Mercredi, 24 avril 2024
Dossier > Egypte-Etats-Unis >

Partenariat militaire : Une stratégie gagnant-gagnant

Amr Abdel-Ati , Mercredi, 27 avril 2022

La coopération militaire constitue, depuis 1979, l’un des fondements des relations égypto-américaines. Pour Washington, Le Caire est un pôle de stabilité régionale.

Partenariat militaire : Une stratégie gagnant-gagnant

Les relations égypto-américaines relèvent d’une importance stratégique pour les Etats-Unis, non seulement parce que l’Egypte est le plus grand pays arabe en termes de population, mais aussi car elle est le principal acteur régional dans la région. Sans oublier que ce qui se passe au Caire a un impact significatif au-delà de ses frontières dans son environnement régional.

Ce qui se reflète sur les intérêts américains dans la région, ainsi que sur ses alliés. Raison pour laquelle Washington considère la stabilité de l’Egypte comme la clé de la stabilité du Moyen-Orient. La coopération militaire entre les Etats-Unis et l’Egypte représente le principal pilier des relations bilatérales entre les deux pays. Les relations militaires se sont développées depuis que l’Egypte et Israël ont signé l’accord de paix en vertu duquel Le Caire a alors commencé à recevoir une aide militaire et économique américaine. Les politiques des différentes administrations américaines — démocrates et républicaines— se sont appuyées sur des programmes et des activités de coopération sécuritaire comme pilier-clé de l’établissement de partenariats avec les alliés, sur la base de la reconnaissance américaine que les Etats-Unis ne peuvent pas atteindre leurs objectifs par eux-mêmes.

L’Egypte est le plus grand bénéficiaire des aides militaires américaines, recevant 1,3 milliard de dollars via le programme de financement militaire étranger. Le total des aides américaines octroyées à l’Egypte se chiffre à près de 84 milliards de dollars, dont près de 51 milliards de dollars d’aides militaires depuis les années 1980 jusqu’à nos jours.

Ces aides sont consacrées à l’achat du matériel militaire fabriqué aux Etats-Unis et des pièces de rechange, ainsi qu’à la formation et l’entretien des équipements achetés à des entreprises américaines. Un tiers de ces aides est consacré aux nouveaux achats militaires, le deuxième à l’amélioration du matériel militaire de l’armée égyptienne et le dernier à la logistique, à la maintenance et à la formation. Intérêts mutuels Pour Washington, ces aides militaires et sécuritaires à l’Egypte s’expliquent par différentes raisons: l’importance, le rôle et l’influence du Caire dans la région et, notamment, la préservation du traité de paix de 1979 avec Israël, l’emplacement géographique stratégique du pays, ainsi que la nécessité de consolider les relations américano-égyptiennes et de promouvoir la stabilité et la prospérité de l’Egypte.

Washington considère la stabilité du Caire comme la clé de la stabilité du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Sans oublier l’importance de maintenir un partenariat sécuritaire qui dure depuis des décennies, de renforcer les forces armées égyptiennes et leur capacité de lutter contre le terrorisme et l’extrémisme dans toute la région. En fait, depuis leur lancement, les aides militaires annuelles américaines ont rapporté de grands intérêts aux Etats-Unis, lui conférant de nombreux avantages, dont les plus importants sont les exercices militaires Bright Star, les plus grands du genre au monde, ainsi que des avantages militaires et logistiques, telles l’utilisation de l’espace aérien égyptien ou les facilités du passage des bateaux et des navires de guerre américains à travers le Canal de Suez, même ceux qui transportent des armes nucléaires, sans préavis, ainsi que la coopération de l’Egypte dans la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme dans toute la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Sans oublier la consolidation de la stabilité et la prospérité de l’Egypte, l’établissement de la paix dans la région et le maintien de la paix avec Israël.


Bright Star est l’un des exercices égypto-américains les plus importants.

Lutte antiterroriste : Une étroite coopération Bien que la valeur de ces aides militaires n’ait pas changé depuis leur création, deux changements majeurs sont survenus dans leur nature à partir de l’exercice financier 2018, à savoir la fin du mécanisme américain de financement des flux financiers (Cash Flow Financing), ainsi que le contrôle des types des armes que reçoit l’Egypte. La coopération entre les Etats-Unis et l’Egypte ne se limite pas seulement au niveau militaire, mais s’étend aussi à la coopération dans la lutte contre le terrorisme. Bien qu’une grande partie des détails de cette coopération restent confidentiels, des indices prouvent que Washington a travaillé en étroite collaboration avec l’Egypte pour sécuriser les frontières du pays, grâce à des techniques de détection, à des renforcements frontaliers et à une surveillance aérienne. Ces aides ont certes persisté toutes ces années, mais elles ont connu des périodes de tension, notamment après le 3 juillet 2013. Barack Obama avait alors suspendu ses aides militaires à l’Egypte sous la pression de membres du Congrès américain et de responsables de l’administration. Mais cette suspension n’a pas duré longtemps sous la pression de forces internes, surtout que l’Egypte menait alors une lutte acharnée contre les organisations terroristes au Sinaï, proche d’Israël. En effet, l’Administration américaine voulait continuer à apporter son aide au régime égyptien dans sa lutte contre le terrorisme et l’instauration de la sécurité et de la stabilité au Moyen-Orient. Une priorité pour les différentes administrations américaines, malgré la montée d’un courant à l’intérieur de Washington qui évoque lu recul de l’importance de la région pour les intérêts et la sécurité des Etats-Unis. Bref, la persistance des aides américaines octroyées à l’Egypte reflète l’importance de l’Egypte pour les Etats-Unis, ainsi que l’ampleur des relations stratégiques entre les deux pays.

*Spécialiste des affaires américaines à Al-Ahram

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique