Dimanche, 19 mai 2024
International > Monde >

Zelensky à Oslo pour rencontrer les dirigeants nordiques

AFP, Mercredi, 13 décembre 2023

s
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est accueilli par le Premier ministre Jonas Gahr Store à Oslo le 13 décembre 2023, Photo : AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé mercredi 13 décembre à Oslo pour une rencontre avec les dirigeants des cinq pays nordiques qui comptent parmi les principaux donateurs de l'Ukraine dans son combat contre l'agression russe. « Je souhaite à Volodymyr Zelensky la chaleureuse bienvenue en Norvège », a déclaré le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre dans un communiqué. « La Norvège continue à soutenir le combat de l'Ukraine pour sa défense ».

Le président ukrainien doit d'abord s'entretenir avec M. Støre puis il participera à une réunion des dirigeants des cinq pays nordiques (Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Islande).

La contre-offensive militaire lancée en juin par l'armée ukrainienne n'ayant pas apporté les résultats espérés, M. Zelensky cherche à remobiliser le soutien de ses alliés parmi lesquels des dissensions apparaissent.

Après une étape en Argentine où il a assisté à l'investiture du président ultralibéral Javier Milei dimanche, le président ukrainien s'est rendu aux Etats-Unis pour tenter de débloquer de nouveaux fonds.

Il en est reparti sans parvenir à convaincre le Congrès, divisé sur la question, d'approuver une nouvelle enveloppe de 61 milliards de dollars pour son pays, disant simplement avoir reçu des signaux « positifs ».

Troisième étape « surprise » de sa tournée, le passage à Oslo permettra à M. Zelensky d'essayer de cimenter le soutien des pays nordiques qui comptent parmi les donateurs importants à l'Ukraine depuis le début de la guerre en février 2022.

La Norvège a consenti en début d'année une aide pluri-annuelle, civile et militaire, de 6,8 milliards d'euros à l'Ukraine sur la période 2023-2027.

Le pays scandinave et le Danemark voisin ont donné notamment des chars, des canons et des munitions et promis qu'ils fourniraient des chasseurs F-16 à l'armée ukrainienne qui demande de tels appareils avec insistance.

En annonçant une nouvelle aide militaire sous forme d'équipements d'un montant d'environ 190 millions d'euros, la Suède a quant à elle confirmé qu'elle réfléchissait à l'envoi d'avions de chasse Gripen.

L'Histoire jugera

Le président russe Vladimir Poutine « compte » sur un arrêt de l'aide américaine à l'Ukraine, a dit le président américain Joe Biden mardi après sa rencontre avec M. Zelensky.

« L'Histoire jugera sévèrement ceux qui ont tourné leur dos à la cause de la liberté », a-t-il affirmé.

Bien conscient qu'une défaillance des Etats-Unis minerait le soutien des autres alliés de son pays, M. Zelensky a, lui, déclaré qu'il était « très important d'envoyer avant la fin de l'année un signal très fort d'unité à l'agresseur », de la part de l'Ukraine, des Etats-Unis, de l'Europe et "du monde libre".

Le Congrès a engagé plus de 110 milliards de dollars pour fournir l'Ukraine en équipements militaires et pour la soutenir économiquement, mais n'a pas réussi jusqu'ici à s'entendre sur la rallonge demandée par la Maison Blanche, pour tenir au moins jusqu'à la présidentielle de novembre 2024 aux Etats-Unis.

Les élus américains n'ont en théorie que jusqu'à vendredi « quand commencent les vacances parlementaires » pour parvenir à un accord sur la nouvelle enveloppe de 61 milliards de dollars. La Maison Blanche a prévenu qu'elle serait "à court d'argent" d'ici la fin de l'année si rien n'était fait.

Les démocrates sont favorables à cette rallonge

Les républicains n'y sont, à part une poignée d'élus de la droite radicale, pas totalement opposés. Mais ils lient leur soutien à une revendication de politique intérieure de longue date: un durcissement majeur de la politique d'immigration des Etats-Unis.

De son côté, le Kremlin a estimé mardi que toute nouvelle aide américaine était vouée au «fiasco», tandis que l'armée russe a revendiqué des avancées «significatives» sur une partie du front.

Une attaque de missile russe a par ailleurs ciblé Kiev tôt mercredi, blessant des dizaines de personnes, dont 15 ont été hospitalisées, a indiqué le maire de la capitale ukrainienne.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique