rouge sont des attaques contre la communauté internationale et la communauté internationale s'unit pour se défendre contre les missiles et les drones visant leurs navires », a déclaré l’attaché de presse du Pentagone, le général de l'armée de l'air Pat Ryder.

Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis, Lloyd Austin, a annoncé l'opération « Prosperity Guardian » lors d'un voyage au Moyen-Orient. Il a rencontré des dirigeants du Koweït, de Bahreïn, du Qatar et d'Israël au cours de son voyage. « Le secrétaire a souligné le partenariat solide et durable entre les Etats-Unis et ses principaux pays partenaires en vue de promouvoir nos objectifs communs de sécurité et de stabilité dans toute la région du Moyen-Orient », a déclaré Ryder.

Le secrétaire américain à la Défense avait annoncé, lundi 18 décembre, la formation en mer Rouge d’une coalition de 10 pays qui vise à faire face aux attaques répétées des Houthis contre des navires qu’ils considèrent « liés à Israël ».

Outre les Etats-Unis, on retrouve la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l'Espagne et les Seychelles.

Austin a déclaré, jeudi 21 décembre, que la Grèce et l'Australie s'étaient également jointes au groupe, le portant à un total de 20, mais il a ajouté qu'au moins huit pays participant à l'opération refusent d'être nommés publiquement.

Austin a évoqué l'importance de la liberté de navigation sur les voies navigables internationales et la menace que représentent les attaques des Houthis contre la navigation commerciale dans la mer Rouge pour le commerce mondial. Entre 10 et 15 % du transport maritime mondial transite par la mer Rouge « et ces attaques ont un impact sur le commerce mondial, impactant négativement les économies des pays du monde entier et coûtant des milliards de dollars aux compagnies maritimes commerciales », a déclaré Ryder.

Les Houthis visent dernièrement des navires naviguant au large des côtes du Yémen en destination des ports israéliens en riposte à la guerre israélienne dans la bande de Gaza.

Face à la mobilisation américaine, le chef des Houthis, Abdel Malek Al-Houthi, a menacé de riposter en cas de frappes américaines. « Si l’Amérique veut l’escalade ou va commettre l’idiotie de prendre pour cible notre pays, nous ne resterons pas les bras croisés », a-t-il averti mercredi 20 décembre.

Austin a en outre convoqué une réunion ministérielle virtuelle depuis Bahreïn avec des ministres, des chefs de la défense et des hauts représentants de plus de 40 pays, ainsi que des représentants de l'Union européenne et de l'OTAN pour discuter de la menace accrue pour la sécurité maritime en mer Rouge.

« Dans les jours à venir, les Etats-Unis continueront de consulter étroitement leurs alliés et partenaires qui partagent le principe fondamental de la liberté de navigation, et nous espérons voir la coalition continuer à se développer », a déclaré Ryder.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique