Jeudi, 13 juin 2024
Dossier > Covid-19 >

Ahmed Al-Mandhari : L’état post-Covid-19 peut affecter des personnes de tous âges

Ashraf Amin , Vendredi, 19 mai 2023

Le directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour la région de la Méditerranée orientale, Ahmed Al-Mandhari, revient sur l’après-Covid-19 et la décision de l’organisation de déclarer la fin de l’état d’urgence.

Ahmed Al-Mandhari

Al-Ahram Hebdo : Sur quels critères l’OMS s’est-elle appuyée pour déclarer la fin de l’état d’urgence concernant le Covid-19 ? 

Ahmed Al-Mandhari : Le Comité d’urgence Covid-19 s’est réuni pour la 15e fois et a publié sa déclaration le lendemain. La déclaration a informé le directeur général de l’OMS que le Covid-19 n’était plus une urgence de santé publique de portée internationale. Le directeur général a accepté l’avis du Comité d’urgence. Bien que l’évaluation du risque global de Covid-19 soit encore élevée, il existe des preuves d’une diminution des risques pour la santé humaine, car les membres du comité ont basé leur recommandation sur 4 critères : la baisse des décès dus au Covid-19, la diminution du nombre d’hospitalisations et de cas d’unités de soins, des infections liées au coronavirus, et des mutations actuelles, qui ne semblent pas conduire à une augmentation ou à une sévérité de la maladie. Enfin, il y avait également des niveaux élevés d’immunité de la population au virus en raison d’une infection ou d’une vaccination, ou des deux. Par conséquent, le directeur général a accepté la recommandation du comité. Cela signifie qu’il est temps de passer à une gestion à long terme de la pandémie de Covid-19.

— Cela signifie-t-il que la maladie est devenue moins grave et que nous ne verrons pas un grand nombre de cas nécessitant des soins intensifs ?

— L’une des raisons pour mettre fin à cette urgence de santé publique de portée internationale a été l’augmentation de l’immunité contre le virus, qu’elle soit induite par un vaccin ou naturellement. La situation s’est également considérablement améliorée, ce qui se traduit par la diminution du taux de mortalité et la diminution du nombre de cas critiques nécessitant des soins intensifs, parmi lesquels les taux de mortalité étaient auparavant élevés, en plus de la disponibilité de méthodes de diagnostic, vaccins et traitements.

— Quelles sont les conditions qui peuvent forcer l’OMS à redéclarer l’état d’urgence ?

— Cette possibilité est peu probable compte tenu de la longue période de recherche, de suivi et d’enquête que le Comité d’urgence a pris avant d’annoncer sa recommandation. Cette dernière réunion a été précédée de 14 réunions ordinaires sur une période de trois ans. La position du Comité a évolué au cours des derniers mois. Néanmoins, les pays doivent poursuivre le travail qu’ils ont commencé depuis le début de la pandémie afin de maintenir le statu quo auquel ils sont parvenus.

— Quelles sont les dernières recherches sur le syndrome post-Covid-19 ? Quel en est le traitement ?

— Certaines personnes qui ont eu le Covid-19 développent une affection post-Covid-19, avec de nombreux symptômes persistants, notamment la fatigue, l’essoufflement et le dysfonctionnement cognitif. Cet état est appelé affection post- Covid-19, que certains appellent également Covid-19 longue. Les symptômes peuvent durer deux mois ou plus et peuvent avoir un impact sur le fonctionnement quotidien. L’état post-Covid-19 peut affecter des personnes de tous âges et des patients selon le spectre de la sévérité de la maladie. Toutefois, la maladie semble toucher plus de femmes adultes que d’hommes adultes, et plus les patients qui ont été hospitalisés que ceux atteints d’une maladie moins grave. La recherche dans ce domaine nécessite des investissements importants. Nous avons demandé aux donateurs de soutenir les recherches sur l’affection post- Covid-19 afin que nous puissions mener des études de cohorte dans le monde entier et pas seulement dans les pays à revenu élevé, afin que nous puissions mieux évaluer cette maladie et concevoir les meilleurs soins cliniques pour les patients qui la contractent.

— Le monde arabe souffre de conflits et de nombreux habitants n’ont pas reçu de doses suffisantes de vaccin. Quelles sont les directives pour qu’il n’y ait pas de foyers de mutations du Covid-19 ou de maladies épidémiques ?

— Malheureusement, cela est vrai et nécessite plus d’efforts de la part de toutes les parties et de tous les partenaires. L’engagement de l’OMS, de ses partenaires et des pays membres à rendre les vaccins disponibles se poursuit, car l’installation Covid-19 Vaccines Global Access (COVAX) continuera de fonctionner pour le reste de cette année. Des décisions seront prises sur la poursuite de la fourniture de vaccins aux pays qui ont bénéficié de l’approvisionnement en vaccins de l’installation COVAX. Ces discussions et décisions sont toujours en cours par le biais des mécanismes de l’Alliance mondiale pour les vaccins. Les vaccins fonctionnent, ainsi que tous nos autres efforts et mesures. Le travail vital lié aux vaccins contre le Covid-19 reste essentiel. L’OMS continuera de prendre des décisions garantissant que les vaccins soient disponibles pour ceux qui ont besoin de protection.

— L’Egypte accueille actuellement un grand nombre de réfugiés soudanais qui n’ont peutêtre pas été vaccinés. Quelles sont les recommandations de l’OMS concernant la sécurité sanitaire et la prévention de la propagation d’une éventuelle infection ?

— Nous remercions l’Egypte et tous les pays qui accueillent des personnes fuyant les conflits et la violence. Les réfugiés doivent être inclus dans les services de vaccination et les soins de santé primaires fournis aux communautés d’accueil, non seulement pour protéger les réfugiés mais aussi pour protéger les communautés d’accueil et prévenir la propagation de toute forme possible d’infection. Nous sommes conscients que cela représente un fardeau supplémentaire pour les pays qui accueillent des réfugiés, y compris l’Egypte, et nous apprécions hautement leurs efforts et leurs contributions à la prise en charge des réfugiés malgré les pressions et les fardeaux auxquels les systèmes de santé sont déjà confrontés. Nous espérons que la communauté internationale et la communauté des donateurs soutiendront les efforts des pays hôtes pour leur permettre de faire face à la charge croissante qui pèse sur leurs systèmes de santé.

— Existe-t-il de nouvelles recommandations sanitaires, notamment pour se faire vacciner régulièrement contre le Covid-19 ?

— Les efforts de vaccination ne s’arrêtent pas à la fin de l’urgence de santé publique qui préoccupe la communauté internationale. L’autorisation des vaccins Covid-19 continuera d’exister, et il reste encore beaucoup à faire pour déplacer l’autorisation des vaccins vers des méthodes d’autorisation plus régulières. Tous les vaccins autorisés sont actuellement en place. L’engagement restera de soutenir l’ambition des pays d’étendre la couverture vaccinale, en particulier pour ceux qui en ont besoin. L’OMS continuera de prendre des décisions garantissant que les vaccins soient disponibles pour ceux qui ont besoin de protection.

— Quelle est la possibilité d’inclure le vaccin Covid-19 dans les vaccins contre la grippe saisonnière ? Et si oui, quand devrait-il être mis en oeuvre ?

— Les efforts de vaccination ne s’arrêtent pas à la fin de l’urgence de santé publique de portée internationale. Les recommandations annoncées par le Comité d’urgence incluent l’intégration de la vaccination contre le Covid-19 dans les programmes de vaccination à vie et la poursuite des efforts pour augmenter la couverture de la vaccination contre le Covid-19 pour tous les individus des groupes hautement prioritaires. Tous les vaccins autorisés sont actuellement en place.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique