Mardi, 23 avril 2024
Dossier > Dossier >

Le croissant pétrolier, objet de toutes les convoitises

Racha Darwich, Mercredi, 29 juillet 2020

Regroupant les plus importants gisements pétroliers de la Libye, le croissant pétrolier revêt une dimension stratégique particulière. D’où l’importance d’empêcher l’implantation de terroristes dans cette région.

Le croissant pétrolier, objet de toutes les convoitises
La région du croissant pétrolier produit 80 % du pétrole libyen.

L’Armée Nationale Libyenne (ANL) s’est déclarée entièrement prête à affronter toute avancée des milices pro-GNA appuyées par Ankara vers le croissant pétrolier. L’armée exécute des opérations maritimes d’inspections intenses au large de Syrte et de la région du croissant pétrolier, et déploie des forces spéciales sur l’étendue des gisements et ports pétroliers sous le couvert des chasseurs des forces aériennes. L’ANL a également envoyé des renforts supplémentaires sur les lignes de contact à l’est de Misrata dans l’objectif de contrer toute avancée des milices pro-GNA vers la ville de Syrte qui se trouve à mi-chemin entre l’est et l’ouest du pays et qui représente le verrou de sécurité du croissant pétrolier, le plus grand réservoir pétrolier du pays. En fait, la région du croissant pétrolier représente l’une des plus grandes convoitises de la Turquie. Raison pour laquelle elle apporte son soutien au GNA. Dans ce contexte, Ankara avait signé en novembre 2019 avec le gouvernement de Tripoli un accord d’entente qui était censé lui donner accès à une zone économique exclusive au large des côtes libyennes. Or, ce projet n’est pas réalisable sans le contrôle du croissant pétrolier.

La région du croissant pétrolier, qui s’étend sur une longueur de 250 km sur la côte méditerranéenne entre Syrte et Benghazi, produit 80 % du pétrole libyen et 60 % de ses exportations pétrolières. Situé dans le bassin de Syrte à l’est du pays, le croissant pétrolier libyen comprend 16 gisements de pétrole dont Sarir, le plus grand gisement producteur du pays avec des réserves confirmées de 4,8 milliards de barils. La région possède 4 ports stratégiques, Zueitina, Marsa Al-Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra qui prennent la forme de croissant, d’où l’appellation de la région. Cette région produit en moyenne 900 000 barils par jour contre 30 000 barils par jour dans l’ouest, et représente une source importante du brut léger non-sulfuré qu’exporte la Libye.

Les plus grandes réserves d’Afrique

La Libye possède, en effet, les plus grandes réserves pétrolières de l’Afrique avec des réserves confirmées de 48,36 milliards de barils fin 2018, selon l’Opep, dont elle est membre influent. La Libye détient effectivement 4,1 % des réserves de l’organisation et occupe la 7e place sur la liste des pays qui détiennent les plus grandes réserves au monde. Avant les troubles qui ont mis fin au pouvoir de Kadhafi, la Libye produisait 1,6 milliards de barils de pétrole par jour. L’année dernière, elle en a produit 1,2 milliards, mais les troubles qu’a connus le pays ces derniers temps ont nettement réduit cette quantité. Selon Reuters, les revenus de vente du pétrole libyen se sont élevés à 22,5 milliards de dollars en 2019, soit 95 % des exportations du pays et 70 % de son PNB. Les exportations du brut libyen avaient atteint 998,6 millions de barils en 2018, alors que la capacité des raffineries de pétrole avait atteint 380 000 barils par jour et la production des dérivés du pétrole 70 000 barils par jour, selon l’Organisation des Pays Arabes Exportateurs de Pétrole (OPAEP). Le pétrole libyen est classé comme étant le brut moyen de Brent dont les transactions dépendent de la Bourse pétrolière de Londres. Ce sont les quantités de brut de Brent disponibles sur le marché qui déterminent le prix du brut au niveau mondial. Par conséquent, celui qui a la mainmise sur le croissant pétrolier est capable d’influencer d’une manière ou d’une autre sur les cours mondiaux de pétrole.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique