Samedi, 20 juillet 2024
Dossier > Dialogue national >

Promouvoir les droits de l’homme

Rim Darwich , Jeudi, 28 septembre 2023

L’une des principales recommandations du Dialogue national concerne la lutte contre toutes formes de discrimination.

Promouvoir les droits de l’homme

Le dossier des droits de l’homme et des libertés publiques est l’un des plus importants de l’axe politique du Dialogue national. De nombreuses séances ont été consacrées à ce dossier révélant « l’existence d’une entente nationale claire autour de l’importance du soutien des questions des droits de l’homme, considéré comme un objectif national que toutes les institutions de l’Etat tentent de réaliser », comme l’a assuré le député Tarek Radwan, président de la commission des droits de l’homme au parlement et l’un des participants au Dialogue national.

Les discussions se sont concentrées sur les moyens et les procédures permettant de réaliser cet objectif. Selon le rapport sur les recommandations du Dialogue national, l’Etat a réalisé de grands pas sur la voie de la répartition géographique équitable du développement couvrant le nord et le sud du Sinaï, la Haute-Egypte et toutes les régions rurales du pays, citant l’initiative présidentielle Hayah Karima (vie décente) comme étant le projet le plus expressif de la volonté réelle de l’Etat égyptien de réaliser un développement global.

Le comité des droits de l’homme et des libertés publiques au Dialogue national a accordé un grand intérêt à la question de l’élimination de la discrimination. Partant, une recommandation spéciale a été formulée pour la promulgation d’une législation stipulant la création d’une commission pour la non-discrimination.

« Conformément à l’article 53 de la Constitution de 2014, la législation concernant la fondation de la Commission de non-discrimination doit inclure l’objectif essentiel de sa création, qui est d’adopter les procédures nécessaires pour éliminer toutes les formes de discriminations », assure Radwan. Le rapport cite les plus importantes formes de discrimination contre lesquelles il faut lutter : au niveau de l’enseignement, de l’accès aux soins médicaux et au logement, de la liberté d’expression et de la liberté de culte, de l’appartenance politique et syndicale. Une recommandation a été formulée stipulant l’indépendance technique, financière et administrative de la commission de non-discrimination. « La commission créera son propre appareil administratif soumis à son pouvoir direct et à un budget indépendant soumis à la surveillance de l’Organisme central des comptes ».

Le comité des droits de l’homme et des libertés publiques au Dialogue national a également élaboré une recommandation concernant la promulgation rapide d’une loi garantissant les droits des personnes âgées et l’organisation du Conseil national pour les handicapés.

Une autre question citée dans le rapport est celle des libertés académiques et de la recherche scientifique. Il y a eu une entente autour des procédures exécutives concernant cette question et qui ont été formulées sous forme de recommandations comme : faciliter les procédures de voyage à l’étranger pour des missions scientifiques, réduire la durée des autorisations requises pour l’invitation des professeurs et des chercheurs pour venir en Egypte.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique