Samedi, 13 avril 2024
Dossier > PRÉSIDENTIELLE >

Coup d’envoi de la campagne électorale

Nasma Réda , Jeudi, 16 novembre 2023

Les quatre candidats en lice pour l’élection présidentielle 2024 ont commencé leur campagne électorale officielle le 9 novembre.

Coup d’envoi de la campagne électorale

Panneaux, pancartes, affiches … Depuis le 9 novembre, les portraits des quatre candidats à la prochaine présidentielle remplissent les rues du Caire et de l’ensemble des gouvernorats du pays, annonçant le lancement de la campagne électorale pour la présidentielle 2024. Le calendrier annoncé par l’Autorité nationale des élections a fixé jusqu’au 29 novembre le délai de la tenue des campagnes à l’étranger, le scrutin y étant prévu les 1er, 2 et 3 décembre. En Egypte, la campagne doit s’achever le 8 décembre, le scrutin étant les 10, 11 et 12 décembre.

Le directeur exécutif de l’Autorité nationale des élections, Ahmad Bendary, a affirmé que chaque candidat avait choisi son symbole électoral et son numéro de candidature, un jour avant le lancement des campagnes électorales. Ainsi le candidat Abdel-Fattah Al-Sissi a choisi le symbole de l’étoile, Abdel-Sanad Yamama celui du palmier, Farid Zahran celui du soleil et, enfin, Hazem Omar celui de l’escalier.

Les candidats ont également été autorisés par l’autorité à ouvrir des comptes bancaires à la banque Al-Ahly (NBA) ou la Banque Misr pour financer la campagne. Selon la loi, le budget de chaque campagne ne doit pas dépasser les 20 millions de L.E. 5 millions de L.E. supplémentaires sont autorisés en cas de la tenue d’un 2e tour.

Mais pour ce qui est du financement, chaque candidat a sa propre approche. Les responsables de campagne du candidat Hazem Omar ont affirmé leur intention de rationaliser les dépenses autant que possible en raison des crises économiques mondiales. Pour sa part, la députée parlementaire et vice-président du Parti national social-démocrate Sanaa Al-Saïd assure que son parti se chargera de toutes les dépenses nécessaires pour la campagne de Farid Zahran. Elle a cependant critiqué le temps très limité accordé aux campagnes.

De son côté, Mahmoud Fawzy, responsable de la campagne de Sissi, a déclaré lors de la conférence électorale que « tous les dons offerts à la campagne seront alloués aux initiatives nationales dont Hayah Karima (vie décente) pour soutenir le peuple palestinien dans sa crise ». A rappeler que la loi électorale stipule que tout candidat peut recevoir des dons, à condition que leur montant ne dépasse pas 2 % du total des dépenses prévues pour la campagne électorale.

Débats télévisés et conférences

Chaque candidat a commencé sa campagne à sa manière. Certains par des conférences populaires et d’autres par des rencontres télévisées. La campagne de Sissi a commencé officiellement par l’organisation d’une conférence électorale afin de présenter les activités de la campagne depuis le dépôt de sa candidature le 7 octobre. Mahmoud Fawzy, porte-parole de la campagne, a assuré que pendant un mois, la campagne avait accueilli à son siège des dialogues avec des politiciens, sociologues, hommes d’affaires, responsables de partis politiques, hommes de religion et autres, sur la vision future de la campagne du candidat Sissi. En plus, « à travers la vidéoconférence, la campagne de Sissi a pu atteindre un grand nombre d’Egyptiens expatriés. Nous avons discuté avec eux de leurs problèmes et de leurs ambitions pour l’avenir », explique Fawzy.

La campagne de Yamama n’est pas moins active. Au moins cinq grandes conférences électorales dans différents gouvernorats sont déjà sur l’agenda. « Les premières ont été lancées au Caire et à Daqahliya », déclare Yasser Al-Hodaibi, porte-parole de la campagne. Ce n’est pas tout, « une équipe du parti Al-Wafd se rendra à l’étranger, notamment en Arabie saoudite et en Italie, pour présenter aux Egyptiens expatriés le programme électoral de notre candidat », assure Al-Hodaibi. Yamama a été l’invité, plus d’une fois au cours des semaines dernières, dans des entretiens télévisés et journalistiques.

De son côté, le candidat Hazem Omar a commencé sa campagne par une rencontre télévisée le 10 novembre, soit au lendemain du lancement du marathon électoral, au cours de laquelle il a présenté sa vision pour l’avenir.

De même, avant le lancement officiel de la campagne électorale, Farid Zahran a présenté sa vision sur la situation en Egypte et dans le monde dans plusieurs programmes télévisés. Mais la campagne officielle de Zahran a commencé par une conférence de presse à Assiout, en Haute-Egypte.

Le politologue Hassan Salama, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, explique que « l’Autorité nationale des élections travaille inlassablement afin d’organiser des élections idéales, de garantir que l’atmosphère du scrutin soit propice à la participation du plus grand nombre d’électeurs, dont le nombre s’élève à 60 millions de citoyens ayant le droit au vote. Si 40 % d’entre eux participent au processus électoral, cela représentera un pourcentage important supérieur à celui de plusieurs pays du monde ». « Avec le lancement de la campagne électorale, on s’attend à ce que chaque candidat ne se contente pas seulement de présenter son programme électoral mais le plus important encore est qu’il présente sa vision et les moyens de réaliser ses promesses. Ceci concerne surtout les nouveaux candidats dont l’exercice politique est inconnu par les électeurs », souligne Salama. Et de conclure : « Nous avons besoin d’un réel exercice politique et démocratique à travers lequel les citoyens choisissent leur candidat en fonction de son programme électoral qui répond à leurs ambitions, et non pas de sa personne. La présidentielle, c’est la responsabilité des citoyens plus que des candidats ».

 Informations aux électeurs

— www.elections.eg : c’est le site électronique consacré par l’Autorité nationale des élections aux citoyens pour qu’ils vérifient la présence de leurs noms parmi les électeurs et pour qu’ils connaissent leur circonscription électorale.

— Chaque électeur a le droit de changer son bureau de vote jusqu’au 15 novembre. Trois bureaux alternatifs lui sont proposés à condition d’envoyer une photo de la carte d’identité.

— L’Autorité nationale des élections autorise les membres d’une seule famille à s’enregistrer dans un même bureau de vote.

— Les adresses détaillées de tous les bureaux de vote sont disponibles sur le site.

 Procédures pour les Egyptiens votant à l’étranger

— L’électeur expatrié enregistré sur les listes électorales présente son passeport ou sa carte d’identité nationale même si la date de validité de la carte a expiré.

— Le scrutin se tiendra pendant les trois jours de 9h à 21h (suivant les horaires du pays dans lequel l’électeur se trouve).

— Les élections se déroulent au sein des ambassades et consulats égyptiens, sous le contrôle des ambassadeurs et du personnel des ambassades.

— Chaque candidat a droit à un superviseur de sa campagne dans chaque ambassade qui assistera au processus électoral.

— Un rapport quotidien et en fin de chaque journée électorale est envoyé à l’Autorité nationale des élections par chaque ambassade.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique