Lundi, 15 juillet 2024
Dossier > Femme >

Investir dans la femme : Un levier de croissance

Névine Kamel, Mercredi, 20 mars 2024

Alors que nous célébrons le mois de la femme, il convient de revenir sur les principales réalisations accomplies par l’Egypte en vue de promouvoir le statut de la femme dans différents domaines. Des progrès salués par les instances internationales.

Investir dans la femme : Un levier de croissance

Le mois de mars est riche en célébrations honorant les femmes. La Journée internationale de la femme le 8 mars, la Journée de la femme égyptienne le 16 et la Fête des mères le 21. La célébration de cette année prend une saveur particulière avec la persévérance et la ténacité de la femme palestinienne face à l’agression israélienne et son rôle héroïque dans la défense de sa terre et de ses enfants. Ce rôle envoie un message fort au monde entier sur l’importance croissante de la femme dans notre quotidien et dans l’actualité mondiale.

Je me souviens de l’adage d’Ibn Al-Qayyim Al-Jawziyya dans lequel il affirme : « Les femmes constituent la moitié de la société qui donne naissance à l’autre moitié. C’est comme si elles étaient, en somme, la société tout entière ». Partant de ce constat, il devient impératif d’investir dans la femme car elle représente une garantie inconditionnelle pour poser les jalons d’une société solide. C’est dans cette optique que les Nations-Unies ont choisi pour thème pour la célébration de la Journée internationale de la femme cette année : « Investir en faveur des femmes, accélérer le rythme ».

Effectivement, le thème met en lumière la centralité du rôle de la femme en tant que force motrice et pilier de la croissance. D’autant plus que l’investissement dans la femme ne se limite pas à la simple réalisation de l’égalité des sexes, mais il engendre aussi des bénéfices économiques considérables. Selon les estimations, combler les écarts entre les sexes pourrait augmenter la contribution individuelle au produit intérieur brut de 20 % et générer environ 300 millions de nouvelles opportunités d’emploi pour l’économie mondiale d’ici 2035.

En Egypte, un bond en avant

Sur le plan national, l’Egypte a fait un parcours non négligeable dans l’autonomisation de la femme et l’affirmation de son rôle sociétal grâce à une volonté politique totalement consciente de son apport dans la réalisation du développement durable. Dans le cadre de la Vision Egypte 2030, l’Etat déploie des efforts considérables pour consolider les acquis des femmes égyptiennes au cours des dernières années, ancrer les valeurs d’équité entre les genres et appliquer les principes de l’égalité des chances. Le récent rapport du Centre d’information et de soutien à la prise de décision du Conseil des ministres a mis en lumière l’essor sans précédent de la place de la femme dans divers secteurs. Il renforce cette affirmation par un ensemble d’indicateurs.

 En 2023, l’Onu a mis en lumière une amélioration notable de la représentation des femmes dans les conseils d’administration et les postes de direction de divers secteurs, notamment dans les entreprises cotées à la Bourse égyptienne, le secteur bancaire, le secteur des affaires publiques et les institutions financières non bancaires. Selon l’Onu, la représentation des femmes dans ces secteurs progresse de 3 % par an et les objectifs de la Stratégie 2030 visant à ce que les femmes occupent 30 % des conseils d’administration d’ici 2026 sont en bonne voie d’être atteints. Le rapport de la Banque mondiale publié en 2023 met l’accent sur les efforts constants déployés par l’Egypte au cours des dernières décennies pour combler les écarts entre les sexes dans les domaines de la santé et de l’éducation. Le rapport du Conseil des ministres souligne également l’importance du lancement de la Stratégie nationale pour l’autonomisation de la femme égyptienne à l’horizon 2030, considérée comme une étape cruciale vers la création d’opportunités d’emploi durables. En plus, selon l’Indice d’inégalité de genre du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), l’Egypte a progressé de 22 places et s’est classée à la 109e place en 2021 contre la 131e en 2014.

Force motrice du développement

Par ailleurs, un rapport du Forum économique mondial a également souligné que l’Egypte avait progressé de 49 places dans l’Indice d’autonomisation politique des femmes, se classant ainsi à la 85e place en 2023 contre la 134e en 2014. De même, l’Egypte a amélioré son score dans l’Indice des libertés civiles des femmes (Our World in Data), passant de 0,41 point en 2014 à 0,43 point en 2023. Il est important de noter que plus le score se rapproche de 1, le résultat devient meilleur.

Un autre progrès notable est la progression de 28 places de l’Egypte dans l’Indice mondial des femmes, de la paix et de la sécurité (GIWPS). En effet, l’Egypte s’est classée à la 110e place en 2023 contre la 138e en 2016. En plus, la part des femmes au sein des sièges parlementaires en Egypte a connu une augmentation significative, passant de 1,6 point en 2014 à 54,3 points en 2022.

Selon le rapport de la Banque mondiale, l’Egypte a avancé de 50 points dans l’Indice de l’environnement du travail en 2024, atteignant 75 points en 2024 contre 25 points seulement en 2014. Cet indice mesure la facilité de l’accès de la femme à un emploi sécurisé. En outre, l’Egypte a également avancé de 14,7 points dans l’indice des femmes éduquées, pour enregistrer 100 points en 2022 contre 85,3 points en 2014.

Par ailleurs, le rapport de Centre d’information et de soutien à la prise de décision du Conseil des ministres souligne la position dominante de l’Egypte en matière de représentation des femmes au Conseil des députés en 2023. Avec un taux de 27,5 %, l’Egypte surpasse la moyenne mondiale (26,5 %) et celle de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (17,7 %).

Quant aux postes de prise de décision, la représentation des femmes au sein du gouvernement a connu une progression notable, passant de deux ministres en 2012 à six en 2024. Alors que le pourcentage de femmes occupant des postes de vice-ministre a atteint 27 %. De même, la proportion de femmes occupant des postes de gouverneur adjoint s’élève à 27 %.

La femme est une protagoniste incontournable dans le processus de développement. Investir dans les femmes, c’est investir dans un avenir meilleur pour tous.

Mes salutations à toutes les femmes qui ont contribué à la création de grandes sociétés, à la formation de générations brillantes, à l’éducation de leurs familles et au progrès de leur pays.

Mes sincères félicitations à toutes les femmes, qu’elles soient au travail, au foyer, qu’elles soient mères ou étudiantes. Chacune d’entre elles est un pilier essentiel dans l’édification d’une société intègre et prospère.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique