Dimanche, 03 mars 2024
Dossier > Présidentielle 2024 >

Participation massive à Riyad

Mokhtar Shoeab, directeur du bureau d’Al-Ahram à Djeddah, Mercredi, 06 décembre 2023

De Washington à Abu-Dhabi en passant par Riyad et Paris, les Egyptiens à l’étranger ont voté massivement à l’élection présidentielle des 1er, 2 et 3 décembre. Retour sur une semaine riche en symboles.

Participation massive à Riyad
Longue file d’attente devant l’ambassade de Riyad.

A Riyad, en Arabie saoudite, une vingtaine de bureaux de vote ont été mis à la disposition des électeurs égyptiens. L’Arabie saoudite accueille la plus grande communauté d’Egyptiens à l’étranger. Dès les premières heures du jour, les électeurs affluent vers le consulat d’Egypte à Djeddah. Ils viennent de Taëf, Yanbu et Tabuk.

Des familles entières ont fait le déplacement. Elles forment de longues files d’attente devant le consulat. « Cette présence en force de la communauté égyptienne est un message au monde pour dire que l’Egypte est un Etat civil, moderne et démocratique et que le peuple égyptien est positif. C’est d’ailleurs l’image que nous tenons à transmettre à travers ces files d’attente, ces gens qui sont venus exercer leur droit constitutionnel », affirme le consul d’Egypte à Djeddah, Ahmad Abdel-Méguid. Il explique que la communauté égyptienne en Arabie saoudite avait enregistré, aux précédentes élections, les plus hauts taux de participation. « Nous espérons que notre communauté fera de même cette année », a affirmé le consul.

Durant les deux premiers jours du scrutin, qui a débuté le 1er décembre, des milliers d’électeurs égyptiens expatriés se sont rendus dans les 20 bureaux de vote situés à l’ambassade et au consulat de Riyad, ainsi qu’au consulat de Djeddah en Arabie saoudite. Les bureaux de vote sont ouverts pendant les trois jours du scrutin de 9h et à 21h.

La communauté égyptienne d’Arabie saoudite compte 1,9 million d’expatriés, selon Saïd Yehia, président de l’Union des Egyptiens à l’étranger. 30 % de ces expatriés travaillent dans les secteurs gouvernementaux et 70 % dans le secteur privé : médecins, pharmaciens, professeurs d’université, ingénieurs, avocats, journalistes et autres.


Toutes les facilitations logistiques ont été assurées aux électeurs.

Dès le premier jour du scrutin, la participation des Egyptiens a été remarquable. L’ambassadeur d’Egypte à Riyad, Ahmed Farouk, explique que l’ambassade et le consulat, en coopération avec les représentants de la communauté égyptienne dans les régions ouest et sud du Royaume, ont lancé une campagne pour sensibiliser les Egyptiens à l’importance des élections. Un guide sur le scrutin a été publié à l’adresse de la communauté égyptienne. Et les préparatifs logistiques ont été assurés, notamment les moyens de confort pour les électeurs. « L’ambassade a procuré des ordinateurs et d’autres fournitures nécessaires aux opérations de vote », explique le vice-consul général à Riyad, Mohamed Ramadan. Et d’ajouter : « Ce n’est pas tout, des tentes ont été dressées pour l’attente des électeurs et des fauteuils roulants ont été fournis aux personnes qui souffrent de handicap physique. Les bureaux de vote ont été aménagés de manière à assimiler toute éventuelle augmentation du nombre d’électeurs ». Le personnel du consulat a été formé à la manière d’orienter les électeurs et de leur assurer les moyens de confort.

Mahmoud Abdel-Qader, citoyen égyptien travaillant à l’Organisation de la coopération islamique, assure que l’ambassade a joué un rôle important pour inciter les électeurs à participer au scrutin. « Les mesures prises pour faciliter le vote et le déplacement des électeurs nous ont beaucoup encouragés à participer à cette échéance constitutionnelle importante. La participation aux élections est une responsabilité politique », explique Abdel-Qader.

Khaïry Maamoun, juriste, insiste lui aussi sur l’importance de la participation aux élections. « Les ressortissants égyptiens en Arabie saoudite sont les ambassadeurs de l’Egypte et ils sont appelés à participer aux élections, surtout que nous sommes dans une conjoncture régionale et internationale difficile », dit-il.

Quant à Saïd Yehia, président de l’Union des Egyptiens à l’étranger, il salue les autorités saoudiennes pour leur coopération. « Grâce à l’aide des autorités saoudiennes, une salle commune à l’union et au consulat général a été créée pour surmonter tous les problèmes auxquels nous pourrions être confrontés pendant les trois jours du scrutin », conclut-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique