Mercredi, 24 juillet 2024
Dossier > Ports égyptiens >

Flotte maritime : Wadi Al-Molouk, le nouveau venu

Nada Al-Hagrassy , Vendredi, 23 juin 2023

Le développement des ports égyptiens ne peut se faire sans celui de la flotte commerciale maritime. Celle-ci se voit renforcée par l’arrivée du nouveau navire Wadi Al-Molouk, le plus grand et le plus moderne de la flotte.

Flotte maritime : Wadi Al-Molouk, le nouveau venu

« Wadi Al-Molouk » (la vallée des rois) est le nom du nouveau navire qui vient de rejoindre la flotte commerciale maritime. En marge de l’inauguration du terminal polyvalent Tahya Misr, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a assisté au lancement de ce navire, appartenant à la Compagnie nationale de navigation dépendant du ministère du Transport. Ce navire, de type Kamsarmax, catégorie bulk, est le plus moderne et le plus grand de la marine marchande. Il mesure 229 m de longueur et 32,25 m de largeur avec un tirant d’eau maximum de 14,5 m et une capacité de 82 300 tonnes. En effet, le lancement de Wadi Al-Molouk s’inscrit dans la stratégie du ministère du Transport de construire une flotte commerciale égyptienne forte. Acheté de Nordren, l’une des plus grandes sociétés du transport maritime, le navire Wadi Al-Molouk est doté d’équipements de navigation de pointe, capables de traiter le dégagement du carbone et le transformer en énergie propre. Sa conception répond aux exigences et aux normes internationales de contrôle de la marine marchande. « L’annexion de ce navire à la flotte que gère la Compagnie nationale de navigation augmente la capacité de cette société pour atteindre 13 navires », a déclaré Kamel Al-Wazir, ministre du Transport, lors de la séance du lancement du navire et l’inauguration d’un certain nombre de projets de transport maritime et de ports terrestres et maritimes.

Enjeux économiques

Plusieurs facteurs expliquent le grand intérêt qu’accorde l’Egypte au développement de sa marine marchande. Premièrement, il s’agit « d’instaurer un certain équilibre entre les différents modes de transport et de fixer les réglementations qui les régissent en accordant une attention particulière au transport multimodal, notamment maritime, ferroviaire et fluvial », explique Mona Loutfi, chercheuse en économie. Et d’ajouter : « Le développement de la flotte commerciale vise également à renforcer le rôle vital du transport maritime. Les ports maritimes égyptiens sont la bouée de sauvetage économique du pays, puisque le commerce extérieur domine la majorité des activités de transport de marchandises ».

En effet, le nombre total de navires de la flotte de la marine marchande égyptienne en 2022 a atteint environ 118 navires (44 opérant sur des voyages internationaux et 74 sur des voyages côtiers) avec une capacité totale de 957 378 tonnes. « L’achat de nouveaux navires pour augmenter le volume des marchandises et produits transportés par les navires égyptiens contribue, par conséquent, au développement de ce secteur, géré par 3 sociétés : la Compagnie nationale de navigation, Cairo Company for Ferries et l’Arab Bridge Maritime », souligne la chercheuse Mona Loutfi. La Compagnie nationale de navigation, qui relie Le Caire à Riyad, élabore un ambitieux plan d’augmenter sa flotte d’encore 10 nouveaux navires qui s’ajoutent à sa flotte composée de 13 navires servant la ligne maritime Le Caire-Riyad. Quant au Cairo Company for Ferries, elle vient de signer un contrat avec la société sud-coréenne de construction navale et d’ingénierie Daesun pour la construction de 2 navires polyvalents conformes aux spécifications internationales dans le domaine de la construction navale.

A côté des 4 autres navires déjà en possession de la compagnie, les deux nouveaux permettent aux exportations égyptiennes d’atteindre des marchés régionaux, d’autant plus que les cargos polyvalents sont conçus pour transporter une large gamme de marchandises, telles que les marchandises générales, les marchandises en vrac, les poids lourds comme les voitures, les marchandises réfrigérées comme les fruits et légumes … Tandis que la troisième compagnie, l’Arab Bridge Maritime, qui sert la ligne Noweiba-Aqaba qui relie l’Egypte, l’Iraq et la Jordanie, développe sa flotte en y annexant un nouveau cargo qui entrera en service au cours de la seconde moitié de cette année et dont la capacité de poids lourds est de 100 camions. Ce nouveau cargo aide les échanges commerciaux sur la route Aqaba-Noweiba.

En outre, selon Mona Loutfi, l’investissement injecté dans le secteur du transport maritime conduit à la revitalisation et au développement des secteurs économiques liés à cette industrie, comme l’industrie de la construction et de la réparation navale, et l’activité d’approvisionnement maritime en carburants et huiles. « En plus de sa capacité d’expédier de grandes quantités d’articles, de bagages et de voitures par rapport aux autres moyens de transport, il sert également d’autres domaines et activités : banques commerciales, compagnies d’assurance, instituts de formation maritime et bureaux de conseil. Tous ces avantages aboutissent en fin de compte à ce que l’expansion de la flotte maritime contribue au développement de l’économie en fournissant des devises étrangères et de l’emploi », souligne Mona Loutfi. Et de conclure : « Une forte marine marchande devrait promouvoir la libre circulation commerciale entre l’Egypte, les pays arabes et l’Afrique et accélère la transformation de l’Egypte en un centre de commerce et de logistique international ».

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique