Lundi, 22 avril 2024
Dossier > Dossier >

Le tourisme plombé par l’obscurité

Dalia Farouq, Lundi, 25 août 2014

Le secteur du tourisme est confronté à une nouvelle crise, liée à la coupure quotidienne de courant électrique.

Secteur du tourisme
Les visites des sites touristiques sont souvent interrompues à cause des coupures d'électricité. (Photo : Al-Ahram)

Charm Al-Cheikh, Hurghada, Marsa Alam, Louqsor et Assouan, ces grandes stations touristiques d’Egypte sont menacées par une nouvelle baisse des fréquentations touristiques faute d’électricité. « Les coupures d’électricité touchent gravement notre réputation touristique. Les hôtels, restaurants et même les aéroports dans ces villes souffrent chaque jour de longues coupures », se plaint Adel Zaki, président du comité du tourisme externe à la Chambre du tourisme. Il précise que « le problème inquiète les professionnels du secteur, notamment à Hurghada et Charm Al-Cheikh où les stations de dessalement de l’eau fonctionnent aussi à l’électricité. Pas d’électricité, donc pas d’eau ». Certes, la plupart des hôtels, surtout les 4 et 5 étoiles, ainsi que les grands restaurants possèdent des générateurs de secours, mais ils ne semblent pas suffisants, puisqu’ils « font fonctionner seulement l’éclairage des hôtels et non pas les climatiseurs ou les salles de gym, les spa ou encore la cuisine », explique Zaki. Plus encore, ces générateurs électriques fonctionnent au diesel, ce qui coûte cher aux hôtels, surtout après la dernière hausse des prix des carburants. « Beaucoup de groupes de touristes ont affiché leur colère face aux coupures fréquentes qui les empêchent de poursuivre leurs activités. Certains sont partis de manière précoce et rentrés chez eux, ils seront en droit de demander des compensations à leurs agents touristiques à cause du mauvais service présenté », se lamente Zaki de son côté.

2
Les visites des sites touristiques sont souvent interrompues à cause des coupures d'électricité. (Photo : Al-Ahram)

Un grand nombre d’hôtels et d’agences de voyages ont déposé plainte auprès du ministère du Tourisme qui, à son tour, a demandé à celui de l’Electricité d’épargner les zones touristiques. Amir Fahim, expert du tourisme, regrette que le but de ces coupures ne soit d’alléger la consommation sans prendre en considération la nature spéciale des sites touristiques. En Haute-Egypte, les générateurs sont peu fréquents, voire inexistants, par crainte de nuire aux antiquités à cause des vibrations et des gaz qu’ils engendrent. A Louqsor, par exemple, les coupuresdurent plus de 4 heures consécutives. « La visite des tombes de la Vallée des rois sur la rive ouest a besoin d’éclairage, même durant la journée, afin que les visiteurs puissent contempler les inscriptions et les gravures. Mais les coupures de courant entravent leurs visites », déplore Moetaz Al-Sayed, président du syndicat des Guides touristiques. La semaine dernière, les employés à la Vallée des rois ont dû rembourser les prix des billets aux touristes à cause de la coupure. La même scène s’est répétée au temple de Karnak. « On ne peut pas non plus présenter les spectacles de son et lumière », précise le spécialiste. Al-Sayed raconte avoir entendu un touriste allemand à Louqsor dire que « l’Egypte a inventé un nouveau genre de tourisme, celui des bougies ». Il a compté 15 coupures de courant en 3 jours.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique