Lundi, 24 juin 2024
Dossier > Dossier >

Mohamed Afifi : 1919 est la plus grande révolution populaire que l’Egypte ait jamais connue

Hoda Ghali, Mardi, 12 mars 2019

Selon l'historien Mohamed Afifi, la Révolution de 1919 a non seulement marqué le début du mouvement nationaliste égyptien, mais a aussi été un catalyseur dans la région. Entretien.

Mohamed Afifi

Al-Ahram Hebdo : En quoi cette célébration du centenaire de la Révolution de 1919 est importante selon vous ?

Mohamed Afifi : Le centième anniversaire de l’une des plus grandes révolutions au monde depuis la fin de la Première Guerre mondiale, c’est toujours un événement. C’est la plus grande révolution populaire que l’Egypte ait jamais connue. La Révolution de 1919 c’est la naissance de l’Etat égyptien. Puis, n’oublions pas que l’influence de la révolution sur la région étaittrès importante : l’Iraq en 1920 a connu de violentes insurrections. Il y a eu des mouvements indépendantistes au Soudan en 1924, etla Révolution syrienne contre l’occupant français en 1925.

— Quelle était la portée historique de la Révolution de 1919pour l’Egypte ?

— Tout d’abord, c’est la révolution qui a donné naissance àl’Etat égyptien et a permis la reconnaissance par les Anglais de l’indépendance de l’Egypte en 1922.Ensuite, elle a donné naissance au nationalisme égyptien, à la citoyenneté, et a lancé le rôle de la femme dans la société.

— Comment les Egyptiens ont-ils été mobilisés à la veille de 1919 ?

— Nous devons commencer par l’occupation britannique en1882. Les Egyptiens ont été traumatisés par cette occupation et ont exprimé leur mécontentement au cours de la Révolution de Orabi (1879-1882). Il s’en est suivi une ruée vers le nationalisme audébut du XXe siècle avec des partis comme Al-Oumma et Watani, où la presse a joué un rôle important avec des journaux commeAl-Liwaa, Al-Garida et autres. En 1918, Saad Zaghloul, leader nationaliste, et trois dirigeants du parti Wafd tentent de participer à la Conférence de la paix à Paris afin de mettre fin au protectorat britannique. Le refus britannique de les laisser partir entraîne de violentes émeutes partout dans le pays.

— Quel a été le rôle des zones rurales dans la Révolution de 1919 ?

C’est l’une des rares révolutions où les zones rurales(d’Alexandrie à Assouan) ont été très présentes. A titre d’exemple, Assiout (400 km au sud du Caire) a connu une insurrection très violente contre l’occupant anglais. Au Fayoum (à 100 km au sud-ouest du Caire), la participation du cheikh Hamd Al-Bassela renforcé la révolution et le sens de la citoyenneté. Ce dernier aouvert les portes de son palais à la révolution et à tous les Wafdistes pour leurs réunions. Ce qui a déplu fortement aux Anglais. A Minya, il y a eu une révolte totale contre l’occupant anglais.

— Qu’en est-il du rôle de la femme dans la révolution ?

— Concernant la femme égyptienne, nous devons prendre en considération son évolution de la fin du XIXe jusqu’au début du XXe siècles. Qassem Amine publie en 1899 Tahrir Al-Marä (la libération de la femme) où il affirme que l’éducation et l’autonomie des femmes sont des signes de modernité, et en 1900, il publie Al-Marä Al-Guédida (la femme nouvelle). La femme a joué un rôle crucial durant la révolution : 300 femmes ont manifesté contre l’occupant anglais. En 1923, il y a eu la création de l’Union de la femme. Safiya Zaghloul (1876-1946), appelée Oum Al-Masriyine (mère des Egyptiens), femme politique et féministe égyptienne, était parmi les premiers dirigeants du parti Wafd. La paysanne égyptienne est devenue un symbole de l’Egypte à travers la statue Nahdet Masr.

— Quel était le contexte international de la Révolution de 1919 ?

— La situation internationale n’était pas en faveur de la révolution. A la fin de la Première Guerre mondiale en 1918, les Egyptiens ont cru que la situation allait changer en leur faveur avec les principes du président américain, Wilson, où il était question de la libération des peuples. Il n’en fut rien. Car pour les Américains, cette question ne concernait nullement l’Egypte. L’Europe, de son côté, a laissé les mains libres aux Anglais. Dans ce contexte de désarroi, intervient le rôle du Wafd et de tous ses dirigeants dans la sensibilisation de la scène internationale. Ils ont déployé des efforts auprès de Londres et de Paris afin de changer la situation. Et ils ont réussi.

— La révolution avait-elle un projet économique ?

— Non. La révolution avait un but précis : obtenir l’indépendance. Par conséquent, il n’y avait pas de dimension économique. Mais avec la réussite de la révolution, certains membres de l’élite égyptienne, comme Talaat Harb (1867-1941),se sont dirigés vers l’économie. Harb a réalisé le vieux rêve égyptien, en fondant une banque nationale en 1920. Banque Misr était la première banque égyptienne, dont les actionnaires étaient de nationalité égyptienne. C’est une étape majeure dans la détermination d’une identité économique nationale égyptienne. Les différents gouvernements de l’après-1919 annuleront tous les avantages économiques fournis aux étrangers.

— Quel était le contexte culturel avant et après 1919 ?

— La Révolution de 1919 a donné lieu à un grand mouvement d’action sur le plan culturel et artistique avec notamment Sayed Darwich (1892-1923), grand compositeur, considéré comme le père de la musique égyptienne, le grand poète Baïram Al-Tounsi (1893-1961) plusieurs fois mis à l’écart à cause de ses critiques à l’égard de l’occupation britannique. Symbole de l’Egypte contemporaine et son émancipation, la statue de Nahdet Misr(la renaissance de l’Egypte) est un chef-d'œuvre du sculpteur Mahmoud Mokhtar (1891-1934). En 1935, Talaat Harb fonde les studios Misr, ce qui permettra à l’Egypte d’avoir de grands studios. Le cinéma deviendra le secteur industriel le plus rentable après le textile.

— Comment les historiens voient-ils aujourd’hui la Révolution de 1919 ?

— Les historiens sont tous d’accord sur le fait que la Révolution de 1919 était une révolution nationaliste réussie qui a beaucoup changé la société égyptienne comme le souligne le grand historien Abdel-Rahmane Al-Raféï.

— Que reste-t-il de la Révolution de 1919 ? Quels liens avec la Révolution de 1952 ?

— Les nouvelles cathédrale et mosquée de la Capitale administrative sont une reproduction des scènes de 1919. La statue Nahdet Masr, la citoyenneté, l’Etat égyptien et des valeurs comme le nationalisme égyptien constituent l’héritage de la Révolution de 1919.

Les Révolutions de Orabi, de 1919 et de 1952 se complètent. Toutes les révolutions émanent du peuple égyptien, raison pour laquelle, il n’y a pas de préférences entre ces révolutions bien que chacune d’elle ait eu lieu dans un contexte historique différent.

La Révolution de 1919 symbolise l’indépendance de l’Egypte, le nationalisme égyptien, la naissance d’une armée nationale et bien évidemment la Constitution de 1923 obtenue avec le sang.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique