Dimanche, 26 mai 2024
Dossier > Dossier >

Questions autour de Charlie Hebdo

Najet Belhatem, Mardi, 13 janvier 2015

Tour d’horizon des grandes tendances des éditos publiés dans la presse égyptienne suite à l’acte terroriste contre Charlie Hebdo.

L’attentat terroriste contre Charlie Hebdo a fait couler beaucoup d’encre dans la presse égyptienne. Si certaines manchettes de journaux ont mis l’accent sur les dessins offensants des dessinateurs du journal satirique, les éditorialistes sont allés dans des analyses diverses dont voici quelques extraits.

Pourquoi les démocraties européennes ont-elles échoué à intégrer l’islam européen ?

« Nous espérons que le choc ne se transformera pas en collision entre la démocratie européenne, ensanglantée actuellement, et l’islam européen, affecté. J’espère que nos voisins européens ne nous exporteront pas leurs problèmes. Et qu’ils ne feront pas porter à l’islam oriental la violence de l’islam européen. Que chacun porte son malheur », écrit le journaliste Anouar Al-Hawari dans son éditorial paru dans Al-Masry Al-Youm.

« Le terrorisme que vous subissez est issu de problèmes qui vous concernent. Ces criminels sont le constat de votre échec. Ils sont nés parmi vous, portent vos nationalités et parlent votre langue. Ils ont ouvert les yeux et ils n’ont vu que vous. Vous les avez appauvris, marginalisés, écartés, vous les avez diminués. Ils ont tourné le dos aux lumières de Paris et se sont tournés vers les montagnes du Yémen où se trouvent les sources de la violence qui nous concernent ici dans l’islam du Moyen-Orient. Ils se sont rappelés leurs anciennes origines, se sont abreuvés de fatwas et ont trouvé des causes à défendre. Et après les avoir vomis ils vous ont vomis ». Al-Hawari note qu’il y a trois niveaux d’islam. L’islam asiatique qui englobe la plus grande part des musulmans dans le monde, « l’islam a vécu en toute quiétude dans ces contrées et il continue ».

Ensuite, il y a l’islam du Moyen-Orient qui a subi des vagues de violence européenne sur plus de mille ans consécutifs: des Croisades au colonialisme en passant par le sionisme, une « production européenne par essence ».

Et en troisième lieu, il y a l’islam européen : « Les musulmans européens sont au nombre de 56 millions sur une population globale européenne de 740 millions. La moitié de ces musulmans se trouve en Russie (27 millions), ensuite vient la France avec 6 millions, puis l’Allemagne avec 4 millions … ». Et d’ajouter que le nombre de musulmans en France est environ le même que celui des musulmans des Balkans: « L’interaction avec l’islam du Moyen-Orient commence lorsque l’Europe se trouve incapable d’intégrer ses musulmans dans son cadre civilisationnel large. L’erreur commence là-bas. Les deux terroristes du 7 janvier ont pris contact avec le fondamentalisme via le fondamentaliste Anouar Al-Awlaqi, de naissance américaine et d’origine yéménite. C’est lui qui a émis la fatwa contre Charlie Hebdo. Il a été tué par un drone américain ».

Danemark 2005 - Paris 2015 : Qu’est-ce qui a changé ?

L’éditorialiste Ayman Al-Sayad écrit dans Al-Shorouk comment de simples dessins « qui certes sont offensants pour les musulmans » peuvent devenir des champs de bataille. Il revient sur l’affaire des caricatures publiées en 2005 au Danemark sur la vie du prophète Mohamad pour rappeler qu’à l’époque, les gouvernements arabes étaient même allés jusqu’à retirer leurs ambassadeurs, et ont jugé les excuses insuffisantes comme dans le cas de l’ambassadrice égyptienne à Copenhague. « Ces dessins étaient à l’époque une aubaine pour ces gouvernements pour détourner l’attention des revendications démocratiques qui commençaient à poindre à l’horizon. Et ce qui est le plus satirique c’est que les manifestations de protestation contre les dessins, qu’on qualifiait de spontanées, se déroulaient dans des pays qui n’acceptaient aucune démonstration de rue. Ce qui est plus satirique encore c’est que certains dirigeants de ces pays y ont participé. Il était question d’absorber la colère contre la situation interne. Ces dessins ont également été exploités par les islamistes locaux dans des pays européens pour plus de popularité. Par les courants de droite européens pour appeler à des lois racistes et par l’Administration Bush et Israël bien sûr. Et de dessins locaux dans un journal qui n’est connu que par les Danois nous sommes passés à un événement global qui a illustré une seule chose: A quel point nous nous méconnaissons. Un clash des ignorances selon le terme d’Edouard Saïd. Il est clair que la politique qui était présente il y a dix ans est là aujourd’hui également, même si les conjonctures et les calculs sont différents ».

C’est nous qui payons

le prix du terrorisme de Daech !

Toujours dans le quotidien Al-Shorouk, le journaliste Emadeddine Hussein, écrit : « Quelques Arabes et musulmans se réjouissent face à cette attaque terroriste barbare contre Charlie Hebdo, qui s’est moqué du prophète Mohamad. Encore une fois, cet acte criminel doit être condamné, car on ne répond pas à un dessin avec une Kalachnikov. Cela nous nuit plus qu’autre chose. En revanche, nous devons dire aux gouvernements de cet Occident civilisé que leur soutien à l’occupation israélienne, au terrorisme et aux régimes dictatoriaux pétroliers reste une raison principale dans la propagation du terrorisme. Nous devons leur dire que l’invasion américaine de l’Iraq a donné naissance à Daech. Et nous ne devons pas oublier le rôle du colonialisme dans le monde arabe, notamment le colonialisme français en Algérie, sans que la France présente des excuses face à ce drame. Cela dit, nous sommes aussi responsables de ce terrorisme, avec nos manuels scolaires, notre ignorance notre pauvreté et l’héritage religieux qui a caché la face de l’islam ». Et de conclure: « L’Occident ne doit pas oublier que nous, les Arabes et les musulmans, payons le plus lourd tribu du terrorisme de Daech et Cie … Alors, ne nous faites pas trop porter le chapeau. Et cherchez plutôt les vraies raisons du phénomène ».

Les insultes contre le prophète ou les réfugiés syriens ?

C’est de la colère qui se dégage de Mohamad Radwane dans son édito publié dans Misr Al-Arabiya : « Que veulent les musulmans? Que veut cette religion? Quelle différence y a-t-il entre un musulman et le reste de l’humanité ? Pourquoi es-tu musulman? Ces questions m’interpellent à chaque fois que les musulmans s’agitent pour défendre l’islam. Ceux qui s’attaquent au Coran ou au prophète nous attaquent en fait. Ils voient en nous ce qui mérite d’être attaqué et nous ciblent là où cela fait mal. Ils nous insultent nous et pas l’islam. Ils voient en nous la poubelle de la civilisation humaine, à la traîne des nations. Ce n’est pas la première fois que le prophète est insulté et ce n’est pas la dernière tant que Daech et Cie seront là. Que veulent les musulmans? Que le monde arrête d’insulter le prophète? Il ne s’arrêtera pas tant que nous ne serons pas dignes de respect. Et tant que nous ne respecterons pas la vie. Pendant que ces terroristes exécutaient leur plan, les réfugiés syriens mouraient de froid. Et les feux des moudjahidine, au lieu de réchauffer les enfants et les femmes pour l’amour de Dieu, ont tué des gens ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique