Dimanche, 23 juin 2024
Dossier > Gaza >

200 jours d’enfer

Nada Al-Hagrassy , Mercredi, 01 mai 2024

La guerre meurtrière d’Israël contre la bande de Gaza a franchi le cap des 200 jours. Retour sur les principaux événements.

200 jours d’enfer

2023

7 octobre : Le Hamas, appuyé par d’autres groupes armés palestiniens, lance l’opération « Déluge d’Al-Aqsa » contre 20 villes et kibboutz de l’enveloppe de Gaza faisant 1 160 morts avant de prendre quelque 240 civils israéliens et étrangers comme otages.

8 octobre : Evacuation des habitants d’Israël vivant à proximité de la bande de Gaza. Israël déclare officiellement l’état de guerre pour la première fois depuis la guerre du 6 Octobre.

9 octobre : Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, ordonne la coupure de l’électricité à Gaza et y bloque tout accès, interdisant ainsi l’arrivée des secours, de la nourriture et du carburant à l’enclave.

10 octobre : Le dirigeant des Houthis, Abdel-Malek Al-Houthi, annonce que toute intervention des Etats-Unis à Gaza entraînerait une intervention des Houthis. Le même jour, les Etats-Unis discutent avec l’Egypte la mise en place d’un corridor humanitaire via le poste-frontière de Gaza près de Rafah. L’armée israélienne bombarde le poste-frontière de Rafah entre Gaza et l’Egypte.

11 octobre : L’électricité est complètement coupée dans toute la bande de Gaza en raison de l’épuisement du carburant et de l’arrêt des travaux de la centrale électrique. Le même jour, le ministère de la Santé de Gaza annonce que le nombre de martyrs a franchi les 1 000, dont 60 % sont des enfants et des femmes.

12 octobre : Israël bombarde Damas et l’aéroport international d’Alep en Syrie.

13 octobre : Israël force les habitants du nord de l’enclave à évacuer vers le sud, et bombarde le couloir d’évacuation sur la rue Salah El Din causant la mort de 70 Palestiniens. Le Hamas refuse cet ordre et demande aux habitants de rester sur place pour éviter une seconde Nakba.

15 octobre : Un million de personnes sont déplacées en moins d’une semaine. Plus de 800 spécialistes du droit international, des conflits et des génocides signent une tribune avertissant d’un génocide en cours à Gaza.

19 octobre : Le destroyer américain USS Carney, qui patrouille la mer Rouge, abat trois missiles et plusieurs drones lancés par les Houthis en direction d’Israël.

21 octobre : Dans le cadre d’une opération humanitaire, 20 camions en provenance d’Egypte entrent dans la bande de Gaza.

27 octobre : L’armée israélienne déclare que le Hamas détiendrait 229 otages, le Hamas annonce que près de 50 d’entre eux ont été tués dans les bombardements israéliens.

31 octobre : L’armée israélienne bombarde le camp de réfugiés de Jabaliya

1er novembre : Israël coupe tous les liens avec Gaza, il n’y aura plus de travailleurs palestiniens de Gaza. Il bombarde un convoi médical d’Al-Chifa.

15 novembre : L’armée israélienne envahit le complexe d’Al-Chifa après un siège de plusieurs jours causant le décès des enfants et des malades à cause du manque de carburant.

21 novembre : Israël et le Hamas parviennent à un accord sur l’échange de 150 prisonniers palestiniens contre 50 otages détenus par le Hamas, ainsi que l’établissement d’une trêve humanitaire de 4 jours.

2 décembre : La délégation israélienne se retire des négociations de Doha. Echec des négociations.

4 décembre : Israël lance sa première offensive terrestre au sud de l’enclave de Gaza à proximité de la ville de Khan Younès.

7 décembre : L’Egypte met en garde les Etats-Unis et Israël contre toute escalade visant à déporter les Palestiniens vers la péninsule du Sinaï.

12 décembre : Les forces d’occupation prennent d’assaut l’hôpital Kamal Adwan après l’avoir bombardé pendant plusieurs jours. Des dizaines de membres du personnel médical sont arrêtés.

15 décembre : L’armée israélienne annonce que des soldats ont tué trois otages israéliens « identifiés par erreur » comme une « menace ». Ce qui a suscité de vives protestations contre la façon de mener la guerre.

30 décembre : Netanyahu déclare qu’Israël doit prendre le contrôle du corridor frontalier entre l’Egypte et la bande de Gaza pour assurer la « démilitarisation de cette zone »

2024

11 janvier : Le Royaume-Uni et les Etats-Unis attaquent le Yémen en riposte aux attaques des Houthis contre les navires commerciaux en mer Rouge.

26 janvier : L’Afrique du Sud intente un procès contre Israël devant la CPI, l’accusant de commettre des actes de génocide à Gaza.

1er février : Israël intensifie ses combats contre la ville de Khan Younès forçant sa population à trouver refuge dans la ville de Rafah.

7 février : Echec des efforts diplomatiques de médiation pour instaurer une trêve entre Israël et le Hamas.

29 février : Nouveau massacre israélien causant 100 morts parmi la population palestinienne en quête de nourriture et d’autres produits de secours.

11 mars : Le secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, appelle, depuis le poste-frontière de Rafah, à l’instauration d’un cessez-le-feu et l’entrée immédiate des aides humanitaires et des secours à la population palestinienne.

18 mars : La classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire (IPC) qualifie la sécurité alimentaire à Gaza de pire que tout autre lieu.

25 mars : Le Conseil de sécurité promulgue une résolution visant à l’instauration d’un cessez-le-feu immédiat et les Etats-Unis s’abstiennent de s’y opposer.

1er avril : Israël bombarde un cargo appartenant à l’ONG humanitaire World Central Kitchen causant la mort de sept de ses employés, dont trois Britanniques, ce qui suscite un vif tollé à travers le monde.

13 avril : La marine du corps des Gardiens de la Révolution islamique saisit le navire MSC Aries, battant pavillon portugais et lié à Israël, au large des côtes des Emirats arabes unis.

21 avril : Les équipes de la défense civile palestinienne découvrent une fosse commune à l’intérieur du complexe médical Nasser à Khan Younès et récupèrent plus de 180 corps.

23 avril : L’ONU réclame une enquête internationale sur les fosses communes découvertes dans deux principaux hôpitaux de la bande de Gaza.

 L’horreur  en chiffres

La guerre contre Gaza a fait 34 488 martyrs dont :

14 778 enfants

9 752 femmes

140 journalistes

485 membres du personnel médical

77 643 blessés

12 000 prisonniers et personnes disparues

85 % des 2,3 millions de Palestiniens ont été déplacés

1,09 million de personnes infectées par des maladies

50 % de la population vit dans une insécurité alimentaire catastrophique

32 hôpitaux détruits

62 % des maisons détruites

206 sites archéologiques détruits

*chiffres du lundi 29 avril

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique