Dimanche, 14 avril 2024
Dossier > Dossier >

Mohamed Stouhi : Il n’y aura pas de changements de fond au niveau de la politique étrangère des Etats-Unis sous Biden

Osman Fekri, Mercredi, 11 novembre 2020

Mohamed Stouhi, analyste politique résidant aux Etats-Unis, revient sur la politique de la future Administration Biden au Moyen-Orient et envers le processus de paix.

Mohamed Stouhi

New Jersey,

De notre envoyé spécial —

Al-Ahram Hebdo : Quel est l’impact de l’élection de Joe Biden sur la cause palestinienne, surtout que Netanyahu était l’un des alliés les plus proches de Trump ?

Mohamed Stouhi : La relation de Trump avec le chef du gouvernement israélien Benyamin Netanyahu ne se répétera pas avec le président démocrate Joe Biden. A mon avis, nous allons voir une continuité de la politique de Barack Obama dont Biden était le vice-président. Mais en même temps, Biden peut tenter de laisser une empreinte personnelle, c’est-à-dire qu’il se concentrera sur les affaires intérieures, notamment faire face aux crises sanitaires et économiques causées par le coronavirus et diminuer la fracture raciale. Quant aux affaires étrangères, il va se contenter des questions urgentes liées à la sécurité du citoyen américain et des Etats-Unis. La politique de Biden envers le Proche-Orient de façon générale, et d’Israël en particulier, sera influencée par 2 facteurs principaux qui sont la composition du Congrès américain et les positions de l’aile gauche au Parti démocrate. Si les démocrates continuent de dominer le Congrès américain, il sera facile pour Biden de diriger la politique comme il le veut, sans opposition de la part des législateurs. L’aile gauche à l’intérieur du parti est présidée par Bernie Sanders et Elizabeth Warren, qui sont anti-israéliens. Mais il n’est pas encore clair quelles places ils occuperont dans la nouvelle Administration américaine.

— Pensez-vous que la politique étrangère américaine connaisse des transformations profondes sous l’Administration Biden ?

— En ce qui concerne le Proche-Orient et le processus de paix, la politique étrangère des Etats-Unis ne connaîtra pas de changements profonds sous Biden, qui était président du comité des affaires étrangères au Sénat et vice-président d’Obama pendant 8 ans. En outre, il est probable que Biden se concentre sur la réinstauration des alliances étrangères des Etats-Unis interrompues par Trump. Tout en donnant la priorité à l’action diplomatique et non pas militaire, afin de renforcer les intérêts américains dans la région. Quant au nucléaire iranien, Biden mènera des négociations sur un nouvel accord tout en tenant compte des développements survenus depuis l’annulation de l’accord par Trump.

— Qu’en est-il de la décision de Trump de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem ?

— Biden a précédemment assuré de façon officielle son engagement en faveur de la solution des 2 Etats, pourtant, il ne faut pas s’attendre à l’annulation des principales décisions prises par Trump concernant la reconnaissance américaine de Jérusalem capitale d’Israël, le transfert de l’ambassade américaine ou la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan. En contrepartie, Biden a promis de reprendre les aides économiques américaines interrompues par Trump à l’Autorité palestinienne et à l’Unrwa. Il a même promis de rouvrir le consulat palestinien à l’Est de Jérusalem. Il peut aussi rouvrir le bureau de l’OLP à Washington, que Trump avait fermé pour satisfaire Netanyahu.

— Quelle est la position de Biden envers la colonisation israélienne et l’accord du siècle ?

— La position de Biden envers la colonisation suscite l’inquiétude du côté israélien, après avoir récemment appelé le gouvernement israélien à arrêter la construction des colonies. Pourtant, il faut éloigner l’hypothèse qu’il se dérobe à l’accord du siècle, mais il peut en reporter l’exécution ou aller outre certains de ses éléments, en particulier ceux qui concernent la colonisation. Ce qui a poussé les colons à exercer des pressions sur Netanyahu pour faire passer une loi qui octroie la légitimité à l’annexion d’une partie des colonies avant le 21 janvier 2021, la date d’investiture du nouveau président américain. Les colons pensent que la présence du démocrate Biden à la Maison Blanche ne donnera pas main libre à Netanyahu, contrairement à la situation avec Trump pendant les dernières années.

— D’une façon générale, quelle différence entre le Parti démocrate et le Parti républicain en ce qui concerne la cause palestinienne ?

— En réalité, il n’y a pas de grande différence entre les deux partis en ce qui concerne la cause palestinienne. Trump est peut-être plus audacieux et plus agressif que Biden, mais pour les deux, la sécurité d’Israël est l’une des priorités de la politique étrangère américaine. Donc, les défis qui entourent la cause palestinienne persisteront toujours pendant la prochaine phase. Avec la victoire de Biden, on s’attend à la poursuite de l’accord du siècle et du plan israélien d’annexion.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique