Mercredi, 21 février 2024
Dossier > Dossier >

Le Mogammae en questions-réponses

Amira Samir, Mardi, 30 juillet 2019

— Pourquoi le « Mogammae de Tahrir » porte-t-il ce nom ?

— Erigé à partir de 1950 sur la place Ismaïliya, après un décret promulgué par le roi Farouq, le bâtiment est achevé en 1952, l’année de la Révolution de Juillet. Gamal Abdel-Nasser a ensuite changé son nom qui est passé de Mogammae hokoumi (complexe gouvernemental) à Mogammae Al-Tahrir (complexe de la liberté), la place ayant elle-même changé de nom suite à la Révolution de 1952 et le terme liberté ayant trait à cette révolution.

— Qu’est-ce qu’il y avait dans cet emplacement avant sa construction ?

— Contrairement à ce que l’on croit, Mogammae Al-Tahrir n’est pas construit là où existaient les casernes britanniques de Qasr Al-Nil, mais sur un terrain qui abritait la résidence secondaire du khédive Ismaïl.

— De quoi est-il composé ?

— Ce complexe administratif a été construit sur une superficie de 28 000 mètres carrés. Il se compose de 14 étages d’une hauteur de 55 mètres. Il abrite 1 365 grandes pièces, avec de vastes réceptions, de longs couloirs, de hautes vitres, 5 portails, ainsi que 10 ascenseurs. Cet immense bâtiment a été construit pour accueillir 4 000 employés, alors qu’il y en a aujourd’hui 6 fois plus. Environ 25 000 fonctionnaires sont répartis dans les bureaux du Mogammae destinés à accueillir 25 000 visiteurs par jour.

— Qui est l’architecte du Mogammae ?

— La conception du bâtiment et les travaux ont été supervisés par l’architecte égyptien Mohamad Kamal Ismaïl. Il reflète le modernisme architectural qui donne peu d’importance à l’aspect extérieur du bâtiment et se soucie de l’organisation centrale et l’occupation maximisée de l’espace. Parmi les chefs-d’oeuvre de Mohamad Kamal Ismaïl, on peut citer le bâtiment de la Cour suprême de justice et la mosquée de Salaheddine à Manial.

— Quels sont les services gouvernementaux qu’abrite le Mogammae ?

— Ce complexe administratif comprend de nombreux bureaux gouvernementaux appartenant à 13 ministères et à plus de 25 administrations. Il abrite également de nombreux organismes publics. Les bureaux sont répartis comme suit : 390 bureaux sont consacrés au gouvernorat du Caire, dont la plupart ont été évacués, 380 occupés par le ministère de l’Intérieur, 299 par le ministère de la Justice, 119 par le ministère de la Solidarité sociale, 17 bureaux par l’Enseignement supérieur et 2 pièces par Egypt Telecom, en plus de celles du secteur bancaire et du secteur privé, et plusieurs autres bureaux ministériels importants.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique