Vendredi, 23 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

L’indétrônable Erdogan

Inès Eissa, Mercredi, 31 mai 2023

Au pouvoir depuis 20 ans, le président turc a été réélu pour 5 années supplémentaires. Les électeurs turcs ont favorisé la continuité du projet islamo-conservateur d’Erdogan face aux promesses modernistes de son opposant Kiliçdaroglu.

L’indétrônable Erdogan
(Photo : AFP)

C’est sans surprise que le président turc Recep Tayyip Erdogan, 69 ans, a été déclaré vainqueur dimanche 28 mai par la commission électorale. Le pseudo suspense a donc pris fin : Erdogan a obtenu 52,1 % des suffrages contre 47,9 % pour son adversaire Kemal Kiliçdaroglu. « Notre nation nous a confié la responsabilité de gouverner le pays pour les 5 prochaines années. Cette élection a montré que personne ne peut attaquer les acquis de cette nation », a-t-il déclaré sur le toit d’un bus garé devant sa résidence stambouliote. Juché sur un bus devant son domicile d’Istanbul, sur la rive asiatique du Bosphore, le chef de l’Etat, 69 ans, au pouvoir depuis 20 ans, a pris la parole devant une mer de drapeaux rouges, brandis par une foule enthousiaste, appelant à « l’unité et à la solidarité ». « Il est temps de mettre de côté les disputes de la campagne électorale et de parvenir à l’unité et à la solidarité autour des rêves de notre nation », a lancé le chef de l’Etat. Erdogan partait déjà favori avec 5 points d’avance à l’issue du premier tour du 14 mai, où il avait recueilli 49,5 % des suffrages.

Bien qu’il soit devancé par son rival dans les principales villes du pays, comme Istanbul et Ankara, cela n’aura pas été suffisant pour Kemal Kiliçdaroglu, 74 ans, qui avait fait le pari de l’alternance et de la « démocratie apaisée ». Le candidat perdant et chef du principal parti de l’opposition turque a exprimé, dimanche soir, sa tristesse pour l’avenir de la Turquie. « Je suis profondément triste face aux difficultés qui attendent le pays », a-t-il déclaré depuis le siège de son parti à Ankara.

Le choix de la stabilité

En dépit d’un fort désir de changement d’une partie de l’électorat, las de la crise économique, des restrictions aux libertés et de l’hyper-présidentialisation du pouvoir, en dépit aussi des conséquences du terrible séisme de février (au moins 50 000 morts et 3 millions de déplacés) dans 11 provinces du sud du pays, les Turcs ont largement reconduit le chef de l’Etat, optant pour le désir de sécurité et de stabilité qui s’était déjà exprimé au premier tour du scrutin. En effet, selon les analystes, c’est ce désir de stabilité qui est à l’origine de la réélection d’Erdogan. « Les élections en Turquie se sont déroulées dans un climat politique crispé, puisque l’enjeu portait sur les choix stratégiques de l’orientation du pays à tous les niveaux », explique un diplomate qui a requis l’anonymat, en précisant que les Turcs ont opté pour le projet d’Erdogan qu’ils connaissent plutôt que de se lancer dans une tentative de changement radical risqué.

Les réactions internationales n’ont pas tardé après l’annonce des résultats de ces élections très suivies à l’étranger vu la position stratégique de la Turquie. Du Russe Vladimir Poutine à l’Américain Joe Biden en passant par l’Ukrainien Volodymyr Zelensky ou le Français Emmanuel Macron, plusieurs chefs d’Etat ont adressé leurs félicitations à Recep Tayyip Erdogan pour sa victoire. Le président russe a estimé que sa victoire était une « preuve évidente » du soutien de la population à sa politique. « J’ai hâte de continuer à travailler ensemble en tant qu’alliés au sein de l’Otan sur des questions bilatérales et des défis mondiaux », a réagi, pour sa part, le président américain Joe Biden. Emmanuel Macron a été, quant à lui, l’un des premiers dirigeants européens à adresser publiquement ses félicitations à l’homme fort de Turquie, en estimant que leurs deux pays avaient « d’immenses défis à relever ensemble ». En adressant ses félicitations, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a enfin dit espérer un « renforcement » des liens entre Kiev et Ankara, notamment pour assurer « la sécurité » en Europe.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique