Lundi, 27 mai 2024
Dossier > Dossier >

Dr Walid Kazziha : L’extrême droite et le lobby juif accentuent les sentiments anti-islamistes en France.

Maha Al-Cherbini, Mardi, 13 janvier 2015

Dr Walid Kazziha, professeur de sciences politiques à l’Université américaine au Caire, analyse les conséquences de l’affaire Charlie Hebdo sur l’islamophobie et ses répercussions sur les relations entre Paris et le monde arabe.

Al-Ahram Hebdo : Certains craignent les amalgames et les répercussions contre la communauté musulmane en France après l’attentat contre Charlie Hebdo. D’autant plus que le sentiment anti-islam semble aller grandissant. Qu’en pensez-vous ?

Walid Kazziha: L’islamophobie existe bel et bien et déjà, plusieurs mosquées ont été attaquées en France. Et on peut s’attendre à ce que des actes similaires aient lieu dans la période à venir, d’autant plus que la France détient une forte communauté musulmane, près de 5 millions. Ceci dit, il ne faut rien exagérer. Personnellement, je ne suis pas inquiet et je pense que cette crise ne va pas durer et qu’elle sera vite contenue.

— Si elle peut être contenue sur le plan intérieur, qu’en est-il des relations de Paris avec le monde arabo-musulman? D’autant plus que certains assimilent ce qui s’est passé à Paris le 7 janvier aux attentats du 11 septembre 2001, lesquels ont provoqué une détérioration des relations entre Washington et le monde arabo-musulman...

— Il existe une grande différence entre les deux cas. Il n’y a même pas à comparer. A Paris, on a eu 17 victimes alors que lors des attentats du 11 septembre, il y avait eu plus de 3 000 victimes. Jamais la France ne suivra pas les traces des Etats-Unis, en ce qui concerne ses relations avec le monde arabe. Certes, il peut y avoir des moments de tension ou de froid, mais la France finira par reprendre des relations normales avec le monde arabe. Ce n’est pas la première fois que Paris soit en proie à de tels attentats. N’oublions pas à ce propos le poids du Parti socialiste français qui rejette la politique de l’islamophobie adoptée par l’ex-président François Sarkozy et par l’extrême droite. En fait, un pays développé comme la France dispose d’un certain mécanisme qui lui permet de se rééquilibrer très vite. Et puis, Paris a d’énormes relations économiques et commerciales avec le monde arabe et musulman. Il suffit de rappeler que la plupart des armes françaises sont vendues aux pays du Golfe. Il y a beaucoup de projets français aux Emirats arabes unis par exemple, et les exportations françaises vers le monde arabe sont très importantes. Il y a donc des intérêts économiques non négligeables. Autre différence entre le cas de Paris et celui de Washington: aux Etats-Unis, c’est le lobby juif qui dessine la politique américaine vis-à-vis du Moyen-Orient, c’est pourquoi il a déclaré la guerre aux Arabes, après le 11 septembre, ce qui n’est pas le cas en France. Enfin, ce sont les intérêts économiques qui auront le dernier mot.

— Mais ces récents attentats de Paris ne risquent-ils pas de pousser la France à adopter une ligne plus dure dans sa guerre antiterroriste, voire à procéder à des démarches unilatérales pour lutter contre les mouvements islamistes en Libye, en Syrie ou en Iraq ?

— Je ne pense pas. La France ne va pas changer sa politique antiterroriste que ce soit contre Daech ou contre les groupes terroristes en Libye. Paris travaille au sein d’une coalition internationale: elle n’a pas les mains libres car elle est membre de l’Otan et elle doit respecter la distribution des rôles entre les membres de l’Alliance. Ces attentats pourraient seulement renforcer sa volonté à lutter contre le terrorisme, mais les mesures qu’elle va prendre seront plutôt intérieures. Il faut savoir qu’il existe en France un important courant xénophobe et anti-islam. Ce courant, guidé par l’extrême droite (Front National), est de plus en plus important. Et c’est l’extrême droite et le lobby juif qui accentuent les sentiments anti-islamistes et anti-arabes en France, pour que le fossé reste profond entre Français et Arabo-musulmans.

— Ces attentats prouvent qu’il existe une réelle menace terroriste islamiste. D’après vous, quelle est la plus grave menace dans le monde arabe de nos jours ?

— Plus que Daech, je crains les groupes terroristes en Libye. Ce pays est devenu la plus grande menace islamiste sur la planète. Il est devenu un grave foyer de terrorisme, voire une vraie bombe à retardement, pas seulement pour l’Occident mais aussi pour le monde arabe et la planète en entier. La plupart des armes qui arrivent en Syrie et au Sinaï viennent des groupes terroristes armés, rassemblés en Libye. Pour l’Otan, l’élimination du régime de Kadhafi était un rêve, mais voilà qu’elle s’est tournée en affreux cauchemar. Désormais, le grand défi de l’Otan serait d’en finir avec le terrorisme de la Libye. Ce qui serait une tâche énorme.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique