Dimanche, 25 février 2024
Dossier > Ukraine - Russie >

Répercussions encore incertaines sur le marché pétrolier

Nada Al-Hagrassy , Mercredi, 09 mars 2022

Le site « Rigzone », spécialisé dans l’économie du carburant, a publié un rapport sur l’impact de la guerre en Ukraine sur le marché pétrolier. Lecture.

R percussions encore incertaines sur le march  p trolier

« Un marché qui évolue minute par minute », c’est ainsi que les analystes du site « Rigzone », spécialisé dans l’économie et l’industrie du carburant, ont décrit dans leur rapport, publié cette semaine, l’instabilité actuelle du marché pétrolier. S’il est bien connu que l’industrie du carburant dépend dans une grande mesure de la production de l’OPEP et des décisions stratégiques de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), un autre phénomène crucial vient s’ajouter à ces facteurs. « Il s’agit de la guerre russo-ukrainienne qui a poussé l’AIE à libérer quelque 60 millions de barils de la réserve stratégique pour soutenir la demande mondiale en énergie », souligne le rapport. Cette guerre a soulevé les craintes des pays importateurs et producteurs de pétrole du fait des sanctions économiques que les Etats-Unis et les pays occidentaux veulent imposer à la Russie. Des craintes qui ont poussé les géants pétroliers à reconsidérer leurs projets en Russie, telles la British Petroleum (BP) et la société norvégienne Equinor Asa, qui ont annoncé leur séparation de leurs coentreprises russes. D’autres acheteurs de pétrole russe évitent d’acquérir des projets en Russie de peur de tomber sous le poids des sanctions économiques. « 70% du pétrole russe a du mal aujourd’hui à trouver preneur », explique le rapport, avant d’ajouter que « le prix du WTI américain a atteint 116 dollars le baril, alors que le Brent a enregistré une augmentation de 20,5% pour atteindre 118 dollars ».

Cependant, selon le rapport, les premiers perdants de l’interdiction d’importation du pétrole russe seront les Occidentaux eux-mêmes. C’est pourquoi la Maison Blanche hésite jusqu’à présent à imposer des sanctions sur le pétrole russe. Une interdiction complète entraînera sans doute l’augmentation des prix du gasoil et de l’essence, même si le pétrole russe ne représente que 10% de l’ensemble des importations pétrolières américaines. Les Etats-Unis ont importé quelque 405000 barils de pétrole russe en décembre dernier. Le mode énergétique occidental ne dépend pas encore de l’énergie verte et durable et a encore besoin de brut. Le rapport mentionne d’autres raisons qui rendent le pétrole russe indispensable quelles que soient les conditions géostratégiques. Il y a les doutes sur la capacité de l’OPEP d’augmenter sa production, estimée actuellement à 400000 barils par jour jusqu’en avril prochain. « Le marché du carburant est équilibré malgré les sanctions qui frappent le pétrole russe. Il n’existe aucune raison pour les pays de l’OPEP d’augmenter leur production », affirme le rapport Rigzone, citant une déclaration de l’OPEP qui explique la raison de sa décision de maintenir sa production. L’OPEP explique que la Russie est son plus grand partenaire. « C’est pourquoi on tient à rester neutre durant ce conflit », affirme l’organisation. En plus, certains pays membres de l’OPEP ne peuvent pas augmenter leur production en raison du manque d’investissements dans le secteur pétrolier. C’est ainsi que la réserve de brut commercial a diminué de 2,6 millions de barils pour se situer à 413 millions barils par jour. « Quel que soit son dénouement, le conflit ukrainien aura des implications profondes et durables sur la géopolitique, les politiques européennes et les marchés mondiaux de l’énergie », conclut Rigzone.

L’énergie russe en 10 chiffres 

1. La Russie est le 3e producteur mondial de pétrole et le 2e plus grand exportateur.

2. La Russie produit 12% du pétrole consommé dans le monde et 17% du gaz.

3. 40% du gaz naturel, 26,9% du brut et 46,7% des combustibles fossiles solides consommés en Europe viennent de Russie.

4. 8 %  des  importations  américaines  de  pétrole  brut  et  de  produits  raffinés  viennent de Russie.

5. 60 % des recettes d’exportation de la Russie proviennent de la vente du pétrole et 7% de gaz.

6. Les revenus du pétrole et du gaz représentent 46% des recettes du budget fédéral russe.

7. 85 % du gaz russe destinés à l’Europe occidentale sont acheminés via l’Ukraine.

8. Gazprom fournit 94% du gaz naturel russe.

9. La Russie détient près de 24% des réserves mondiales de gaz.

10. La Russie est le 4e producteur d’électricité mondiale et le 4e producteur.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique