Mercredi, 21 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Kigali, la ville la plus propre d’Afrique et prochain leader tech

Sabah Sabet avec agences, Lundi, 08 avril 2019

25 ans après le génocide et malgré ses effets dramatiques, les Rwandais sont parvenus à donner une nouvelle image de leur pays. En 2016, Kigali a été désignée la plus belle ville en Afrique par les Nations-Unies. En 2008 déjà, elle avait été classée la ville la plus propre d’Afrique. Kigali avait été récompensée par les Nations-Unies pour son programme de modernisation: éradication de bidonvilles, nouveaux équipements, réseau de transports publics, etc. La municipalité ne lésine pas sur les moyens et joue sur tous les fronts.

La propreté pour commencer: depuis 2008 le pays a banni les sacs en plastique; la municipalité a mis en place un système de ramassage des déchets performant. Officiellement, jeter des déchets peut vous coûter cher. Outre le programme de développement de Kigali, le Rwanda a fait des prouesses : selon le programme des Nations-Unies pour le développement humain, le Rwanda a un niveau de développement humain parmi les plus faibles du monde (159e sur 188 pays classés en 2016). C’est pourtant lui qui a connu les progrès les plus fulgurants au cours des 25 dernières années, devant la Chine. Et la capitale n’est pas en reste. Au contraire, c’est elle qui a tendance à tirer le pays vers le haut. Ville propre et verte, Kigali se rêve aussi leader de la scène tech africaine. Une « innovation city » est en cours de construction à quelques kilomètres de la capitale. « Nous réunissons sur un site les différentes composantes de l’économie de la connaissance et accélérons ainsi la croissance des nouvelles technologies au Rwanda », s’enthousiasme le responsable des nouvelles technologies du gouvernement rwandais, des déclarations citées sur le site Le Fil rouge. « Les géants mondiaux du secteur veulent venir en Afrique développer des produits adaptés aux Africains. Nous créons donc l’environnement idéal pour qu’ils nous choisissent », poursuit-il. Et pour atteindre ces objectifs, le pays a mis la main à la poche. Un fonds national pour la recherche et l’innovation, avec une première dotation de 30 millions de dollars, a été lancé à l’été 2018. Son ambition : accompagner les jeunes entrepreneurs de demain et créer tout un écosystème business capable d’attirer les investisseurs étrangers. En complément, la ville s’est dotée d’un aéroport international dernier cri et a déployé la 4G, y compris pour fournir un accès Internet dans les bus publics.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique