Mercredi, 22 mai 2024
Dossier > Présidentielle 2024 >

Ménoufiya : Une conscience politique ancrée

May Atta , Mercredi, 13 décembre 2023

Les Egyptiens ont voté cette semaine à l’élection présidentielle des 10, 11 et 12 décembre. Que ce soit au Caire, à Alexandrie, ou dans les autres gouvernorats, le scrutin s’est déroulé sans encombre avec une affluence massive et une présence féminine remarquable. Bilan.

Ménoufiya : Une conscience politique ancrée

Dans le gouvernorat de Ménoufiya, situé dans le nord du pays, à 90 km du Caire, le scrutin s’est déroulé dans une atmosphère calme et bien organisée. Ménoufiya est connu pour être le gouvernorat natal de trois présidents égyptiens : le président Abdel-Fattah Al-Sissi, Hosni Moubarak et Anouar Al-Sadate. Ce gouvernorat est également considéré comme l’un des principaux gouvernorats qui enregistrent toujours le plus haut taux de participation électorale. En 2018, le taux de participation à l’élection présidentielle à Ménoufiya a atteint plus de 48 %, le taux le plus élevé enregistré au niveau de la République.

Cette année, le gouvernorat de Ménoufiya s’est préparé à la présidentielle 2024 en équipant 506 centres électoraux, 12 bureaux de vote principaux et 580 sous-commissions, dont 6 sont consacrées aux Egyptiens résidant hors de leurs circonscriptions électorales. Ces bureaux doivent recevoir 2 851 466 d’électeurs enregistrés sur les listes électorales au niveau du gouvernorat.

Dès l’entrée du gouvernorat, les banderoles et les panneaux électoraux des candidats sont de plus en plus visibles. Dans l’établissement Taha Hussein, une école primaire localisée dans la ville de Chébine Al-Koum, des dizaines d’électeurs commencent à affluer dès les premières heures, au premier jour du vote. Des policiers sont postés devant les bureaux pour organiser et sécuriser le processus de vote. Des femmes et aussi des hommes âgés font la queue devant le bureau de vote. Dans l’après-midi, une marche de femmes sillonne les rues de la ville de Chébine Al-Koum, pour exhorter les citoyens à participer à l’élection présidentielle, brandissant des drapeaux et scandant des slogans : « Descendez, participez, vive l’Egypte ! ».

Ici, tout le monde est conscient de l’importance de se rendre aux urnes. « Voter est un droit national et un impératif si nous espérons un meilleur avenir pour l’Egypte », affirme Safaa, professeure dans une école primaire. Oum Mohamad, femme au foyer qui vient avec ses voisins dans un microbus, assure, pour sa part, que son objectif de participer est de choisir le président qui peut booster la croissance économique et sociale pour que ses fils puissent trouver un travail et se marier.


Le vote s’est déroulé de manière calme et organisée.

Musique, chants et ballons multicolores … A quelques kilomètres de l’école Taha Hussein, une ambiance festive tout à fait différente règne dans l’école primaire Ahmad Abdel-Réhim au centre du gouvernorat. La musique commence à créer une bonne ambiance et à attirer les électeurs vers les urnes. Et une file d’attente commence à se former. Azmy Abdel-Razek, directeur au ministère de l’Education à Ménoufiya, qui attend son tour, assure : « Je suis venu donner ma voix au président Sissi. Je pense que, durant les dernières années, il a essayé de faire une réforme économique mais les conditions du Covid-19 et la guerre étaient une grande entrave. Je suis venu avec mes fils aussi pour soutenir le président car nous voulons la stabilité et lui seul peut protéger l’Egypte contre les dangers qui menacent notre pays, surtout durant la situation critique à Gaza et les essais des Israéliens de déplacer de force les Palestiniens vers le Sinaï. Les Egyptiens peuvent supporter la crise économique mais la sécurité de notre pays est une priorité ». Ibrahim Al-Wahch, un retraité qui attend aussi son tour sur une chaise, assure lui aussi que l’Egypte a besoin d’un dirigeant capable de faire face à l’insécurité qui entoure l’Egypte de plusieurs côtés.

De son côté, le gouverneur de Ménoufiya, Ibrahim Abou-Limoune, a indiqué que le processus électoral se déroulait de manière fluide. « Dans le but de maintenir le bon déroulement du processus électoral dans le gouvernorat, une salle centrale des opérations suit 24 heures sur 24 la régularité du processus électoral, surveille la situation générale de la scène électorale, traite immédiatement les cas d’urgence et de crise et les plaintes des citoyens », dit-il. Par ailleurs, Dr Rasha Khader, cheffe de la Direction de santé du gouvernorat de Ménoufiya, a déclaré que le degré de préparation a été élevé au maximum dans tous les hôpitaux et unités de santé, en plus de la présence d’équipes médicales autour des commissions électorales pour fournir des services médicaux aux électeurs âgés et aux personnes handicapées afin de les aider à voter. Elle a souligné également le déploiement d’ambulances équipées autour des commissions électorales pour réagir immédiatement et faire face à toute urgence.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique