Lundi, 24 juin 2024
Dossier > Gaza, la guerre >

Aide humanitaire : L’Egypte multiplie les efforts

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 08 novembre 2023

Après une suspension de trois jours, l’évacuation des étrangers et des blessés de Gaza a repris le 7 novembre, via le terminal de Rafah. L’Egypte poursuit ses efforts pour fournir les soins aux blessés de la guerre.

Aide humanitaire : L’Egypte multiplie les efforts
L’Egypte reçoit entre 40 et 50 blessés par jours.

Un nouveau groupe de 329 personnes de double nationalité est arrivé le 7 novembre au poste-frontière de Rafah après la reprise du processus d’évacuation qui a débuté le 1er novembre et qui avait été suspendu pendant trois jours, portant le nombre total de personnes évacuées de la bande de Gaza à 1 400 individus de différentes nationalités. Les hôpitaux égyptiens ont, d’autre part, continué à accueillir les blessés des bombardements israéliens à Gaza, à Al-Arich et à Alexandrie, ainsi qu’à l’Institut Nasser au Caire.

Par ailleurs, le côté palestinien du passage de Rafah a reçu mardi un nouveau convoi de 92 camions d’aide humanitaire transportant des médicaments, de la nourriture, du lait maternisé et de l’eau, portant le total des camions d’aide arrivés dans la bande de Gaza depuis le 21 octobre à 567 camions.

A rappeler que les évacuations ont été suspendues pour trois jours seulement après leur commencement, après que des ambulances transportant des blessés hors du complexe médical Al-Chifa à Gaza avaient été prises pour cible par l’armée israélienne alors qu’elles tentaient de se frayer un chemin vers le poste-frontière de Rafah. Un incident qui a poussé l’Egypte à suspendre l’évacuation des étrangers en échange de la sortie sécurisée des blessés palestiniens.

En Egypte, les préparatifs sont à leur plus haut niveau dans les hôpitaux de 8 gouvernorats, notamment le Nord-Sinaï, à la frontière avec la bande de Gaza, où 5 hôpitaux ont été pleinement équipés en prévision de l’arrivée des blessés palestiniens, a affirmé le ministre de la Santé, Khaled Abdel-Ghaffar, lors d’une conférence de presse. Un hôpital de campagne entièrement équipé a également été placé sur les frontières de Gaza pour soigner les blessés ayant besoin d’une intervention d’urgence. Selon Abdel-Ghaffar, plus de 50 opérations chirurgicales délicates ont été effectuées, « la majorité des cas étaient des blessés graves et 70 % d’entre eux étaient des enfants, des jeunes et des femmes. Les blessures varient entre fractures et amputations de membres, y compris chez les enfants âgés de 8 et 9 ans ».

Cela représente intervention importante de la part de l’Egypte compte tenu de la situation humanitaire désastreuse que connaît la bande de Gaza après un mois de guerre. La grande majorité des hôpitaux à Gaza sont hors service en raison des bombardements et du manque de carburant. Ashraf Al-Qudra, porte-parole du ministère de la Santé dans la bande de Gaza, a averti que le système de santé dans l’enclave palestinienne était au bord de l’effondrement, avec des milliers de blessés et de malades et une pénurie de carburant.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a dénoncé l’absence de garanties de sécurité pour les convois humanitaires à l’intérieur de Gaza, affirmant qu’il était impossible d’acheminer des fournitures médicales vers les hôpitaux. L’OMS a souligné que les besoins sanitaires dans la bande de Gaza augmentent alors que sa capacité à y répondre diminue.

Le plan humanitaire égyptien

Salah Wahba, chercheur au Centre égyptien de la pensée et des études stratégiques (ECSS), explique que la décision de l’Egypte de conditionner le passage des ressortissants étrangers à travers le terminal de Rafah par l’évacuation des Palestiniens blessés révèle la force et la solidité de la position égyptienne face à la violente crise humanitaire dans la bande de Gaza. « Cette politique adoptée par l’Egypte place la communauté internationale face à ses responsabilités afin de fournir la protection nécessaire à ces blessés. Lier la sortie des ressortissants étrangers à l’évacuation des blessés était la réponse directe de l’Egypte à la prise pour cible des ambulances par Israël. L’objectif est d’exercer la pression nécessaire sur l’occupation afin qu’elle cesse de prendre pour cible les convois transportant des patients au cours de la période à venir et de leur assurer des passages sûrs », explique Wahba.

Pour Tarek Fahmy, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, le plan d’Israël est de pousser la crise en direction de l’Egypte en bombardant les hôpitaux de la bande de Gaza de manière à les mettre hors service ou encore en détruisant les infrastructures pour interrompre les services de base et rendre la vie impossible dans l’enclave palestinienne. Une manoeuvre dont l’Egypte est bien consciente. « J’espère que la conférence humanitaire qu’organisera la France le 9 novembre adoptera l’idée de reconstruire la bande de Gaza, même de manière limitée, pour y garantir au moins le rétablissement de l’électricité et de l’eau potable », conclut Fahmy.

 Les aides humanitaire fournies via l’Egypte à la bande de Gaza

7 094 tonnes d’aides provenant de différents pays

5 900 tonnes provenant d’Egypte

567 camions sont entrés à Gaza

1 496 tonnes de médicaments

1 393 tonnes de nourriture

2 059 tonnes d’eau

329 tonnes d’autres matériaux : couvertures, linceuls et vêtements

32 tonnes de tentes

 Un soutien de longue date

A cinq reprises en 14 ans, le terminal de Rafah a ouvert ses portes aux blessés palestiniens

7 mai 2021

Le terminal accueille des dizaines de blessés palestiniens à cause des affrontements israélo-palestiniens qui ont duré 14 jours. 11 hôpitaux en Egypte reçoivent les blessés.

28 septembre 2018

Les forces d’occupation israéliennes ouvrent le feu sur des milliers de Palestiniens qui ont participé à la « Grande marche du retour » dans la bande de Gaza. Les hôpitaux égyptiens reçoivent les Palestiniens blessés via le terminal de Rafah.

8 juillet 2014

L’armée israélienne lance, le 8 juillet 2014, l’opération militaire « Bordure protectrice » qui a duré 50 jours. L’Egypte fournit une trentaine d’ambulances pour transporter les Palestiniens blessés à l’hôpital d’Al-Arich, dans la région du Sinaï, et envoie des médecins au poste-frontière de Rafah pour fournir les premiers secours aux blessés.

14 novembre 2012

L’armée israélienne lance, le 14 novembre 2012, l’opération « Pilier de défense » pendant 8 jours. Les hôpitaux du gouvernorat du Nord-Sinaï se préparent à accueillir les blessés de la bande de Gaza et fournissent au terminal de Rafah des véhicules pour transporter les blessés.

27 décembre 2008

Durant l’opération « Plomb durci » lancée par l’armée d’occupation israélienne contre la bande de Gaza, qui a duré 21 jours, l’Egypte autorise l’accueil des blessés dans les hôpitaux du Sinaï.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique