Mercredi, 19 juin 2024
Dossier > Dossier >

Les six axes de la présidence égyptienne de l'UA

Mardi, 28 janvier 2020

ntégration continentale, développement des infrastructures et renforcement de la paix et de la sécurité. Tels ont été les fondements de la présidence égyptienne de l’Union africaine. Passage en revue.

Les six axes de

Intégration économique

L’intégration économique entre les pays du continent africain a toujours été en tête des priorités de l’Egypte. C’est ainsi qu’en juillet dernier, sous la présidence égyptienne de l’Union Africaine (UA), le sommet extraordinaire organisé au Niger a vu le lancement de la phase opérationnelle de la Zone de libre-échange continentale africaine. 54 des 55 pays africains vont constituer ce nouveau marché qui devrait être actif à partir du premier juillet 2020.

En novembre, l’Egypte a également accueilli le forum économique Africa Forum avec la participation d’un grand nombre de chefs d’Etat et de gouvernement africains. Ce forum a témoigné de la signature de 13 accords et mémorandums d’entente avec des investissements d’une valeur de 3 milliards de dollars. C’est ainsi que la compagnie Lekela spécialisée dans les méga-projets d’énergie renouvelable en Afrique a annoncé des investissements d’un milliard de dollars en Afrique avec une hausse de 600 millions de dollars au cours des trois prochaines années.

Par ailleurs, la Banque africaine de développement a organisé en décembre dernier à Charm Al-Cheikh, en coopération avec la Commission économique pour l’Afrique et le Programme des Nations-Unies pour le développement, la Conférence Economique Africaine 2019 (CEA), dans le but de discuter et de partager les opinions et les expériences réussies entre les pays du continent autour de l’entreprenariat, de la création d’emploi et de la participation des femmes et des jeunes aux projets de développement. Dans ce même contexte, le président Sissi avait annoncé au cours du forum économique Africa Forum, en décembre 2018, soit trois 3 mois avant la présidence de l’Egypte de l’UA, le lancement d’un fonds de garantie contre les risques, destiné à encourager les investissements en Afrique l

Industrie et agriculture

Dans le but de promouvoir l’industrie sur le continent, Le Caire a accueilli, en novembre dernier, l’atelier « Fabriqué en Afrique » avec la participation des ministres de l’Industrie, des présidents des Unions des industries, des représentants de 25 pays africains, des experts de 8 pays européens et de la Chine ainsi que des représentants d’organisations internationales. L’idée de Fabriqué en Afrique est de créer un système informatique pour relier les ressources du continent afin de réduire les importations. Il s’agit également de se mettre d’accord sur des normes unifiées pour garantir la qualité des produits échangés sur le continent.

En décembre 2018, Le Caire avait aussi accueilli la première édition de la Foire commerciale intra-africaine qui a vu la participation de plus de 70 000 visiteurs de différents pays du continent et un volume de transactions commerciales de quelque 27 milliards de dollars.

Dans le domaine de l’agriculture, l’Egypte a mis en place 8 fermes exemplaires sur un total de 22 fermes que le ministère égyptien de l’Agriculture a l’intention d’installer en Afrique avant fin 2020, outre l’inauguration de la première phase de la station de génération de l’électricité à partir de l’énergie solaire à la ferme égypto-tanzanienne

Infrastructure et énergie

Pour mettre en oeuvre la Zone de libre-échange africaine, l’Egypte entreprend actuellement un certain nombre de projets d’infrastructures visant, d’une part, à développer le commerce intra-africain, et d’autre part, à faire de l’Egypte l’un des principaux centres de distribution en Afrique. Parmi les projets en cours, on peut citer celui de la route Le Caire-Cape Town. La route aura une longueur de 10300 km, au départ du port d’Alexandrie sur la Méditerranée, passant par Le Caire, le Soudan, le Soudan du Sud, l’Ethiopie, la Tanzanie, le Kenya, la Zambie et enfin l’Afrique du Sud. Cette route devrait réduire drastiquement la durée du transport des marchandises sur le continent de plusieurs mois par voie maritime à quatre jours seulement. Vient s’inscrire dans le même cadre, le projet d’interconnexion fluviale Victoria-Méditerranée ainsi que le projet de liaison des ports baptisé « Gossour ». Cette autoroute maritime devrait faire la liaison entre les ports de Sokhna, Mombasa (Kenya) et Dar Es Salam (Tanzanie).

Dans le domaine de l’énergie, l’Egypte a oeuvré tout au long de sa présidence de l’UA à soutenir les efforts des pays africains pour générer l’énergie propre dans le cadre de l’initiative africaine lancée en 2015 qui vise à produire 10 gigawatts d’énergie propre en 2020 pour atteindre 300 gigawatts en 2030.

Dans ce même contexte, l’UA coopère avec la Chine depuis avril 2019 pour approvisionner en électricité 600 millions d’Africains qui vivent dans le noir. En Tanzanie, l’Egypte poursuit également les travaux de construction du barrage Stiegler’s George et sa centrale électrique. Sans oublier le projet de liaison électrique entre l’Egypte et les pays des continents africain et européen

Sport

ne s’est pas limité aux aspects politiques et économiques, mais s’est aussi étendu au sport. Au cours de sa présidence de l’UA, l’Egypte a organisé avec un grand succès deux grands événements sportifs, la Coupe d’Afrique des nations 2019 qui est le plus important rendez-vous du football dans le continent, et la Coupe d’Afrique des nations des moins de 23 ans que les Pharaons ont remportée.

L’Egypte a également accueilli la Confédération africaine de volley-ball afin d’apporter le soutien aux équipes de la région au Championnat Continental Cup, qualificatif pour les Jeux olympiques du beach-volley, et de déterminer la date du Championnat d’Afrique des clubs champions pour novembre 2020

Paix et sécurité

Le Conseil de paix et de sécurité affilié à l’UA a élaboré l’initiative « Faire taire les armes » présentée par le président Sissi au cours du Sommet africain d’Addis-Abeba en février 2019. L’initiative comprend des mécanismes pour mettre un terme aux conflits dans le continent africain en 2020. L’initiative vise à parvenir à des accords finaux avec les différentes parties en conflit en Afrique et l’acheminement d’aides humanitaires aux personnes dans le besoin à cause des conflits. Le Conseil de sécurité a présenté son soutien à l’initiative et a adopté à l’unanimité en février 2019 la résolution 2457 pour « atteindre un objectif d’une Afrique sans conflit ». Dans ce contexte, se sont tenues pour la première fois au Caire les réunions des experts de la commission spécialisée de la sécurité dans le continent africain du 15 au 19 décembre. De plus, l’Egypte a signé en décembre dernier un accord pour l’accueil du centre de l’UA pour la reconstruction après les conflits, dont elle avait proposé la création en février dernier afin de devenir une plateforme pour élaborer des programmes spécialisés dans les pays sortant des conflits. Enfin, la délégation égyptienne a réussi à faire passer « la feuille de route du Caire » pour développer les opérations de maintien de la paix dans le cadre de l’initiative du secrétaire général de l’Onu « Action for Peace » l

Jeunesse africaine

Pour confirmer son soutien aux jeunes Africains, l’Egypte a organisé, en mars dernier, le Forum arabe et africain de la jeunesse à Assouan. De plus, le président Sissi a appelé, au cours du Forum mondial de la jeunesse en décembre, à mettre à exécution l’initiative de l’UA 2021 pour créer 1 million d’emplois.

L’Egypte a également lancé le programme présidentiel pour la formation des jeunes Africains, annoncé au cours du Forum mondial de la jeunesse de l’année passée, dont l’objectif est de former 1 000 jeunes Africains répartis sur 10 groupes. En effet, 100 jeunes de 29 pays africains ont entamé leur stage à l’Académie nationale de formation en juillet dernier.

Par ailleurs, l’Agence égyptienne de partenariat pour le développement, affiliée au ministère des Affaires étrangères, a fourni des bourses pour l’étude de la médecine et de la chirurgie à l’Université de Aïn-Chams pour 2019-2020 à 7 étudiants provenant de Djibouti, du Burundi, du Soudan du Sud et de l’Ouganda. L’agence a également présenté 10 bourses d’études aux étudiants africains pour obtenir un master de l’Université Senghor durant les deux années scolaires 2019-2020 et 2020-2021 dans différents domaines

Page réalisée par Racha Darwich et Nada Al-Hagrassy

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique