Dimanche, 03 mars 2024
Dossier > Dossier >

26 ans de coopération

Amira Samir, Mardi, 03 septembre 2019

Lancée par le Japon en 1993, la Conférence internationale sur le développement de l’Afrique, la TICAD, est organisée tous les trois ans à l’initiative du gouvernement japonais, conjointement avec les Nations-Unies, l’Union africaine et la Banque mondiale. Chronologie.

TICAD I (1993) : Adoption de la déclaration de Tokyo sur le développement de l’Afrique

La première TICAD s’est tenue en octobre 1993. Près de 1 000 participants issus de 48 pays africains, de 13 pays dona­teurs, de 10 organisations et plus de 45 pays et organismes venus en qualité d’observateurs ont assisté à la conférence. Les participants ont adopté la « Déclaration de Tokyo sur le déve­loppement de l’Afrique », pour la poursuite des réformes écono­miques et politiques en Afrique, l’accroissement du développe­ment du secteur privé, la coopération et l’intégration régionale et le fait de faire bénéficier le développement africain de l’expé­rience asiatique.

TICAD II (1998) : Le programme d’action de Tokyo

La deuxième TICAD a été organisée du 19 au 21 octobre 1998. Ainsi, ont participé 80 nations y compris 51 pays d’Afrique, 10 pays d’Asie et 16 pays donateurs ainsi que 40 organisations internationales, 13 chefs d’Etat et de gouverne­ment y ont assisté ainsi que des représentants du secteur privé et des ONG. Les pays africains et leurs partenaires de déve­loppement sont convenus sur le « Programme d’action de Tokyo » pour le développement de l’Afrique à l’aube du XXIe siècle. Le programme d’action de Tokyo a permis de définir un cadre de coopération dans le processus de la TICAD, en définissant les buts communs, les objectifs et directives des actions à mettre en oeuvre par l’Afrique et ses partenaires. Au cours du sommet, le Japon a promis d’accorder une somme d’environ 90 milliards de yens au cours des cinq années sui­vantes, répartie entre les domaines de l’éducation, de la santé, de la médecine et de l’eau.

TICAD III (2003) : Soutien au Nepad

La troisième TICAD a eu lieu du 29 septembre au 1er octobre 2003. Des délégués de 89 pays, dont 50 pays africains et 47 orga­nismes internationaux, ainsi que des organisations civiles, y ont participé. La troisième conférence (TICAD III) s’est engagée de manière explicite pour soutenir le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) de l’Union africaine, qui constitue un plan détaillé pour la paix, la croissance et le dévelop­pement socioéconomique de l’Afrique. La déclaration du 10e anniversaire de la TICAD, renouvelant l’engagement des diri­geants pour le développement de l’Afrique, a été adoptée lors de la conférence, en mettant particulièrement l’accent sur le concept de sécurité humaine. La TICAD III a adopté la Déclaration de Yokohama « Siècle de la croissance africaine », et a plaidé pour la croissance économique, la paix et la gouvernance, la sécurité humaine, l’environnement et la prise en compte des changements climatiques. Elle a aussi créé un mécanisme de suivi pour renfor­cer la mise en oeuvre et l’évaluation.

TICAD IV (2008) : Le Japon double les dons pour le continent

Tenue en 2008, la conférence a été organisée cette fois-ci à Yokohama. C’est la première fois que la conférence se tient dans une ville autre que Tokyo. Les participants : 51 pays africains, 17 organisations africaines, 12 pays d’Asie, 22 pays donateurs et 55 organisations internationales, avec un total d’environ 2 500 délé­gués. Au terme de la TICAD IV, le premier ministre japonais, Fukuda, a promis que le Japon doublerait, dans cinq ans, son Aide Publique au Développement (APD) à l’Afrique. Il a aussi déclaré que son gouvernement allait doubler sa grande aide et la coopéra­tion technique pour l’Afrique d’ici 2012.

TICAD V (2013) : Développer les infrastructures de l’Afrique

En 2013, la TICAD a accueilli, pour la première fois, l’Union africaine en qualité de co-organisatrice de l’événe­ment. La conférence a eu lieu à Yokohama. 41 chefs d’Etat africains y ont assisté, ainsi que le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, et le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. Le Japon a lancé un programme de cinq ans avec un montant de 32 milliards de dollars pour soutenir le développement des infrastructures et stimuler la croissance économique en Afrique. Est également adoptée la « Déclaration de Yokohama de 2013 : Main dans la main avec une Afrique plus dynamique », qui favorise une écono­mie solide et durable, une société inclusive et résiliente ainsi que la paix et la stabilité. Cette édition de la conférence a été considérée comme l’une des plus importantes réunions avec les participants totalisant plus de 4 500.

TICAD VI (2016) : La première édition tenue sur un sol africain

Cette édition est la première de la TICAD à être organisée hors du Japon. La TICAD VI s’est tenue à Nairobi, au Kenya, en 2016, marquant ainsi la première édition de cette Conférence internationale sur le sol africain. C’est aussi la première qui s’attache aux progrès réalisés dans le programme de développe­ment durable pour l’Afrique. La TICAD VI s’est concentrée sur trois thèmes : la transformation structurelle de l’économie et l’industrialisation, la promotion d'un système de santé robuste pour une meilleure qualité de vie et la promotion de la stabilité sociale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique