Dimanche, 25 février 2024
Dossier > Dossier >

Un an de soubresauts

Ghada Ismaïl, Mardi, 09 novembre 2021

Un an de soubresauts

2020 :

4 novembre : Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, envoie des troupes dans la région nord du Tigré, accusant son parti au pouvoir, le Front populaire de libération du Tigré (TPLF), d’organiser des attaques surprises contre des bases militaires dans la région.

10 novembre : Après une semaine de combats, l’Onu met en garde contre de possibles crimes de guerre au Tigré. Des soldats érythréens et des forces de la région voisine d’Amhara se mobilisent pour renforcer les troupes éthiopiennes.

28 novembre : Abiy Ahmed annonce que les opérations militaires au Tigré sont « terminées », mais les combats se poursuivent, entravant l’approvisionnement en aide.

2021 :

Février-mars : Pendant des mois, l’Ethiopie et l’Erythrée nient l’implication des forces érythréennes dans le conflit. Mais le 23 mars, Abiy Ahmed admet que les troupes érythréennes sont entrées dans le Tigré.

4 avril : L’Ethiopie a déclaré que les troupes érythréennes avaient « commencé à évacuer » le Tigré.

15 avril : L’Onu a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve de retrait.

11 juin : Le chef de l’aide de l’Onu accuse l’Ethiopie d’utiliser la nourriture comme arme de guerre. L’Ethiopie nie le blocage de l’aide.

21 juin : Des élections ont lieu le 21 juin dans une grande partie de l’Ethiopie, mais pas dans le Tigré.

29 juin : Les forces tigréennes prennent le contrôle de Mekele, après des mois de bataille dans la campagne environnante.

19 juillet : Les forces tigréennes poussent vers l’est pour attaquer la région voisine d’Afar, vers une route et une voie ferrée reliant la capitale de l’Ethiopie enclavée au port de Djibouti.

23 août : Les Etats-Unis imposent des sanctions au chef d’état-major des forces de défense érythréennes, alléguant de graves violations des droits humains dans le conflit du Tigré.

29 septembre : L’Onu avertit que la région du Tigré est confrontée à « un blocus de facto de l’aide humanitaire ».

11 octobre : L’Ethiopie lance une offensive terrestre visant à repousser les forces tigréennes d’Amhara et d’Afar.

2 novembre : L’Ethiopie déclare l’état d’urgence dans tout le pays face à l’avancée des rebelles tigréens l

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique