Jeudi, 20 juin 2024
Dossier > La nouvelle Egypte >

Nouvelle vision, nouveaux horizons

Racha Darwich , Mercredi, 20 décembre 2023

La nouvelle version de la vision de l’Egypte 2030, sur laquelle était basé le programme électoral du président élu Abdel-Fattah Al-Sissi, constituera la feuillede route de l’Etat égyptien au cours des prochaines années.

Nouvelle vision, nouveaux horizons

« Face aux changements et défis internationaux, régionaux et locaux observés au cours des dernières années, le ministère de la Planification et du Développement économique a jugé nécessaire de mettre à jour la première version de la Vision de l’Egypte 2030 », a déclaré la ministre de la Planification et du Développement économique, Hala Al-Saïd, lors de la publication de la version modernisée en novembre dernier après avoir été soumise aux discussions du Dialogue national. En 2018, deux ans après le lancement de la vision en 2016, le ministère de la Planification a jugé nécessaire d’amender la vision pour plusieurs raisons, dont la plus importante est d’assurer la cohérence de l’agenda national avec les objectifs de développement durable des Nations-Unies (Agenda 2030), ainsi qu’avec l’Agenda 2063 de l’Afrique. De plus, des dossiers importants se sont imposés dans le contexte égyptien, comme la croissance démographique galopante et la pénurie d’eau, sans oublier la nécessité de suivre le rythme des changements survenus dans les indicateurs de l’économie égyptienne après la mise en oeuvre du programme de réforme économique en 2016. Il s’est également révélé nécessaire de développer la résilience face aux défis mondiaux tels que le Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne. « Le ministère de la Planification et du Développement économique a orchestré la révision de la première version de la Vision de l’Egypte 2030 grâce à un large processus auquel ont participé les acteurs et les partenaires du développement des organismes gouvernementaux, des représentants du secteur privé et de la société civile, avec l’aide d’un groupe distingué d’experts et d’académiciens de tous bords », a expliqué Al-Saïd. Le processus s’est prolongé sur plusieurs années, surtout que l’apparition du Covid-19 avec ses séquelles économiques et sociales a imposé une nouvelle révision des objectifs de la vision afin d’englober les mutations survenues aux niveaux local, régional et mondial, ainsi que les mécanismes de rétablissement rapide et la capacité d’absorber les chocs. Un premier brouillon de la nouvelle Vision de l’Egypte 2030 a été envoyé à toutes les autorités nationales concernées pour donner leurs avis. C’est après les modifications apportées à la Vision en fonction de ces avis qu’elle a été soumise à la discussion au cours des sessions du dialogue.

Les grandes lignes de la nouvelle vision

La nouvelle vision a déterminé quatre principaux piliers qui régissent l’exécution des objectifs, estimant que la réussite du processus de développement est fondamentalement liée au fait que « l’être humain est au centre du développement », que le succès de la vision doit inclure « la réalisation de la justice et de l’accessibilité », que la mise en oeuvre doit se caractériser par « la flexibilité et l’adaptabilité » afin de garantir que les objectifs conduisent à la « durabilité ».

Pour réaliser le développement durable et atteindre les objectifs en 2030, la vision a défini 7 catalyseurs nécessaires. Il s’agit en premier lieu d’assurer le financement qui représente le principal outil pour subvenir aux besoins croissants du développement. Le deuxième est de réaliser le progrès technologique et l’innovation vu que ces notions se sont transformées de simples termes scientifiques en un procédé développé pour résoudre les problèmes dans tous les domaines du développement, ainsi que dans la vie de tous les jours des citoyens. La promotion de la transformation numérique est un autre catalyseur qui contribue à réaliser les objectifs de la Vision. Dans ce contexte, il s’agit de créer une infrastructure numérique solide pour le gouvernement et les institutions pour leur permettre de naviguer de concert avec les dernières évolutions technologiques. Par ailleurs, la production périodique des données et leur disponibilité représente une condition sine qua non de la bonne gestion du processus de développement afin d’aider les preneurs de décision à élaborer les politiques capables de faire face aux différents défis. Le processus de développement requiert, d’autre part, un environnement législatif et institutionnel favorable pour l’exécution des nouvelles politiques et procédures et requiert aussi un système de valeurs culturelles. Enfin, aucun développement ne sera palpable sans le contrôle de la croissance démographique, car il est indispensable que le taux de croissance démographique soit proportionnel aux ressources de l’Etat et à son développement économique.

Enfin, la Vision de l’Egypte 2030 s’est déterminée des objectifs clairs qui se concentrent sur l’amélioration de la qualité de vie des citoyens égyptiens et la consolidation des principes de justice et d’inclusion sociale.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique